Hydromètre

Hydrometra stagnorum | (Linnaeus, 1758)

N° 1989

Europe, Asie et Amérique du Nord

Clé d'identification

Longueur de 9 à 13 mm
Corps brun noirâtre allongé
Tête très allongée
Une paire de longues antennes
Trois paires de pattes similaires
Marche lentement à la surface de l'eau

Noms

Autres noms communs français

Hydromètre des étangs, punaise aiguille

Noms communs internationaux

Water Measurer (GB), Idrometra (I), Gemeiner Teichläufer (D), Gewone Schaatsenrijder, Vijverloper (NL)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Cimex stagnorum Linnaeus, 1758

Distribution géographique

Europe, Asie et Amérique du Nord

Zones DORIS : Eau douce d'Europe, Atlantique Nord-Ouest

Europe (sauf le nord de l'Angleterre et au-delà du cercle polaire), Asie et Amérique du Nord.

Biotope

H. stagnalis vit à la surface des eaux dormantes. Il se tient sur le bord des eaux douces et marche lentement sur les pierres, les lentilles d'eau, les sphaignes, les herbes flottantes et, à l'occasion, sur l'eau.

Description

La taille est comprise entre 9 et 13 mm.
Le corps est fin et très allongé, de couleur brun noirâtre.
La tête est très allongée avec des yeux globuleux plus proches du thorax que de l'appendice buccal (la partie de la tête située devant les yeux est environ deux fois plus longue que la partie postérieure). Elle porte deux longues antennes filiformes.
Les trois paires de pattes sont longues, grêles et articulées en 3 segments.
On peut observer un polymorphisme, c'est-à-dire la présence de formes différentes dans la même espèce. Généralement, les individus ont de petites ailes et sont dits "brachyptères" ; mais parfois, ils ont de grandes ailes et ils sont alors dits "macroptères". Chez les macroptères, les hémélytres* (les élytres ne sont cornés ou coriaces qu'à la base) sont bruns, n'atteignent pas tout à fait l'extrémité de l'abdomen et sont ornés d'une série de taches blanchâtres le long de leur marge externe.

L'hydromètre marche lentement à la surface de l'eau grâce à un revêtement de courts poils denses et hydrofuges* sur le corps (spécialement sur la face ventrale).

Espèces ressemblantes

La famille des Hydrometridae comprend seulement le genre Hydrometra représenté dans nos contrées par H. stagnorum et par une autre espèce fort rare : H. gracilenta Horváth 1899. Cette espèce ressemble à un jeune H. stagnorum : longueur 7 à 9 mm, couleur généralement brun clair, partie de la tête située devant les yeux seulement une fois et demie plus longue que la partie postérieure.

Les Hydrometridae sont, quant à eux, facilement discernables des Gerridae et des Veliidae :
- tête cylindrique, très longue ;
- aspect linéaire, très grêle et effilé ;
- pattes identiques en forme et en taille ;
- marche fluide et régulière (les Gerridae et Veliidae glissent de manière saccadée).

Alimentation

Prédateur ou détritivore, il se nourrit de petites proies souvent mortes ou mourantes à la surface de l'eau (moucherons, insectes, alevins ou têtards morts…).
H. stagnalis fait partie des punaises. C'est donc un insecte piqueur-suceur muni d'un rostre long et grêle qui lui sert à percer ses proies (sans les maintenir à l'aide de ses pattes antérieures).

Reproduction - Multiplication

Les sexes sont séparés, mais les individus mâles et femelles sont très ressemblants.
L'appareil reproducteur femelle est interne et constitué par deux ovaires latéraux qui débouchent chacun vers un oviducte latéral, ces deux oviductes convergent pour former un oviducte commun aboutissant dans la cavité vaginale.
L'appareil reproducteur mâle est interne et comprend 2 testicules longs et fusiformes, se prolongeant chacun dans une longue vésicule séminale et aboutissant dans un conduit éjaculateur unique, fin et court.
L'accouplement a lieu à la fin de l'hiver et au printemps. La fécondation est interne.
Les œufs de forme allongée sont fixés au substrat par un petit disque. Pondus isolément, d'une taille d'un millimètre, ils sont opaques et de couleur grisâtre. Leur surface est parcourue de crêtes et de dépressions longitudinales.
Les larves qui en sortent ressemblent aux adultes, ont le même mode de vie et atteignent leur taille définitive à l'âge de deux mois. Comme tous les Hétéroptères, les larves de l'hydromètre subissent 5 mues successives pour atteindre le stade adulte.

Vie associée

Certains insectes pondent dans les œufs d'Hydrometra.

Divers biologie

Les adultes hivernent.

Origine des noms

Origine du nom français

Hydromètre : francisation du nom scientifique.

Origine du nom scientifique

Hydrometra : nom imaginé par Latreille à partir des deux mots grecs signifiant "eau" et "mesure" soit mesureur d'eau.
stagnalis : du latin [stagnalis] = d'étang, qui vit dans l'eau stagnante.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Arthropoda Arthropodes Animaux invertébrés au corps segmenté, articulé, pourvu d’appendices articulés, et couvert d’une cuticule rigide constituant leur exosquelette.
Sous-embranchement Hexapoda Hexapodes Arthropodes à six pattes. Ce sont les insectes au sens large.
Classe Insecta Insectes Hexapodes terrestres et dulcicoles possédant trois paires de pattes et deux paires d’ailes (sauf chez les Diptères).
Sous-classe Pterygota Neoptera Ptérygotes Néoptères Insectes ailés dont les ailes sont rabattues au repos. L'immense majorité des insectes.
Ordre Hemiptera Hémiptères Des antennes longues, des pièces buccales piqueuses avec un long rostre, et deux paires d'ailes dont l'une, en partie cornée, est transformée en hémiélytre.
Sous-ordre Heteroptera Hétéroptères Insectes ptérygotes hétérométaboles, avec un appareil buccal de type piqueur-suceur, deux paires d'ailes : les postérieures sont membraneuses, les antérieures sont partiellement cornées. Antennes longues.
Famille Hydrometridae Hydrometridés
Genre Hydrometra
Espèce stagnorum

Nos partenaires