Rouffe des épaves

Hyperoglyphe perciformis | (Mitchill, 1818)

N° 2873

Atlantique tempéré, Méditerranée occidentale

Clé d'identification

Profil au front bombé au niveau des yeux
Dorsale unique, très basse à l'avant, puis avec décroché
Début dorsale en avant des pectorales
Caudale légèrement échancrée
Grande bouche oblique
Corps noirâtre, plus ou moins marbré

Noms

Autres noms communs français

Pompile d'Amérique (Québec)

Noms communs internationaux

Barrelfish, driftfish (GB), Iperoglife (I), Rufo derivante (E), Varellopsaro (Gr)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Coryphaena perciformis Mitchill, 1818
Palinurichthys perciformis (Mitchill, 1818)

Distribution géographique

Atlantique tempéré, Méditerranée occidentale

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord, Atlantique Nord-Ouest

On le rencontre de façon épisodique en Atlantique Est, depuis la Grande-Bretagne jusqu'au Portugal et en Méditerranée occidentale. Il s'agit de juvéniles la plupart du temps, ayant suivi la route de leur protection flottante. Un plongeur les découvrira plutôt pendant l'été et l'automne, souvent en groupes importants.
En Atlantique Ouest, le rouffe des épaves est beaucoup plus présent, depuis la Nouvelle Ecosse jusqu'à la Floride et l'est du golfe du Mexique.

Biotope

Le rouffe des épaves est une espèce pélagique* qui vit loin des côtes et loin du fond, depuis la surface jusqu'à, sans doute, 100 à 200 m de profondeur, dans les canyons sous-marins.
Les juvéniles vivent plutôt proches de la surface, en suivant des objets flottants à la dérive (gros déchets, végétaux arrachés, etc.) ou se regroupent parfois sous des bouées d'amarrage.

Description

La longueur du rouffe des épaves varie de 30 cm, ce qui correspond à une taille moyenne, jusqu'à 100 cm, ce qui représente une taille maximale. Son poids peut atteindre 12 kg.
De profil, il se caractérise par un front bombé, comme une bosse sur le nez au niveau des yeux, et une nageoire dorsale unique dont l'avant, c'est-à-dire la partie épineuse, est très peu élevé, suivi d'un net décrochement de hauteur de la partie cartilagineuse, plus élevée. La nageoire dorsale débute en avant des nageoires pectorales. La nageoire anale et l'extrémité arrière de la nageoire dorsale sont parfaitement symétriques. La nageoire caudale est légèrement échancrée.
Sa grande bouche oblique porte de petites dents organisées sur une seule rangée. La ligne latérale* est sur le haut du corps.
Le corps robuste des adultes est noirâtre ou verdâtre, plutôt uniforme bien que plus ou moins marbré sur les flancs. Les juvéniles ont une livrée plus claire, où des dessins sont bien visibles. Les nageoires sont foncées.

Espèces ressemblantes

Le rouffe impérial, Schedophilus ovalis, se distingue du rouffe des épaves par un fort bombement du front au-dessus des yeux, une livrée globalement gris-bleu argenté et une nageoire dorsale qui s'élève régulièrement. Cette nageoire débute en avant des nageoires pectorales.
Le rouffe des méduses, Schedophilus medusophagus, a une très petite tête par rapport au corps. Sa nageoire dorsale est basse sur toute sa longueur et il a un corps plutôt allongé. On le rencontre au large, de l'Islande au Maroc et en Méditerranée occidentale.
Le centrolophe noir, Centrolophus niger, au corps plutôt allongé, possède une nageoire dorsale plus haute que le rouffe des méduses mais plus basse que le rouffe impérial et de hauteur constante sur toute sa longueur, contrairement au rouffe des épaves. La nageoire dorsale débute en arrière des nageoires pectorales. La bouche de ce Centrolophidé est horizontale et fendue jusqu'en arrière de la pupille. Il est généralement gris sombre ou bleu foncé et les juvéniles portent des taches claires.
Le rouffe des épaves, Hyperoglyphe perciformis a une partie épineuse de la nageoire dorsale très basse ; un front moins fortement bombé et taille adulte de 60 à 90 cm. C'est une espèce du large rarement observée, présente des îles Britanniques au Portugal ainsi qu'en Méditerranée occidentale.

Il est parfois difficile de différencier ces espèces, particulièrement les juvéniles qui sont les plus observés en plongée. Le meilleur critère reste le nombre de rayons épineux (en chiffres romains) et de rayons mous (en chiffres arabes) de la nageoire dorsale (D) et de la nageoire anale (A) que vous pourrez compter sur une bonne photo de profil !
Centrolophus niger : D IV-V 32-37 ; A III 20-24
Hyperoglyphe perciformis : D VI-VIII 19-21 ; A III 15-17
Schedophilus ovalis : D VI-VIII 31-32 ; A III 20-24
Schedophilus medusophagus : a une dorsale constituée de plus de 40 rayons. D 41 ; A 30 comptés sur un individu par Iglésias S.P. ; D 44 – 50 (tous rayons) pour Whitehead P.J.P. et al. ; D 41-45 (rayons mous uniquement) pour Fischer W. et al.

Alimentation

Il se nourrit de crustacés, de mollusques et de petits poissons.

Reproduction - Multiplication

La reproduction a probablement lieu au printemps.

Vie associée

Contrairement au rouffe impérial, le rouffe des épaves n'est pas rencontré sous des méduses.

L'espadon est un de ses prédateurs.

Divers biologie

La nageoire dorsale est composée de VI à VIII rayons épineux et de 18 à 20 rayons mous. Pour la nageoire anale, cette répartition est III et 16 - 17. Elle est de 20 - 22 pour les nageoires pelviennes.

Informations complémentaires

En 2009, Microsoft Research de Cambridge et l'Institut Fédéral de Technologie de Zurich semblent s'être intéressés au développement d'un nouveau système d'exploitation informatique nommé … « Barrelfish » : le rouffe des épaves en anglais ! Nous n'avons pas trouvé l'explication de cet intitulé.

Réglementation

Cette espèce est classée LC ("Least Concern", c'est-à-dire dont le statut de conservation est jugé de préoccupation mineure) dans la liste rouge de l'UICN.
Son exploitation commerciale par la pêche au large des côtes des Etats-Unis n'est pas considérée comme une menace pour l'espèce.

Origine des noms

Origine du nom français

Rouffe : du nom de Louis Rouffe (1849-1885), mime enterré à Marseille et parfois grimé en Pierrot, faisant ainsi référence au fait que les jeunes rouffes apparaissent parfois noirs et blancs ?
des épaves : il est souvent rencontré autour d'épaves ou de corps flottants. Est-ce l'explication à ce nom ?

Origine du nom scientifique

Hyperoglyphe : du grec [hyper] = au-dessus de, très, excessivement et [gluphê] = ciselure ;
perciformis : du latin [perca] = perche, le poisson, et [forma] = forme.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Chordata Chordés Animaux à l’organisation complexe définie par 3 caractères originaux : tube nerveux dorsal, chorde dorsale, et tube digestif ventral. Il existe 3 grands groupes de Chordés : les Tuniciers, les Céphalocordés et les Vertébrés.
Sous-embranchement Vertebrata Vertébrés Chordés possédant une colonne vertébrale et un crâne qui contient la partie antérieure du système nerveux.
Classe Actinopterygii Actinoptérygiens Ossification du crâne ou du squelette tout entier. Poissons épineux ou à nageoires rayonnées.
Ordre Perciformes Perciformes Nageoires pelviennes très rapprochées des nageoires pectorales.
Famille Centrolophidae Centrolophidés
Genre Hyperoglyphe
Espèce perciformis

Nos partenaires