Holothurie rugueuse

Holothuria verrucosa | Selenka, 1867

N° 4111

Mer Rouge et Indo-Pacifique

Clé d'identification

Holothurie de taille moyenne à grande (maximum 45 cm)
Larges taches brun foncé à noires formant deux séries parallèles de part et d'autre du sommet du bivium
Nombreuses et hautes verrucosités coniques à large base sur le bivium
Trivium uniformément d'un beige très pâle jaunâtre à rosé
Très nombreux podia sur l'ensemble du trivium

Noms

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Holothuria caesarea Ludwig, 1875
Holothuria collaris Haacke, 1880

Le nom Holothuria (Lessonothuria) verrucosa Selenka, 1867, indiquant le sous-genre, est une appellation également valide.

Distribution géographique

Mer Rouge et Indo-Pacifique

Zones DORIS : Indo-Pacifique

Cette espèce peut être rencontrée en mer Rouge et dans le domaine indo-pacifique : d'ouest en est, depuis l'Afrique du Sud à la Nouvelle-Calédonie ; et du nord au sud, d'Hawaï à l'Australie, en passant par la Chine.

Biotope

On peut trouver H. verrucosa entre 0 et 30 m. Elle se rencontre sur les platiers, sur substrat* sablo-détritique* ou dans les herbiers, le plus souvent cachée sous un débris corallien en journée. On peut aussi la voir sur des substrats coquilliers ou vaseux, et la trouver partiellement enfouie dans le sédiment, la partie antérieure restant généralement visible.
Son activité est nocturne.

Description

Holothuria verrucosa est une holothurie de taille moyenne à grande qui peut mesurer jusqu'à 45 cm.
Le corps est subcylindrique à trivium* (face ventrale) aplati.

La couleur de fond du bivium* (face dorsale) est généralement marron clair à beige rosâtre avec des zones plus claires que les autres. De larges taches, brun foncé à noir parfois bleuissant, forment deux séries parallèles de part et d'autre du sommet du bivium. Ces taches peuvent être coalescentes d'une ligne à l'autre et plus rarement sur une même ligne. Il existe des individus à couleur dominante blanc jaunâtre, d'autres chez lesquels elle est brun chocolat.
Le trivium est uniformément d'un beige très pâle jaunâtre à rosé.

Le tégument* est fin et plissé transversalement et longitudinalement. Le bivium comporte de nombreuses et hautes verrucosités coniques à large base terminées par une papille translucide à blanchâtre piquetée de minuscules points blancs. La pointe des papilles peut être rouge, comme chez les individus australiens, ou bleue, comme chez les individus néo-calédoniens. Ces verrucosités se distribuent parfois sur des lignes longitudinales, entre lesquelles des podia* de petite taille sont distribués sans ordre sur de petits renflements du tégument. Le trivium porte de très nombreux podia. Ces podia, translucides et piquetés de points blancs sont longs et fins. Ils portent à leur extrémité une large ventouse blanche. Ils sont répartis sur tout le trivium mais sont plus concentrés sur les radius*.

La bouche est ventrale et porte de 24 à 30 tentacules peltés jaune pâle à hampe blanche plus ou moins translucide, ces tentacules formant deux cercles et étant entourés d'un collier de papilles.
L'anus est terminal et entouré de cinq groupes de trois à quatre papilles.
Cette espèce ne possède pas d'organe de Cuvier*.

Espèces ressemblantes

Holothuria hilla : H. hilla est également couverte de verrucosités coniques terminées par une papille et érigées sur un tégument plissé, mais l'espèce est uniformément orange à jaune verdissant.

Holothuria lineata : cette espèce peut présenter deux séries de taches brunes parallèles le long du bivium, moins nombreuses que chez H. verrucosa. Par ailleurs, la couleur de fond est blanc sale à jaunissant, mouchetée d'une multitude de points blancs et de nombreuses petites taches noires éparses. Les papilles sont coniques mais petites et la base de certaines d'entre elles est jaune, notamment dans la zone des taches brunes.

Holothuria pardalis : on trouve chez H. pardalis deux lignes parallèles de taches noires, mais sa couleur de fond est blanchâtre à beige clair, et elle est mouchetée d'une multitude de petites taches noires de tailles diverses et de points blancs plus petits encore.

Holothuria pervicax : sa livrée porte de larges taches noires parallèles et souvent coalescentes ainsi que des verrucosités importantes mais ces verrucosités sont tubulaires. Sa couleur de fond est gris pâle ou beige parfois rosé.

Alimentation

Holothuria verrucosa est limnivore*, ce qui signifie qu'elle ingère le sédiment et en retient les nutriments d'origine végétale et animale, les déchets et les bactéries qui y sont contenus.
Elle participe ainsi, malgré des densités probablement relativement faibles, à l'équilibre des écosystèmes* côtiers tant par élimination de débris organiques que par remaniement du substrat.
Elle sort de son abri la nuit pour se nourrir.

Reproduction - Multiplication

La reproduction de espèce n'est pas documentée à notre connaissance (novembre 2017) mais dans la mesure où elle n'est pas connue pour être scissipare*, sa reproduction est probablement uniquement sexuée.
En situation de reproduction, la majorité des holothuries, mâles et femelles plus ou moins regroupés, se dresse le plus haut possible pour diffuser les gamètes* émis dans la colonne d'eau. La fécondation* a lieu au hasard des rencontres de ces gamètes dans le courant. Les larves* sont pélagiques*. Les stades larvaires (blastula*, puis auricularia*, puis doliolaria*) se déroulent en pleine eau. A la fin du dernier stade, le juvénile rejoint définitivement le substrat et évolue vers l'âge adulte.

Lorsqu'il mesure 4 cm, le juvénile est beige très clair à blanc, avec des traces rougeâtres sur le bivium qui annoncent les grandes taches noires caractéristiques de l'adulte. Ces taches apparaissent généralement quand le juvénile atteint la taille de 5 ou 6 cm.

Vie associée

Comme toutes les holothuries, H. verrucosa peut être victime de parasites externes, notamment des gastéropodes de la famille des Eulimidés.

Divers biologie

Comme la majorité des espèces d'holothuries les tissus de H. verrucosa contiennent des molécules extrêmement toxiques groupées sous le nom de saponines, l'ensemble étant communément appelé holothurine. Cette substance provoque une hémolyse (destruction des globules rouges) pathologique dont l'effet sur les poissons et d'autres organismes marins est mortel. En revanche, l'organe de Cuvier est absent chez cette espèce.

Les spicules* du tégument sont composés de tourelles de formes diverses, de tables, de boutons et de pseudo-boutons. Les podia ventraux portent de grandes plaques, de même que les papilles dorsales, chez lesquelles on trouve aussi des bâtonnets. Les tentacules portent des bâtonnets.

Informations complémentaires

C'est une espèce relativement peu commune, et elle est d'autant moins facilement observée qu'elle est cryptique le jour.

Réglementation

Son statut pour l'UICN (Union Internationale pour la Conservation de la Nature) est LC (Least Concerned), autrement dit l'espèce est faiblement concernée par la nécessité de mesures de protection. Elle est cependant pêchée notamment à Madagascar et aux Philippines dans un cadre de pêche de subsistance.
Holothuria verrucosa est considérée comme une holothurie commerciale de très faible valeur et n'est pas mentionnée en annexe de la CITES (la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées).

Origine des noms

Origine du nom français

Holothurie rugueuse : ce nom suit le sens figuré de l'adjectif latin « verrucosa » tel qu'utilisé par Selenka dans sa description de l'espèce. Selenka y insiste en effet sur le caractère rugueux au toucher de cette espèce (Beiträge zur Anatomie und Systematik der Holothurien, 1867, p. 338), en accord avec le sens figuré de l'adjectif, qui signifie « qui a une verrue » mais aussi, s'agissant notamment d'un style, « grossier, raboteux ».
Ce nom d'holothurie rugueuse est une proposition du site DORIS car à notre connaissance, il n'y a pas de nom vernaculaire français pour cette espèce.
Le nom vernaculaire « holothurie verruqueuse », qui serait la traduction du sens propre de l'adjectif est en général utilisée pour Stichopus horrens et ne correspondrait pas à l'intention du descripteur.

Origine du nom scientifique

Holothuria : Le terme grec [holothourion] est le nom donné par Aristote à un animal que les ambiguïtés de sa description rendent impossible à déterminer. Le mot latinisé « holothurium » a désigné d'abord des cnidaires, puis a été appliqué aux échinodermes.
Une tentative de décomposition du mot grec [holothourion] en [holo-] = entier ; et [thouro-] = impétueux, produit l'interprétation fréquente : « tout à fait impudique ». La forme phallique de ces animaux motive cette interprétation.

verrucosa : féminin de l'adjectif latin [verrucosus], qui signifie au sens propre « qui a une verrue », et au sens figuré « grossier, raboteux » pour désigner un style.

NB : le nom scientifique complet de cette espèce est Holothuria (Lessonothuria) verrucosa. Le sous-genre Lessonothuria a été créé comme un genre nouveau par E. Deichmann en 1958, l'espèce-type étant Holothuria pardalis. La descriptrice considérait que ce genre était monotypique (autrement dit qu'il comprenait seulement H. pardalis), mais Rowe observe que l'assemblage de spicules* caractéristique du genre se retrouve dans d'autres espèces, ce pourquoi il élève le genre au rang de sous-genre en 1969. Le nom du genre est donné en l'honneur du naturaliste français René Primevère Lesson (1794-1849), descripteur de dix espèces d'holothuries en 1830.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Echinodermata Echinodermes Symétrie radiale d'ordre cinq (chez les adultes). Squelette de plaques calcaires bien développé sous le derme. Présence d'un système aquifère auquel appartiennent les podia souvent visibles extérieurement.
Sous-embranchement Echinozoa Echinozoaires Echinodermes non étoilés de forme globuleuse ou allongée. Ce groupe renferme les oursins et les concombres de mer.
Classe Holothuroidea Holothuroïdes Echinodermes vermiformes, ouverture buccale à l’extrémité antérieure du corps et entourée d’une couronne de tentacules rétractiles, anus postérieur, une seule gonade : holothuries, concombres de mer.
Endosquelette réduit à de microscopiques ossicules ou plaques, inclus dans la paroi du corps.
Ordre Holothuriida Holothuries

(Anciennement: Aspidochirotida / Aspidochirotes) Symétrie bilatérale, avec une sole de reptation et des podia buccaux en forme d’écusson. Présence de poumons, pas de muscle rétracteur de la bouche.

Famille Holothuriidae Holothuriidés Podia munis d’ampoules. La gonade est placée à gauche du mésentère dorsal.
Genre Holothuria
Espèce verrucosa

Nos partenaires