Corail pot de fleurs vertes

Goniopora stokesi | Milne Edwards & Haime, 1851

N° 1612

Indo-Pacifique tropical Ouest et central

Clé d'identification

Colonie globuleuse hémisphérique
Diamètre maximal de 9 cm pour les colonies non fixées
Longs polypes de tailles diverses pouvant atteindre 10 cm de longueur
Polypes possédant 24 tentacules clairs disposés en étoile
Sur substrat meuble et fonds turbides

Noms

Autres noms communs français

Goniopora vert

Noms communs internationaux

Anemone coral, green flowerpot coral, ball coral, daisy coral, goni, yoo-hoo coral (GB), Margeritenkoralle (D)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Alveopora irregularis Crossland, 1952

Distribution géographique

Indo-Pacifique tropical Ouest et central

Zones DORIS : Indo-Pacifique

Ce scléractiniaire est peu commun mais se remarque facilement. Goniopora stokesi est présent en mer Rouge ainsi que dans les eaux tropicales de l'océan Indien comme en Somalie, à Madagascar, aux Seychelles, au Mozambique. Il est aussi présent dans l'océan Pacifique Ouest et central, avec une limite nord au Japon. En zones DORIS, sa présence est attestée à Mayotte, La Réunion, en Nouvelle-Calédonie et à Wallis et Futuna.

Biotope

Goniopora stokesi se trouve typiquement dans des zones peu profondes, de la zone intertidale* (peu fréquent) jusqu'à une trentaine de mètres de profondeur. Cette espèce est commune entre 10 et 20 m de profondeur. Ces fonds sont souvent turbides*, meubles et peuvent comprendre des zones de coraux endommagés. Les colonies sont éparpillées sur le substrat* comme de petites touffes.

Description

Goniopora stokesi constitue une colonie de forme globuleuse et hémisphérique, évoluant en forme de colonne courte et épaisse quand elle est mature. Elle est généralement sous forme libre, posée sur les sédiments meubles mais peut aussi être sous forme fixée au sein des récifs coralliens. Les formes libres peuvent mesurer 9 cm de diamètre, les formes fixées peuvent atteindre 80 cm de diamètre.

De jour, les polypes* sont souvent rétractés, la colonie de G. stokesi apparaît beige à violacée. Les nombreux calices* sont alors bien visibles, disposés sur toute la surface de la colonie. Ils sont ronds et de diamètre compris entre 3 et 6 mm.

Les polypes d'une même colonie peuvent être de longueurs différentes, les plus longs atteignant 10 cm. Ils sont épanouis de nuit, parfois de jour. Leur couleur varie du marron clair au vert. Chaque polype est pourvu de 24 tentacules dont les extémités sont souvent de couleur verte et plus claires que le reste du polype. Le cône oral est blanc. L'ensemble fait ressembler les polypes à des étoiles ou des paquerettes.

L'examen du squelette montre que les murailles des polypiérites* sont fines, perforées et hautes, la profondeur des calices pouvant atteindre 3 à 4 mm. La columelle* est irrégulière, elle peut être fine ou avoir une épaisseur proche de la moitié du diamètre du calice.
Les septes* sont perforés d'une manière désordonnée et peuvent avoir une apparence déchiquetée.

Espèces ressemblantes

G. stokesi est la seule forme libre du genre Goniopora. Pour les formes fixées, la confusion est possible avec d'autres espèces du genre Goniopora (G. djiboutiensis, G. ciliatus, G. columna, G. pendulus, G. lobata) :

Goniopora djiboutiensis : les colonies sont relativement massives ou forment de petites colonnes épaisses. Les polypes présentent de grands cônes oraux de couleur blanche ou rose. Absente de mer Rouge, cette espèce est présente dans l'océan Indien et le Pacifique Ouest. En zones DORIS, sa présence est reportée aux îles Eparses et en Nouvelle-Calédonie.

Goniopora lobata : espèce très semblable à G. stokesi, les colonies sont de forme hémisphérique ou constituent de petites colonnes épaisses. Cette espèce se trouve souvent en groupements denses dans les milieux turbides. Les polypes sont plutôt de couleur brune, parfois jaune ou verte. L'extrémité des tentacules et le cône oral peuvent être d'une couleur différente de celle du reste du polype. Cette espèce est présente en mer Rouge, dans l'océan Indien et le Pacifique Ouest. En zones DORIS, sa présence est reportée à Mayotte, aux îles Eparses, à la Réunion, en Nouvelle-Calédonie et à Wallis et Futuna.

Goniopora pendulus : les colonies sont de forme hémisphérique et se développent dans les environnements turbides et calmes. La columelle est large, les polypes sont grands, de couleur marron à marron-vert. Cette espèce se rencontre dans la zone tropicale de l'Australie et n'est pour l'instant pas répertoriée dans une zone DORIS.

Certains chercheurs ont émis l'hypothèse que les colonies fixées appartiendraient à d'autres espèces que G. stokesi qui ne se présenterait que sous forme libre. Cette hypothèse doit cependant être étudiée avec un échantillonnage plus élevé pour être confirmée.

On peut aussi confondre les Scléractiniaires du genre Goniopora (Poritidés) avec des Acroporidés du genre Alveopora quand les tentacules sont épanouis : en effet, toutes ces espèces possèdent de longs polypes aux tentacules nombreux disposés en étoile. Cependant, les polypes des coraux du genre Alveopora ne possèdent que 12 tentacules alors que ceux du genre Goniopora en ont 24.

Alimentation

Comme tous les coraux bâtisseurs de récifs coralliens, G. stokesi se nourrit, d'une part des composés carbonés issus de la photosynthèse* réalisée par les zooxanthelles * présentes dans ses tissus, et d'autre part de la capture de petits organismes passant à la portée des tentacules. Ces derniers portent des cnidocytes* qui dévaginent un harpon rempli de venin au passage d'une proie.
De plus, certaines observations d'aquariophiles indiquent qu'une nourriture riche en manganèse et en fer lui est profitable.

Reproduction - Multiplication

G. stokesi est une espèce gonochorique* (sexes séparés). Lors de la reproduction sexuée, les gamètes* sont émis dans l'eau de mer où a lieu la fécondation. La larve* planula* qui en résulte mène une vie planctonique* puis se dépose sur le substrat pour former une nouvelle colonie.

G. stokesi se multiplie de manière asexuée par bourgeonnement. Des colonies filles en forme de boules sont générées dans le tissu qui recouvre la colonie mère. Elles sont ensuite relâchées et se déposent autour de la colonie mère. Cette disposition de petites boules de corail au pied de colonies plus importantes est un trait caractéristique de l'espèce. C'est ainsi que certains fonds sont parsemés de colonies libres de G. stokesi, ce qui amène certains observateurs à parler de "champs à Goniopora stokesi ".

Vie associée

Ce corail réserve une surprise au plongeur qui le retourne : un petit crabe du genre Globopilumnus peut s'y trouver caché. Ce dernier se loge dans un trou creusé à la base du socle de la colonie et est ainsi protégé des prédateurs. Lorsqu'il se déplace, il soulève toute la colonie corallienne. Celle-ci colonise alors le milieu, évite l'envasement grâce aux déplacements et peut diversifier ses lieux de chasse.

Des copépodes du genre Anchimolgus vivent au sein des coraux du genre Goniopora dans la région du Pacifique Ouest. A. breviarius et A. qiqas sont des ectoparasites* de Goniopora stokesi.

Comme la plupart des espèces du genre Goniopora, G. stokesi peut facilement endommager ces voisins (coraux ou autres organismes) à l'aide de ces longs polypes venimeux.

Rappellons également la relation symbiotique* citée dans la partie "Alimentation", qui existe avec les algues unicellulaires dites zooxanthelles* : ces dernières pratiquent la photosynthèse* qui conduit à produire des subtances carbonées dont se nourrit G. stokesi, en échange de quoi la respiration du corail libère du CO2, élément indispensable à la photosynthèse*. Cette symbiose* facilite la fabrication du calcaire du squelette de G. stokesi.

Informations complémentaires

Les coraux, armés de cnidocytes*, sont des animaux qu'il vaut mieux éviter de toucher pour ne pas être piqué. Les espèces du genre Goniopora seraient parmi les coraux les plus agressifs avec leurs longs tentacules balayeurs (sweeper tentacles), qui sont utilisés pour la défense de la colonie.

Cette espèce est prisée par les aquiariophiles pour ses qualités esthétiques. La facilité de ses prélèvements favorise sa commercialisation (corail non fixé et se trouvant dans peu de profondeur). Tout prélèvement ou vente de G. stokesi est soumise à un permis CITES. Ces coraux sont cependant très difficiles à préserver en bon état en aquarium et la mortalité est élevée.

Il y a actuellement (2016) 14 espèces du genre Goniopora dont la présence est validée en eaux françaises.

Réglementation

Goniopora stokesi figure à l'annexe II de la convention de Washington. Sa commercialisation est donc réglementée et ne peut se faire qu'après l'obtention d'un permis CITES.

L'espèce est inscrite depuis 2008 dans la liste rouge de l'UICN (Union Internationale pour la Conservation de la Nature) sous le statut NT (soit Near Threatened, quasi-menacée). Son déclin est estimé proportionnel au déclin général des récifs coralliens.

Comme tous les coraux Scléractinaires, cette espèce est soumise à un arrêté préfectoral interdisant sa récolte à Mayotte.

Comme tous les autres scléractiniaires, elle est aussi soumise à réglementation par son inscription à l'Annexe 3 du Protocole relatif aux zones et à la vie sauvage spécialement protégées à la Convention pour la protection et la mise en valeur du milieu marin de la région des Caraïbes (dit Protocole SPAW ou de Kingston).

Origine des noms

Origine du nom français

Ce nom commun est proposé par le site DORIS. En effet, les polypes, généralement bien épanouis, émergent en bouquet du squelette rigide ; ils sont érigés tels des tiges au bout desquelles s'épanouissent les tentacules* comme des pétales de fleurs. La nature non fixée mais immobile des colonies en fait de drôles de pots de fleurs sous-marines !

Origine du nom scientifique

Goniopora : du latin [goniaeae] = pierre précieuse ou du grec [gonios] = angle, et du latin [porus] = pore.

stokesi : plusieurs Scléractinaires ont été nommés à partir du nom Stokes mais l'identité de la personne honorée n'est pas connue avec certitude.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Cnidaria Cnidaires

Organismes aquatiques (marins pour la plupart) libres ou fixés, carnivores, principalement à symétrie radiaire, caractérisés par des cellules urticantes : les cnidocytes. Deux morphologies principales : le polype et la méduse. La larve est une planula.

Classe Anthozoa Anthozoaires Cnidaires exclusivement marins, solitaires ou coloniaux, uniquement sous la forme polype (jamais de phase méduse dans le cycle de vie).
Sous-classe Hexacorallia / Zoantharia Hexacoralliaires / Zoanthaires Anthozoaires coloniaux ou solitaires, tentacules lisses, polypes à symétrie d’ordre 6.
Ordre Scleractinia Scléractiniaires / Madréporaires Hexacoralliaires coloniaux (quelques espèces solitaires) produisant un exosquelette calcaire abritant de petits polypes.
Famille Poritidae Poritidés
Genre Goniopora
Espèce stokesi

Nos partenaires