Chaline oculée

Haliclona (Haliclona) oculata | (Linnaeus, 1759)

N° 340

Mer du Nord, Manche, Atlantique Nord-Ouest et Nord-Est

Clé d'identification

Forme arbustive
Branches de section ronde
Oscules répartis de façon régulière le long des branches

Noms

Autres noms communs français

Éponge digitée (au Québec)

Noms communs internationaux

Mermaid’s glove (GB), Esponja ramificada (E), Geweihschwamm (D), Geweispons (NL)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Spongia oculata Linnaeus, 1759
Chalina oculata
(Linnaeus, 1759)
Euchalinopsis oculata
(Linnaeus, 1759)
Chalina cervicornis
(Pallas, 1766)
Spongia coalita
Müller, 1776
Spongia cespitosa
Rafinesque, 1818
Diplodemia vesicula
Bowerbank, 1864
Isodictya grantii
(Bowerbank, 1866)
Isodictya pygmaea
Bowerbank, 1866
Veluspa gracilis
Miklucho-Maclay, 1870
Veluspa polymorpha
Miklucho-Maclay, 1870
Chalina arbuscula
Verrill, 1873

Distribution géographique

Mer du Nord, Manche, Atlantique Nord-Ouest et Nord-Est

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord, Atlantique Nord-Ouest

La répartition de cette espèce est assez vaste ; elle est en effet présente sur toutes les côtes des îles Britanniques et d’Irlande, en mer du Nord de la Norvège au Cap Blanc Nez (elle est très fréquente en Zélande aux Pays-Bas). On la rencontre également en Manche et en Atlantique Nord-Ouest jusqu’au Portugal ainsi qu’en Atlantique Nord-Est du golfe du Maine au golfe du Saint-Laurent.

Biotope

Elle se trouve préférentiellement dans les zones balayées par des courants moyens sur des fonds rocheux, sur les cailloux, la roche et les coquillages de quelques mètres jusqu’à 100 m de profondeur. On notera sa présence dans les estuaires, les détroits car elle tolère bien la présence de sédiments.

Description

Cette éponge est de forme arbustive. Les branches, de section cylindrique et d’un diamètre d’environ 7 mm, sont habituellement dichotomes*. Souvent en forme d’éventail, le tronc et les branches portent des rangées de petits oscules* (1 à 3 mm), ronds et bien ordonnés. On notera cependant l’absence totale d’oscules sur la terminaison des branches.
De consistance ferme, la surface est lisse et d’aspect feutré dû à la présence de spicules* très fins qui dépassent.
De couleur jaune pâle à beige, on a déjà signalé des individus roses et lilas ; ces couleurs sont dues très certainement à la présence d’algues symbiotiques.
La taille de la colonie peut atteindre 35 cm de haut.

Espèces ressemblantes

Axinella dissimilis : oscules avec des sillons en étoile, couleur jaune d’or, rameaux relativement plus épais.

Alimentation

Les éponges sont des animaux filtreurs* qui se nourrissent de microparticules : bactéries, algues unicellulaires, débris organiques, ne dépassant pas en général 3 micromètres. Le courant d’eau nécessaire est créé par le mouvement de cellules ciliées* spécifiques des éponges : les choanocytes*.

Reproduction - Multiplication

La reproduction peut être sexuée ou asexuée.
- Sexuée : par œufs et spermatozoïdes*, aboutissant à la naissance d’une larve ciliée nageuse qui se fixe rapidement pour donner une nouvelle éponge. Les éponges sont généralement hermaphrodites*, l’émission des gamètes* mâles et femelles est parfois spectaculaire, mais rarement observé.
- Asexuée : par bourgeonnement* ou bouturage de fragments qui se détachent de l’éponge mère pour se fixer un peu plus loin. Bien qu’existante, cette reproduction est relativement secondaire. On trouve souvent sous le pied quelques dizaines de petites boules jaunes à orange foncé, les gemmules. Ces petites sphères de 1 mm de diamètre sont un stade de repos à partir duquel un nouvel individu pourra régénérer au printemps.
Les éponges ont une forte capacité de régénération.

Vie associée

Cette éponge sert souvent de support aux caprelles, petits crustacés amphipodes*.

Divers biologie

Spicules : les mégasclères* sont des oxes courts et épais (80 à 140 µm de long). Il n’y a pas de microsclères*.

Informations complémentaires

Aucune contraction n'est perceptible au toucher.

Origine des noms

Origine du nom français

Chaline : d’après l’ancien nom de genre scientifique de l’espèce : Chalina.
oculée : pourvue de taches (les oscules) faisant penser à des yeux.

Origine du nom scientifique

Haliclona : du grec [hal-] = sel, marin, et [clôn-] = rameau, jeune pousse : signifie approximativement "petit rameau, petite branche marine".
oculata : du latin [oculatus] = pourvu d’yeux, faisant référence au nombreux oscules disséminés sur les branches comme de petits yeux.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Porifera Spongiaires / Eponges Organismes exclusivement aquatiques, filtreurs, fixés au substrat, de formes variables, et percés d'orifices inhalants (ostioles ou pores) et exhalants (oscules).
Classe Demospongiae Démosponges

Eponges dont la charpente est constituée de spicules siliceux (différenciés en méga- et microsclères) et de collagène dispersé ou structuré en fibres de spongine. Ovipares ou vivipares, larve typique = parenchymula.

Ordre Haplosclerida Haplosclérides « Eponges à spicules simples ». Squelette formé de spicules* qui s’arrangent en formant un réseau de mailles polygonales, parfois renforcé par de la spongine. Mégasclères* de type oxes*, parfois des microsclères* (sigmas*, toxes*).
Sous-ordre Haplosclerina Haplosclérines
Famille Chalinidae Chalinidés
Genre Haliclona (Haliclona)
Espèce oculata

Nos partenaires