Gymnodoris de Ceylan

Gymnodoris ceylonica | (Kelaart, 1858)

N° 4344

Indo-Pacifique (dont mer Rouge)

Clé d'identification

Livrée blanc translucide à pois orange à rouge vif proéminents à la surface du corps
Longueur commune de 6 à 8 cm (jusqu'à 12 cm)
Rhinophores présentant une extrémité orange plus clair que les pois
Liseré orange clair en bordure de la dentelle marginale du pied
Ligne axiale orange à rouge présente sur le rachis externe de chacune des 9 à 10 longues branchies

Noms

Autres noms communs français

Gymnodoris à points rouges, gymnodoris à points orange

Noms communs internationaux

Ceylonese nudibranch, Ceylon gymnodoris, orange spot sea slug, red spotted transluscent slug (GB)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Trevelyana ceylonica Kelaart, 1858
Trevelyana zeylanica Kelaart, 1858
Trevelyana picta (Pease, 1871)

Distribution géographique

Indo-Pacifique (dont mer Rouge)

Zones DORIS : Indo-Pacifique

Cette espèce est présente dans tout l'Indo-Pacifique.
Outre la mer Rouge, on peut donc la rencontrer dans l'océan Indien le plus occidental, depuis Zanzibar jusqu'aux côtes sud-africaines. Elle est visible à La Réunion, à Mayotte, à Maurice, à Madagascar, aux Seychelles... ainsi que dans toute la zone centrale de l'Indo-Pacifique (Vietnam, Indonésie, Taiwan, les côtes australiennes...). Elle se rencontre également aux Fidji, en Nouvelle-Calédonie et, plus à l'est, jusque dans les archipels polynésiens du Pacifique (dont la Polynésie française).

Biotope

On trouve Gymnodoris ceylonica dans des zones sableuses, des algues ou des herbiers avec parfois un courant assez fort.

Description

Ce grand nudibranche à la livrée blanche, translucide (on peut aisément distinguer les organes), porte des pois orange à rouge vif a un corps épais d'une longueur commune de 6 à 8 cm pouvant même parfois atteindre 12 cm.
Le pied, attenant au corps sans délimitation, montre une large bordure blanc translucide bordée d'un liseré marginal orange plus clair que les pois.
A l'avant, les courts rhinophores* ont les extrémités du même orange plus clair que les pois, au même titre que parfois la ligne axiale présente sur la face externe de chacune des 9 à 10 longues branchies disposées en cercle autour de la papille anale.
Les pois rouges dorsaux sont légèrement proéminents pour les plus gros.

Espèces ressemblantes

G. ceylonica peut être confondue avec Gymnodoris striata (Eliot, 1908) du fait de leur coloration presque identique (pois orange à rouges sur fond blanc) mais cette dernière présente une ligne orange épaisse, continue ou rompue, tout autour du manteau*, se terminant en V à l'avant de la tête. Les pois dorsaux tendent fortement à s'allonger et chez certains individus, deviennent clairement des lignes orange, sur le dos et le pied. De plus, G. striata est généralement plus petite que G. ceylonica.

G. ceylonica peut également être confondue avec Gymnodoris impudica (Rüppell et Leuckart, 1828) qui peut avoir parfois un aspect général très similaire mais qui toutefois reste facilement distinguable de part sa coloration orange clair uniforme sur tous les pois, lignes et branchies et sa quantité de pois beaucoup plus importante que chez G. ceylonica. G. impudica a un corps plus allongé et elle porte des groupes plus denses de pois orange plus grands. Au niveau du panache respiratoire, on peut observer des lignes fourchues qui s'entrecroisent sur les feuilles branchiales (contre une seule ligne rouge chez G. ceylonica).

Alimentation

Ce nudibranche particulièrement grand et vorace se nourrit d'autres Opisthobranches tels que, selon les régions du monde, les lièvres de mer Stylocheilus striatus Quoy & Gaimard, 1832, Stylocheilus longicauda (Quoy & Gaimard, 1825) ou l'Aglajidé Nakamigawaia sp.

Reproduction - Multiplication

La reproduction de G. ceylonica , espèce hermaphrodite* comme tous les nudibranches, est sexuée et se déroule à une période de l'année bien précise (en décembre-janvier dans les îles de la Société par exemple). On observe alors un regroupement des individus, qui migrent dans les eaux peu profondes, parfois à forts courants, en suivant leurs conspécifiques* et peuvent s'y retrouver à plusieurs dizaines.
Les organes reproducteurs sont localisés juste en arrière de la tête, sur le flanc droit de l'animal. La papille génitale s'extrait du corps en cas de rencontre. La papille génitale évasée possède deux ouvertures : l'une à l'extrémité est le canal du sperme (organe masculin) et l'autre, latérale, reçoit les spermatozoïdes* (canal femelle). Chaque individu se connectera à la papille génitale de son alter-ego dans une position tête-bêche caractéristique et ils échangeront leurs gamètes* mâles (spermatozoïdes). Chacun pourra ensuite aller pondre de son côté, les œufs étant émis par la sortie de l'oviducte*, toujours sur le côté droit de l'animal.
Ils peuvent copuler plusieurs fois durant la période de reproduction.
La ponte est visible très facilement : il s'agit de longs chapelets d'œufs de couleur jaune-orangé, légèrement spiralés, qui sont déposés à même le substrat* (sable) et se trouvent parfois déplacés au gré des courants.
[Johnson 1992] indique qu'il peut exister une prédation de Gymnodoris citrina (Bergh, 1875) sur les œufs de G. ceylonica.

Origine des noms

Origine du nom français

Gymnodoris de Ceylan : le nom français est directement dérivé du nom scientifique latin et pointe sur l'origine de l'animal initialement décrit.

Origine du nom scientifique

Gymnodoris : du grec [gymnos]= nu ; et du prénom Doris provenant de la mythologie grecque. Celle-ci présente Doris comme une des océanides, fille d'Océan et de Thétys, qui mariée à Nérée aurait eu 50 filles connues sous le nom de Néréides.

ceylonica : de Ceylon ou Ceilao (en français : Ceylan), nom portugais de l'actuel Sri Lanka, dans l'océan Indien, d'où Edward Frederick Kelaart (1819 à Ceylan-1860) a décrit cette espèce de nudibranches pour la première fois en 1858.
Après s'être diversement appelée, Trapobane dans les textes grecs de l'antiquité ou Serendib en langue arabe (et avoir porté d'autres noms : Helabima, Siṃhāla...), cette île à la pointe de l'Inde a été nommée Ceylon (dérivé d'un mot de l'ancien tamoul) au temps de la route des Indes portugaises (1505-1558). Puis elle deviendra Ceylan sous l'Empire britannique. Le 22 mai 1972, Ceylan est devenu officiellement le Sri Lanka, mot cinghalais signifiant "pays resplendissant".

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Mollusca Mollusques Organismes non segmentés à symétrie bilatérale possédant un pied musculeux, une radula, un manteau sécrétant des formations calcaires (spicules, plaques, coquille) et délimitant une cavité ouverte sur l’extérieur contenant les branchies.
Classe Gastropoda Gastéropodes Mollusques à tête bien distincte, le plus souvent pourvus d’une coquille dorsale d’une seule pièce, torsadée. La tête porte une ou deux paires de tentacules dorsaux et deux yeux situés à la base, ou à l’extrémité des tentacules.
Sous-classe Opisthobranchia Opisthobranches Coquille présente, réduite ou absente. Branchies à l’arrière du cœur. Principalement marins ou d’eau saumâtre, rare en eau douce (une dizaine d’espèces, Ordre des Acochlidea).
Ordre Nudibranchia Nudibranches Cavité palléale et coquille absentes chez l’adulte. Lobes pédieux souvent absents aussi. Respiration cutanée, à l’aide de branchies, de cérates ou d’autres appendices. Tête portant une ou deux paires de tentacules, les tentacules postérieurs ou rhinophores peuvent parfois être rétractés dans des gaines. Principalement marins ou d’eau saumâtre.
Sous-ordre Doridina Doridiens Corps aplati. Anus dorsal entouré complètement ou partiellement par des branchies de remplacement ramifiées qui peuvent être rétractées (voire absentes). Mangeurs d’éponges, habituellement armés de spicules calcaires internes.
Famille Gymnodorididae Gymnodorididés
Genre Gymnodoris
Espèce ceylonica

Nos partenaires