Bryozoaire massif des pagures

Hippoporidra edax | (Busk, 1861)

N° 2008

Atlantique Nord

Clé d'identification

Bryozoaire massif, épais, noduleux et plus ou moins branchu
Surface régulièrement mamelonnée
Encroûte systématiquement les coquillles de petits gastéropodes habitées par des pagures
Recouvre totalement la coquille du gastéropode mort jusqu'à la faire disparaître
Vit sur le plateau continental

Noms

Autres noms communs français

Encroûtant vorace

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Cellepora edax Busk, 1859
Lepralia edax (Busk, 1859)

Distribution géographique

Atlantique Nord

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord, Caraïbes, Atlantique Nord-Ouest

Hippoporidra edax est présent dans le golfe de Gascogne, sur la côte est des Etats-Unis et dans le golfe du Mexique.

Biotope

Le bryozoaire massif des pagures s'installe sur de petites coquilles de gastéropodes (Natica, Turritella, Trochus, etc) habitées par des pagures (principalement Pagurus cuanensis) et vivant sur le plateau continental dans la zone des 100 à 250 m de profondeur environ.

Description

Hippoporidra edax forme des colonies massives, épaisses et mesurant quelques centimètres de long. Constituées de plusieurs couches d'individus (autozoïdes*), elles sont de forme noduleuse avec de courtes ou de longues ramifications coniques. Les colonies sont pourvues de mamelons régulièrement répartis sur l'ensemble de la surface.

Typiquement et systématiquement pour toutes les espèces de ce genre, Hippoporidra spp. s'installent sur des coquilles mortes de petits gastéropodes habitées par des pagures (bernard l'hermite) pour profiter de la mobilité de ces derniers. L'espèce du gastéropode squatté semble avoir peu d'importance, en revanche celle du pagure beaucoup plus dans cette association. Ainsi H. edax est majoritairement retrouvé associé avec le pagure Pagurus cuanensis.

Ce bryozoaire est de couleur rouge brillant, il ternit rapidement une fois prélevé. Sa surface est très rugueuse.

Espèces ressemblantes

Le genre Hippoporidra est représenté sur les côtes européennes par quelques espèces en majorité profondes (plateau continental). Hippoporidra lusitania Taylor & Cook, 1981, est la seule espèce présente près des côtes, elle vit en mer du Nord et en Manche. Elle est remplacée par Hippoporidra picardi Gautier, 1962 en Méditerranée et en Afrique de l'Est (80 à 100 m de profondeur approximativement). Ces 3 espèces, H. edax incluse, sont majoritairement retrouvées sur des coquilles occupées par le pagure Pagurus cuanensis.

Hagiosynodos spp. (genre) Bishop & Hayward, 1989, les bryozoaires encroûtants des pagures ne sont constitués que d'une seule couche d'individus. Ils sont observables en plongée sur diverses coquilles de gastéropodes vivants ou, le plus souvent, squattés par des pagures.

Alimentation

Les bryozoaires sont des filtreurs* suspensivores* microphages* actifs ; ils consomment des bactéries, des diatomées* ainsi que d'autres algues unicellulaires. Lors de la prise de nourriture, l'opercule* s'ouvre et le lophophore* est érigé en entonnoir. Les cils des tentacules*, capables de créer des microcourants, permettent l'acheminement des particules alimentaires vers la bouche au centre du lophophore.

Reproduction - Multiplication

Chez les bryozoaires, les deux types de reproduction, sexuée et asexuée, concourent au développement.
Au sein d'une même colonie, des zoïdes* mâles et femelles existent, mais on connaît aussi des zoïdes hermaphrodites*.
La fécondation (reproduction sexuée) conduit à la formation d'embryons, incubés dans des ovicelles proéminentes, non perforées, non closes par les opercules zoïdaux. Une fois expulsées, les larves* libres et nageuses, assurent la dissémination spatiale de l'espèce. Elles ont d'abord une vie planctonique*, puis se fixent et se transforment en zoïdes primaires isolés appelés ancestrules*.
Chaque ancestrule forme une nouvelle colonie (reproduction asexuée) par bourgeonnement*, ce qui assure la croissance de la colonie.

Divers biologie

Description microscopique du genre Hippoporidra :

  • Autozoïdes empilés et inorganisés, au polymorphisme marqué typique du genre (taille et forme des individus et de leur ouverture très variables).
  • Paroi frontale percée de pores marginaux distincts formant occasionnellement de petites extensions tubuleuses.
  • Ouverture en trou de serrure à condyles latéraux proéminents délimitant une petite ouverture annexe bien plus large que longue.
  • Aviculaires accidentels, nombreux, petits, ovales, interzoïdaux et à barre d'articulation bien visible. Rares gros aviculaires pointus.
  • Pas d'épines orales.
  • Ovicelle proéminente, non perforée, non close par l'opercule zoïdal.

Origine des noms

Origine du nom français

Bryozoaire massif des parures est une proposition des auteurs du site DORIS.

Origine du nom scientifique

Hippoporidra : du grec [hippo] = cheval, du latin [porus] = pore et de [hydra] = eau. Se référerait à l'aspect en "fer à cheval" des ouvertures zoïdales ?

edax : du latin [edax] = vorace, glouton. Dans le sens "qui dévore, ronge". Probablement en rapport avec le fait qu'il englobe complètement la coquille du petit gastéropode sur lequel il s'installe, jusqu'à la faire disparaître par résorption dans certains cas.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Bryozoa / Ectoprocta Bryozoaires / Ectoproctes Petits animaux coloniaux filtreurs aquatiques fixés à un substrat. Tous les zoïdes sont en continuité physique et issus de bourgeonnement à partir d’un individu unique. Chaque zoïde porte un lophophore rétractile et est abrité dans une logette.
Classe Gymnolaemata Gymnolèmes Colonies polymorphes. Les zoïdes sont cylindriques ou aplatis, les lophophores circulaires. Les parois peuvent être calcifiées ou non. Presque tous marins.
Ordre Cheilostomatida Cheilostomes Bryozoaires calcifiés, zoïdes* en forme de boîte obturée par un opercule à charnière. Gymnolèmes les plus nombreux et les plus diversifiés des régions littorales, souples à rigides. Groupe au polymorphisme marqué où l’on trouve des individus différenciés (aviculaires, vibraculaires, ovicelles globuleux…).
Sous-ordre Flustrina Flustrine
Famille Hippoporidridae
Genre Hippoporidra
Espèce edax

Nos partenaires