Doris précieuse

Goniobranchus preciosus | (Kelaart, 1858)

N° 460

Océans Indien et Pacifique Ouest

Clé d'identification

Manteau blanc opaque, parfois avec taches translucides et parsemé de petits points beiges dans partie centrale
Manteau contourné d'un fin liseré blanc, puis d'une bande rouge foncé, puis d'une bande jaune/orange
Rhinophores lamellés rétractiles ; troncs blanc translucide ; massues rouge foncé, rouges ou roses aux lamelles liserées de blanc opaque
Branchies rétractiles translucides rouge foncé, rouges ou roses (parfois blanches) surlignées de blanc opaque

Noms

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Doris preciosa Kelaart, 1858
Chromodoris preciosa (Kelaart, 1858)

Distribution géographique

Océans Indien et Pacifique Ouest

Zones DORIS : Indo-Pacifique

Du Sri Lanka et de la Malaisie jusqu'à Okinawa et au Royaume de Tonga.

Biotope

On trouve Goniobranchus preciosus souvent sous les rochers dans les zones de coraux, d'éponges et d'algues, dans les zones détritiques aussi bien que dans les zones de phanérogames marines. Généralement dans les endroits peu profonds, dès la zone intertidale* à la zone infralittorale* jusqu'à 15 m mais parfois jusqu'à 50 m.

Description

Petit nudibranche qui atteint 30 mm et dans de rares cas 50 mm de longueur.
Le manteau est blanc opaque, parfois avec des taches translucides et parsemé de petits points beiges dans la partie centrale.
Le manteau est contourné d'un fin liseré blanc puis d'une bande étroite rouge foncé et ensuite d'une bande étroite jaune/orange.
Le pied est blanc opaque.
Les rhinophores* sont lamellés rétractiles ; les troncs sont blanc translucide et les massues sont rouge foncé, rouges ou roses, aux lamelles liserées de blanc opaque. Les fourreaux sont blancs.
Les branchies rétractiles translucides sont rouge foncé, rouges ou roses (parfois blanches) et sont surlignées de blanc opaque. Elles forment un cercle autour de l'anus sur la partie dorsale du manteau postérieur.

Espèces ressemblantes

Goniobranchus preciosus fait partie d'un groupe de nudibranches de coloration similaire appelé le « Groupe de couleur Chromodoris verrieri » (il a depuis changé de genre) par [Rudman 1985] : le manteau est blanc et contourné d'une ou de plusieurs des couleurs suivantes : blanc, rouge, orange, jaune.

  • Chromodoris albonares Rudman, 1990 : manteau blanc uniforme contourné d'une bordure étroite orange/jaune ; rhinophores au tronc translucide et massues blanc translucide surlignées de blanc opaque ; branchies blanc translucide surlignées de blanc opaque ; rhinophores très grands comparés à la taille du corps. Le nom « albonares » signifie « grand nez » dû à leur odorat. Jusquà présent seulement observé en Nouvelle-Calédonie, Australie (New South Wales) et Samoa Américain.
  • Chromodoris trimarginata (Winckworth, 1946) : manteau blanc translucide marbré de blanc uniforme ; manteau contourné de trois bandes étroites de largeur égale : blanc au bord, puis rouge foncé, puis jaune/orange ; à côté de la bande jaune/orange se trouve une large bande de glandes de manteau blanches ramifiées ; le centre du manteau est parsemé de petits points rouge translucide ; branchies et rhinophores blanc translucide surlignés de blanc opaque ; seulement observé à Mumbai (Inde) et en Malaisie.
  • Goniobranchus verrieri (Crosse, 1875) : manteau blanc uniforme contourné d'une bande étroite rouge au bord puis d'une bande étroite jaune ; rhinophores au tronc blanc translucide et massues rouge translucide surlignées de blanc opaque ; branchies blanc translucide parfois rougeâtres surlignées de blanc opaque ; trouvé dans les océans Indien et Pacifique Ouest.
  • Noumea nivalis Baba, 1937 : manteau blanc translucide contourné d'une bande étroite jaune/orange, puis d'une bande plus large de taches irrégulières de blanc opaque (glandes du manteau) ; parfois quelques petits points orange se trouvent sur la partie centrale du manteau ; branchies et rhinophores blancs aux sommets orange. Jusqu'à présent observé seulement au Japon et à Hong-Kong.
  • Noumea subnivalis Baba, 1987 : manteau blanc uniforme contourné d'une bordure étroite qui est rouge/orange au bord et devient progressivement jaune vers l'intérieur ; manteau parsemé de petites pustules ; branchies blanches ; rhinophores aux troncs translucides et massues rouges surlignées de blanc opaque.

Alimentation

Probablement un mangeur de spongiaires.

Reproduction - Multiplication

Espèce hermaphrodite*. La reproduction se fait deux à deux, en position tête-bêche. En effet, les organes génitaux excertiles* débouchent sur le coté droit de l'individu, derrière la tête et il y a donc nécessité d'adopter une position permettant la connexion de ces organes. C'est ainsi que les partenaires échangent leurs gamètes* mâles. La fécondation est donc interne.
Les œufs sont déposés en spirale sur le substrat*.

Origine des noms

Origine du nom français

Doris précieuse : adaptation du nom scientifique.

Origine du nom scientifique

Goniobranchus : ce nom est probablement constitué du grec [gonia] = angle, et [branch] = branchies. On peut donc supposer que le nom décrit une particularité morphologique de ces organes.
Le genre Goniobranchus a été créé en 1866 par William Harper Pease (1824–1871) dans "Remarks on nudibranchiata inhabiting the Pacific islands, with descriptions of two new genera.
Cette espèce est passée du genre Chromodoris au genre Goniobranchus en 2012, suite à l'article.

preciosius : probablement du latin [pretiosus] = précieux.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Mollusca Mollusques Organismes non segmentés à symétrie bilatérale possédant un pied musculeux, une radula, un manteau sécrétant des formations calcaires (spicules, plaques, coquille) et délimitant une cavité ouverte sur l’extérieur contenant les branchies.
Classe Gastropoda Gastéropodes Mollusques à tête bien distincte, le plus souvent pourvus d’une coquille dorsale d’une seule pièce, torsadée. La tête porte une ou deux paires de tentacules dorsaux et deux yeux situés à la base, ou à l’extrémité des tentacules.
Sous-classe Opisthobranchia Opisthobranches Coquille présente, réduite ou absente. Branchies à l’arrière du cœur. Principalement marins ou d’eau saumâtre, rare en eau douce (une dizaine d’espèces, Ordre des Acochlidea).
Ordre Nudibranchia Nudibranches Cavité palléale et coquille absentes chez l’adulte. Lobes pédieux souvent absents aussi. Respiration cutanée, à l’aide de branchies, de cérates ou d’autres appendices. Tête portant une ou deux paires de tentacules, les tentacules postérieurs ou rhinophores peuvent parfois être rétractés dans des gaines. Principalement marins ou d’eau saumâtre.
Sous-ordre Doridina Doridiens Corps aplati. Anus dorsal entouré complètement ou partiellement par des branchies de remplacement ramifiées qui peuvent être rétractées (voire absentes). Mangeurs d’éponges, habituellement armés de spicules calcaires internes.
Famille Chromodorididae Chromodorididés Doridiens au corps mou allongé et étroit, à coloration vive. Dos en général lisse, bord du manteau développé à l’avant. Pied effilé à l’arrière, dépassant du manteau. Rhinophores lamellés, tentacules buccaux courts et coniques, branchies pennées.
Genre Goniobranchus
Espèce preciosus

Nos partenaires