Comète de mer

Linckia multifora | (Lamarck, 1816)

N° 2158

Mer Rouge, océan Indien, océan Pacifique tropical Ouest

Clé d'identification

12 cm de diamètre
Bras fins cylindriques, souvent de longueurs inégales
Extrémité des bras arrondie, relevée, plus claire ou bleutée
Disque central pratiquement inexistant
Ponctuations de couleur foncée

Noms

Autres noms communs français
Astérie-comète, ophidiastérie multicolore
Noms communs internationaux
Spotted linckia, mottled linckia, dalmatian linckia starfish, multicolor linckia starfish, linckia seastar, comet seastar, multi-pore seastar, red linckia, freckled seastar (GB), Stella cometa, stella rossa (I), Estrella de mar florida, estrella roja, asterias multifora (E), Löchriger Seestern oder Kometenstern, Löchriger Seestern (D)
Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Asterias multifora, Lamarck 1816
Linckia leachi, Gray 1840
Linckia typus, Gray 1840
Ophidiaster multiforis, Müller & Troschel 1842
Linckia costae, Russo 1894



Dans de nombreux guides et sur de nombreux sites internet, la comète de mer est nommée par erreur, Linckia multiflora (Lamarck, 1816). En fait, il s'agit d'une faute d'orthographe. Ce nom donné par McKnight, 1972, n'a pas été retenu comme synonyme.

Distribution géographique

Mer Rouge, océan Indien, océan Pacifique tropical Ouest

Zones DORIS : Indo-Pacifique

Linckia multifora est présente en mer Rouge et dans l'océan Indien, sur toutes les côtes est-africaines et les îles proches : Seychelles, Réunion, Madagascar, Mayotte, ... C'est l'espèce d'étoile de mer la plus commune des Maldives. Elle vit également sur les côtes australiennes, de Nouvelle-Zélande et de Nouvelle-Calédonie. En remontant dans l'océan Pacifique, on la trouve jusqu'aux îles Marshall et Mariannes, Hawaïï et enfin au Japon.

Biotope

Linckia multifora est une espèce benthique* qui se rencontre dans les récifs, non loin du littoral, en général en eau peu profonde. On peut la trouver jusqu'à 30 mètres de profondeur, plus rarement jusqu'à 45 mètres. Elle se cache souvent dans des anfractuosités ou sous des pierres.

Description

Linckia multifora est une petite étoile de mer, dépassant rarement les 12 cm de diamètre, mais pouvant atteindre les 20 cm.
Elle dispose de bras fins cylindriques dont l'extrémité arrondie est souvent redressée. Leur nombre varie de 1 à 6, et leurs longueurs sont également variables. Ils s'articulent sur un disque central de très faible diamètre.
Linckia multifora peut prendre différentes colorations : la couleur dominante peut être beige à rose, s'accentuant jusqu'au brun-rouge, couverte de ponctuations marron ; ou elle peut être gris-bleu à gris-vert couverte de ponctuations bleu foncé. Ces ponctuations et marbrures sont plus ou moins sombres et plus ou moins clairsemées. La face ventrale est plus claire. Les extrémités des bras sont souvent plus claires que le reste du corps. Parfois, elles sont bleutées.
Son tégument est rugueux, le corps étant recouvert d'une fine granulation calcaire. De petites surfaces convexes parsemées d'une dizaine à une vingtaine de pores sont présentes sur la surface aborale (située à l'opposé de la bouche).

Espèces ressemblantes

Linckia multifora peut être confondue avec d'autres espèces du genre Linckia :
Elle est très similaire à Linckia laevigata. Cette dernière est plus grande que Linckia multifora, mesurant  20 à 30 cm,et sa coloration bleue ne présente pas de taches marbrées.

On peut la confondre avec Linckia guildingi, mais celle-ci est de couleur uniforme beige à rose, et de dimensions nettement supérieures, environ 40 cm.

Elle ressemble encore beaucoup à Ophidiaster hemprichi qui est plus grande (15 à 30 cm). Ophidiaster hemprichi présente également des marbrures foncées sur un fond clair, mais celles-ci sont plus irrégulières et plus grandes que chez Linckia multifora. Elle ne présente pas de ponctuations arrondies.

Elle possède également de nombreux points communs avec Chaetaster longipes, absente de l'Indo-Pacifique, de plus grande taille et dont la couleur varie du jaune à l’orange pâle.

Alimentation

Omnivore, Linckia multifora se nourrit, de jour comme de nuit, de détritus, de petits débris organiques, d'algues filamenteuses et d'éponges.

Reproduction - Multiplication

Linckia multifora, comme d'autres espèces d'astérides et d'holothuries possède deux modes de reproduction. Une reproduction sexuée avec production de gamètes entre décembre et mai, et un mode de reproduction asexué par autotomie*, à n'importe quel moment de l'année.

L'autotomie est une méthode de reproduction utilisée par très peu d'espèces d'étoiles de mer, au contraire de la scissiparité*. Elle est cependant fréquemment utilisée par Linckia multifora, ce qui explique qu'il est assez rare de trouver un individu présentant une symétrie pentaradiaire. Elle permet à un animal entier de se régénérer à partir d'un morceau de bras.
Le processus est lent. Il faut compter une à quatre heures pour que le bras s'arrache du reste du corps, chacune des parties tirant de son côté à la force de ses pieds ambulacraires*. Les stimuli provoquant ces automutilations pourraient avoir plusieurs causes : une simple blessure, une modification plus notable du métabolisme, ou des conditions écologiques. La mortalité est très importante durant les quelques jours qui suivent l'autotomie en raison d'infections bactériennes. Après six ou sept semaines, de nouveaux bras se développent à l'extrémité arrachée du bras détaché. Ensuite se forment les podia* et la bouche. Durant toute cette période la nouvelle Linckia multifora a dû puiser dans les réserves alimentaires constituées avant l'autotomie, à moins que de la matière organique ait pu être absorbée au travers des parties les plus fines de l'épiderme. Une fois que la bouche et les organes digestifs se sont développés, l'étoile de mer commence à se nourrir et les bras croissent rapidement. Après trois mois, le disque central commence à se former. Après six mois, les nouveaux bras mesurent à peu près 8 mm de long et la plaque madréporique* apparaît.

Vie associée

Linckia multifora est victime de petits gastéropodes parasitaires de la famille des eulimidés (Thyca crystallina notamment ou des espèces du genre Stilifer qui peuvent provoquer certaines déformations chez leur hôte).
Elle peut aussi subir les attaques d'ectoparasites* comme des copépodes du genre Stellicola (S. flexilis, S. novoecaledoniae, S. pollex, S. caeruleus).
On lui connaît également une cohabitation plus pacifique avec Zenopontonia soror qui se nourrit en lui nettoyant la « bouche », accessoirement en lui mangeant un peu de son mucus sécrété par le tégument. La crevette se tient généralement sur la face orale de son hôte.

Prédateurs
Outre certains poissons, tel que Balistoides viridescens qui l'apprécie particulièrement, Linckia multifora compte parmi ses prédateurs certaines espèces de crevettes comme par exemple la crevette arlequin.

Divers biologie

Système nerveux
Comme c'est le cas pour d'autres structures anatomiques chez les Astérides, le système nerveux est diffus. Il n'y a donc pas de cerveau bien individualisé mais trois systèmes nerveux complémentaires. C'est grâce à cette « diffusion » que chaque bras est en quelque sorte autonome, avec son propre système sensoriel (certains podia* ont notamment un rôle de perception de la lumière) et nerveux. Le système ambulacraire* d'un bras sectionné continue également à fonctionner parfaitement.

Système aquifère
Bien que cela ne soit pas très visible, Linckia multifora est identifiée par la présence de deux madréporites* et par l'arrangement particulier des papules* et des « papilles extrêmement petites et obtuses » (Lamarck), le long de ses étroits canaux ambulacraires.

Informations complémentaires

Linckia multifora est une espèce appréciée des aquariophiles du fait de sa petite taille et de son mode de reproduction asexuée.

Origine des noms

Origine du nom français

Le "stade comète" est le nom donné à l'étape du processus de reproduction par autotomie*, pendant laquelle l'étoile de mer possède un bras surdimensionné et quatre ébauches de nouveaux bras. A ce stade de développement, l'étoile de mer en construction évoque l'allure d'une comète. Cette forme disparaît avec la croissance des nouveaux bras.

Origine du nom scientifique

Le genre Linckia, créé par Nardo, médecin et naturaliste italien, en 1834 a été dédié à Johan Heinrich Linck (1674-1734), pharmacien allemand de Leipzig qui était passionné par les échinodermes.

multifora : du latin [multi] = nombreux, et [foramen] = trou, pour évoquer les petits trous dans son tégument.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Echinodermata Echinodermes Symétrie radiale d'ordre cinq (chez les adultes). Squelette de plaques calcaires bien développé sous le derme. Présence d'un système aquifère auquel appartiennent les podia souvent visibles extérieurement.
Sous-embranchement Asterozoa Astérozoaires Echinodermes de forme étoilée. Les bras, simples et parfois absents, sont en nombre variable, et contiennent des organes.
Classe Asteroidea Astérides Organismes en forme d’étoile, libres. 5 à 50 bras, squelette réduit, estomac dévaginable. Ce sont les étoiles de mer.
Ordre Valvatida Valvatides Etoiles de mer à 5 bras arrondis et souples. Papules* respiratoires réparties sur la face dorsale.
Famille Ophidiasteridae Ophidiastéridés Surface couverte de granules fins et rapprochés, disque très petit, bras grands et allongés.
Genre Linckia
Espèce multifora

Nos partenaires