Labre iris

Lappanella fasciata | (Cocco, 1833)

N° 571

Méditerranée occidentale et Atlantique proche

Clé d'identification

Corps fusiforme avec museau pointu, taille modeste : 14 à 15 cm
Moitié supérieure du corps rose orange
Moitié inférieure du corps blanche avec bandes orange
Trois taches sombres : pédoncule caudal, queue et nageoire dorsale
Exclusivement dans le coralligène profond, à partir de 30 m

Noms

Autres noms communs français

Lappanella

Noms communs internationaux

Point-snouted goldsinny (GB), Tordo canino (I), Donzell (E), Gestreifter Lippfisch (D)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Coricus fasciatus Cocco, 1833
Ctenolabrus iris Valenciennes in Cuvier & Valenciennes, 1839
Crenilabrus aurantiacus Facciolà, 1888

Distribution géographique

Méditerranée occidentale et Atlantique proche

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord

Ce poisson fréquente la Méditerranée occidentale et l'Adriatique, et il a été observé également à Madère.

Biotope

C'est un poisson caractéristique des niveaux bas des fonds coralligènes*, observé essentiellement à proximité des gorgones pourpres Paramuricea clavata et des gorgones jaunes Eunicella cavolinii. Répertorié comme espèce profonde, vivant essentiellement à plus de 100 m de profondeur et jusqu'à 200 m environ, il est parfois observé par des plongeurs à des profondeurs heureusement plus modestes, mais jamais inférieures à 30 m.

Description

Le labre iris possède une taille modeste (pour un Labridé) : 14 à 15 cm au maximum. Le corps est fusiforme, avec un museau assez pointu. Les yeux possèdent une pupille noire presque ronde, souvent cerclée de jaune. Deux zones distinctes divisent son corps en ce qui concerne la coloration. La moitié supérieure est vivement colorée par une teinte rose orangé qui se prolonge dans 6 bandes obliques qui viennent traverser à l'arrière la moitié inférieure du corps, essentiellement blanche sinon. Trois taches sombres sont disposées de manière caractéristique. La plus importante se situe au milieu de la queue, dans sa partie terminale, elle est cerclée de blanc. Le pédoncule caudal, dans sa partie supérieure, porte une petite tache sombre, elle aussi cerclée de blanc. La troisième tache, de taille moyenne, se situe à l'arrière de la nageoire dorsale.

Espèces ressemblantes

Acantholabrus palloni, mais celui-ci ne possède pas des couleurs aussi vives et son ventre n'est pas blanc. Par ailleurs, ce Labridé est rarement vu à découvert, préférant les surplombs et les anfractuosités rocheuses.

Alimentation

Le labre iris se nourrit de petits invertébrés : crustacés, vers polychètes et mollusques gastéropodes.

Reproduction - Multiplication

La période de reproduction serait comprise entre fin avril et juin et amènerait ces individus solitaires à former des petits groupes.

Divers biologie

Le labre iris est un poisson très actif, nageant constamment et avec vivacité.

C'est un poisson plutôt solitaire, mais des groupes de 3 à 4 individus ont déjà été observés au large de Marseille, par 35 m de fond, au printemps (comportement de reproduction ?).

Aux profondeurs accessibles par les plongeurs, les individus sont d'une taille voisine de 10 cm. A plus grande profondeur (observations effectuées entre 80 et 125 m de fond), les labres iris atteignent leur taille maximale. Leur robe ne change toutefois pas en fonction de la profondeur.

Informations complémentaires

Les premières observations et prises de vues de ce poisson dans le milieu ne datent que de 1988 (par Jo Harmelin), et c'est grâce au sous-marin Cyana de l'IFREMER que certaines informations au sujet de cette espèce ont pu être collectées !

Les observations de Lappanella fasciata à "faibles profondeurs" (entre 30 et 40 m) semblent récentes (années 90). Un suivi régulier devrait permettre de savoir s'il s'agit d'une nouvelle répartition de l'espèce ou si les observations précédentes avaient été lacunaires.

Le labre iris évite d'ordinaire le plongeur sans être toutefois trop craintif.

Réglementation

Cette espèce est évaluée et classée dans la liste rouge 2010 UICN sous le statut LC (Least Concern), soit "préoccupation mineure".

Origine des noms

Origine du nom français

Un ancien nom scientifique de ce poisson a été Ctenolabrus iris Valenciennes in Cuvier & Valenciennes, 1839.
Iris était dans la mythologie grecque fille de Thaumas et d'Électre et à la fois messagère et confidente d'Héra. Elle fut aussi l'épouse de Zéphyre et la mère d'Éros.

Origine du nom scientifique

Lappanella : signification inconnue, mais origine possible de ce nom en Sicile...
fasciata : directement repris du latin, et qui veut dire : orné de bandes.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Chordata Chordés Animaux à l’organisation complexe définie par 3 caractères originaux : tube nerveux dorsal, chorde dorsale, et tube digestif ventral. Il existe 3 grands groupes de Chordés : les Tuniciers, les Céphalocordés et les Vertébrés.
Sous-embranchement Vertebrata Vertébrés Chordés possédant une colonne vertébrale et un crâne qui contient la partie antérieure du système nerveux.
Super classe Osteichthyes Ostéichthyens Vertébrés à squelette osseux.
Classe Actinopterygii Actinoptérygiens Ossification du crâne ou du squelette tout entier. Poissons épineux ou à nageoires rayonnées.
Sous-classe Neopterygii Teleostei Néoptérygiens Téléostéens Poissons à arêtes osseuses, présence d’un opercule, écailles minces et imbriquées.
Super ordre Acanthopterygii Acanthoptérygiens Rayons épineux aux nageoires, écailles cycloïdes ou cténoïdes, présence d'une vessie gazeuse et pelviennes thoraciques ou jugulaires, sans être systématiquement présents, sont des caractères que l'on ne rencontre que chez les Acanthoptérygiens.
Ordre Perciformes Perciformes Nageoires pelviennes très rapprochées des nageoires pectorales.
Sous-ordre Labroidei Labroïdes Une seule dorsale, dents molariformes formant un puissant appareil masticatoire.
Famille Labridae Labridés Lèvres épaisses.
Genre Lappanella
Espèce fasciata

Nos partenaires