Algue calcaire des trottoirs

Lithophyllum byssoides | (Lamarck) Foslie

N° 2954

Méditerranée et Atlantique Est limitrophe

Clé d'identification

Thalle encroûtant calcifié et rigide, adhérant fortement au substrat rocheux
Petits coussins hémisphériques de 1 à 2 cm de hauteur de couleur blanche à rose foncé
Croûte revêtue de lamelles dressées de 10 mm de hauteur et de 800 µm de largeur, anastomosées entre elles
Forme des encorbellements dans les zones de ressac ombragées (pied de falaises, anses étroites)

Noms

Autres noms communs français

Lithophyllum en forme de lichen, algue des encorbellements

Noms communs internationaux

Seashore lithophyllum (GB), Litofillo dei marciapiedi (I), liquen marino (E)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Nullipora byssoides Lamarck 1801
Millepora byssoides (Lamarck) Lamarck 1816
Lithothamnion byssoides (Lamarck) Philippi 1837
Lithophyllum lichenoides Philippi 1837
Melobesia lichenoides (Philippi) Endlicher 1843
Spongites byssoides (Lamarck) Kützing 1869
Goniolithon byssoides (Lamarck) Foslie 1898
Titanoderma byssoides (Lamarck) Y.M.Chamberlain & Woelkerling 1988

Egalement cité sous les noms suivants qui correspondent à une autre espèce présente en Méditerranée orientale :

Lithophyllum tortuosum (Esper) Foslie 1900
Tenarea tortuosa (Esper) Me.Lemoine 1910

Distribution géographique

Méditerranée et Atlantique Est limitrophe

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord

En Méditerranée, elle est surtout présente dans le bassin occidental et dans l'Adriatique (rare dans le bassin oriental). En Atlantique Nord-Est tempéré, elle est présente de l'île d'Yeu au Maroc.

Biotope

Cette espèce est pérenne*, épilithe* et est caractéristique des stations du médiolittoral* inférieur (zone de ressac) en mode battu.

Description

Lithophyllum byssoides possède un thalle* encroûtant calcifié et rigide, adhérant fortement au substrat rocheux. Le jeune thalle forme de petits coussins hémisphériques de 1 à 2 cm de hauteur et de couleur variant du blanc au rose foncé, selon son degré d'exposition au soleil et à la dessiccation. La croûte est revêtue de lamelles dressées de 10 mm de hauteur et de 800 µm de largeur, anastomosées* entre elles, et donnant à la surface un motif en nid d'abeille.

Les thalles s'anastomosent entre eux et peuvent finir par former un bourrelet épais au niveau de la zone de ressac.

Espèces ressemblantes

Parmi les Corallinales de la zone de ressac photophile* méditerranéenne, on peut trouver en Méditerranée :

Lithophyllum papillosum (Zanardini ex Hauck) Foslie : cette algue possède un thalle encroûtant calcifié et rigide, adhérant fortement au substrat rocheux, de 2 à 6 cm de largeur et de 300 à 600 µm d'épaisseur, de couleur rose violacé. La croûte est revêtue de protubérances hémisphériques de 1 à 1,5 mm de diamètre, initialement isolées, puis pouvant se regrouper en nombre, voire se fondre entre elles. Elle se développe dans les zones de ressac du médiolittoral inférieur moyennement à fortement agité, souvent à proximité de Lithophyllum byssoides. L'espèce tolère mieux les forts ensoleillements que Lithophyllum byssoides. Elle est endémique* de Méditerranée.

Titanoderma ramosissimum (Heydrich) Bressan & Cabioch : cette algue calcifiée dressée forme des petits buissons hémisphériques de 5 à 15 cm de diamètre, de couleur blanche à rosée. Les branches, de 1 mm de diamètre environ, sont dichotomes*, serrées et souvent anastomosées. Leur extrémité est annelée. Elles forment une pelote enchevêtrée et très fragile faiblement fixée au substrat par une base encroûtante. Elle se développe sur les parois photophiles de l'infralittoral* supérieur, à la limite de la zone de ressac, dans les stations peu agitées. Elle est présente dans les îles et le sud de la Méditerranée occidentale.

Tenarea tortuosa (Esper) M. Lemoine : cette algue, faiblement ancrée au substrat, forme des buissons hémisphériques, très fragiles, de 10 à 15 cm de diamètre, composés de très fines lamelles dressées, ondulées et anastomosées. Elle se développe dans les biotopes photophiles et agités, entre la surface et 5 m de profondeur. Elle est présente en Adriatique et en Méditerranée orientale.

Alimentation

Les algues fabriquent les sucres de leur biomasse par photosynthèse*. Ce processus de transformation de l'énergie lumineuse en énergie chimique grâce à des pigments de type chlorophylle*, n'est possible que dans une situation d'éclairement. Cependant la quantité de lumière nécessaire est très variable selon l'espèce.

Reproduction - Multiplication

Le cycle de reproduction est trigénétique* isomorphe* (gamétophyte* et sporophyte* semblables). Le gamétophyte est dioïque* (sexes séparés, soit mâle soit femelle). Les conceptacles* unipores regroupant les cellules reproductrices sont situés sur les lamelles.

Les individus peuvent se reproduire dès leur première année de vie.

Vie associée

Lorsque les conditions d'éclairement et de ressac sont favorables, Lithophyllum byssoides peut édifier une bioconstruction appelée encorbellement à Lithophyllum byssoides (aussi connue sous le nom de trottoir à Lithophyllum) qui est un biotope dont les anfractuosités sont très prisées par de nombreuses espèces du médiolittoral et de l'infralittoral supérieur qui y trouvent refuge et nourriture. Comme le coralligène*, l'encorbellement à Lithophyllum byssoides résulte de l'équilibre entre la croissance du thalle et la bioérosion par les espèces endolithes* (cliones, mollusques, ...) et les herbivores (oursins).

Divers biologie

La croissance se fait par division des cellules terminales. La croissance des jeunes individus est relativement rapide pour une algue calcifiée : 1,5 mm par mois en hauteur. L'âge d'un individu de 6 cm de diamètre et 1,5 cm d'épaisseur a été estimé à 3 ans.

Le thalle est de couleur rose foncé à mauve quand il est bien humidifié et à l'ombre. Il blanchit et devient fragile en été sous l'effet de la chaleur, de la dessiccation et de l'ensoleillement.

Informations complémentaires

Dans certains sites de Méditerranée occidentale, l'algue a formé des bioconstructions remarquables (grands encorbellements ou trottoirs) notamment dans les îles provençales et en Corse (Scandola). Les plus grands ont nécessité plusieurs siècles voire un millénaire de stabilité du niveau marin pour s'édifier.

L'encorbellement à Lithophyllum byssoides est formé de 3 parties distinctes, dont seule la couche supérieure la plus externe est vivante. La partie interne morte est un mille-feuilles de lamelles calcaires superposées et indurées par diagénèse (les sédiments se consolident pour former une roche dure). La partie inférieure est érodée et colonisée par de nombreux organismes qui y trouvent refuge.

L'encorbellement est très sensible au piétinement, à l'eutrophisation et aux pollutions notamment par les hydrocarbures, les tensio-actifs et les macro-déchets, ce qui a conduit les gestionnaires à inscrire Lithophyllum byssoides sur les listes d'espèces en danger ou menacées. Néanmoins, du fait de la croissance assez rapide de cette espèce, une zone affaiblie peut se régénérer en 2 ans si les conditions sont bonnes.

Réglementation

Cette algue est inscrite dans l'Annexe 1 (espèces de la flore strictement protégées) de la Convention de Berne relative à la conservation de la vie sauvage et du milieu naturel de l'Europe.

Elle est aussi inscrite dans l'Annexe II (Liste des espèces en danger ou menacées) de la Convention sur la protection du milieu marin et du littoral de la Méditerranée (Convention de Barcelone) depuis l'amendement du 18 octobre 2014.

Origine des noms

Origine du nom français

Algue calcaire des trottoirs, en référence aux encorbellements que cette algue peut générer sur le long terme et qui peuvent prendre la forme de trottoirs à fleur d'eau.

Origine du nom scientifique

Lithophyllum : du grec [lith-] = pierre et [phyll-] = feuille. Se traduit littéralement par « feuille de pierre ».

byssoides : du latin [byssus] = lin, batiste, et suffixe [-oides] = en forme de... La surface ressemble à une toile tissée.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Rhodobionta / Rhodophyta Rhodobiontes Algues rouges, pour la plupart marines.
Sous-embranchement Eurhodophytina
Classe Florideophyceae Floridéophycées

Thalle élaboré formé de fins filaments branchés ou en lames.

Sous-classe Corallinophycidae Corallinophycidées
Ordre Corallinales Corallinales Calcification très importante qui donne au thalle un aspect minéral.
Famille Corallinaceae Corallinacées
Genre Lithophyllum
Espèce byssoides

Nos partenaires