Doris de Co

Goniobranchus coi | (Risbec, 1956)

N° 2034

Océan Indien Est, océan Pacifique Ouest

Clé d'identification

Doridien de 6 cm de taille maximale
Forme ovale et aplatie
Manteau blanc crème à brun rosâtre
Zone centrale plus sombre entourée d'une ligne violette sinueuse
Rhinophores lamellés et branchies de couleur blanc crème

Noms

Noms communs internationaux
Co’s Chromodoris (GB)
Elle a aussi été surnommée
Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Glossodoris coi Risbec, 1956
Chromodoris coi (Risbec, 1956)

Distribution géographique

Océan Indien Est, océan Pacifique Ouest

Zones DORIS : Indo-Pacifique

Cette espèce est présente de l'Australie occidentale, la Malaisie et l'Indonésie aux îles Marshall, Fidji et Salomon à l'est. Du nord au sud, on la trouve aussi du Japon et au Vietnam, d'où elle a été initialement décrite, à la Nouvelle-Calédonie

Biotope

C nudibranche se rencontre entre 3 et 30 mètres de profondeur dans un habitat relativement abrité sur le récif, dans le lagon ou sur une épave.

Description

Ce doridien mesure jusqu'à 6 cm. Sa forme est ovale, aplatie avec un manteau recouvrant largement le pied. Le manteau est blanc crème à brun rosâtre, une ligne violette doublée de blanc à l'extérieur orne en ondulant la partie centrale du manteau. Cette ligne encercle les rhinophores* et les branchies*. Elle délimite une zone plus sombre beige à marron clair à l'intérieur parfois tacheté de brun.
Les rhinophores lamellés et les branchies varient du blanc translucide au jaune pâle voire au brun clair. Une ligne pourpre soutenue souligne le bord externe du manteau, marqué en périphérie d'une zone crème à brun rosâtre plus sombre. Cette couleur se prolonge sous le manteau.
Le pied est blanc avec une ligne noirâtre proche de la base du manteau. On voit (rarement) deux petits tentacules* blancs qui entourent la bouche, uniquement quand le manteau est soulevé. Le manteau est parfois orné, entre la zone centrale et la bordure extérieure, d'une à quatre paires de points marron foncé, voire plus.

Ce doridien a la particularité de soulever son manteau de haut en bas en ondulant quand il avance ou quand il est dérangé, laissant le pied se découvrir.

Espèces ressemblantes

Chromodoris gleniei (Kelaart, 1858). Il a une répartition limitée à l'océan Indien (Maldives, Similan). La ligne sombre ondulante sépare la partie centrale du manteau de couleur orange marron avec des taches irrégulières violettes ou noires. La partie externe du manteau est blanche. Les rhinophores lamellés sont jaune doré et les branchies blanc jaune. Comme CGoniodoris doris coi, ce doridien soulève son manteau en ondulant.

Goniodoris fidelis (Kelaart, 1858). Très largement distribué, ce petit doridien (guère plus de 30 mm) montre également une partie centrale du manteau chantournée en "pièce de puzzle", comme C. coi. Mais les couleurs diffèrent : la partie intérieure est beige clair et l'extérieur du manteau est généralement orange à rouge. Les branchies et rhinophores sont très sombres.

Alimentation

Il se nourrit d'éponges et notamment de Chelonaplysilla violacea.

Reproduction - Multiplication

La reproduction est sexuée, hermaphrodite*. L'orifice génital est situé sur le côté avant droit et les individus se mettent tête-bêche pour s'accoupler.
Ce doridien pond des rubans d'œufs beiges qui comportent une particularité que l'on retrouve chez certains autres Chromodoris : des taches jaunes irrégulièrement réparties sur le ruban. Il s'agirait de "réserves" de vitellus déposées lors de la ponte, en dehors des capsules d'œufs, et consommées par les larves après leur éclosion dans les premiers stades de leur développement.

Vie associée

Cette espèce est l'hôte du copépode endoparasite Ceratosomicola coia Salmen, Wilson & Schrödl, 2008, adulte.

Divers biologie

Les différents points qui apparaissent parfois sur le manteau de certains individus sont peut-être liés à l'âge. Le manteau des Chromodoris possède généralement, sur sa bordure, des glandes capables de sécréter des substances toxiques, utiles à la défense de l'animal.

Origine des noms

Origine du nom français

Doris de Co est une francisation de l'ancien nom scientifique Chomodoris coi.

Origine du nom scientifique

Goniobranchus : ce nom est probablement constitué du grec [gonia] = angle, et [branch] = branchies. On peut donc supposer que le nom décrit une particularité morphologique de ces organes.
Le genre Goniobranchus a été créé en 1866 par William Harper Pease (1824–1871) dans "Remarks on nudibranchiata inhabiting the Pacific islands, with descriptions of two new genera".

coi
: dédié à Co. Ce nom d'espèce est un hommage au plongeur qui a récolté le spécimen-type, M. Nguyen-Van Co, dans la baie de Dong Hon Mieu à Nhatrang (Viet Nam).

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Mollusca Mollusques Organismes non segmentés à symétrie bilatérale possédant un pied musculeux, une radula, un manteau sécrétant des formations calcaires (spicules, plaques, coquille) et délimitant une cavité ouverte sur l’extérieur contenant les branchies.
Classe Gastropoda Gastéropodes Mollusques à tête bien distincte, le plus souvent pourvus d’une coquille dorsale d’une seule pièce, torsadée. La tête porte une ou deux paires de tentacules dorsaux et deux yeux situés à la base, ou à l’extrémité des tentacules.
Sous-classe Opisthobranchia Opisthobranches Coquille présente, réduite ou absente. Branchies à l’arrière du cœur. Principalement marins ou d’eau saumâtre, rare en eau douce (une dizaine d’espèces, Ordre des Acochlidea).
Ordre Nudibranchia Nudibranches Cavité palléale et coquille absentes chez l’adulte. Lobes pédieux souvent absents aussi. Respiration cutanée, à l’aide de branchies, de cérates ou d’autres appendices. Tête portant une ou deux paires de tentacules, les tentacules postérieurs ou rhinophores peuvent parfois être rétractés dans des gaines. Principalement marins ou d’eau saumâtre.
Sous-ordre Doridina Doridiens Corps aplati. Anus dorsal entouré complètement ou partiellement par des branchies de remplacement ramifiées qui peuvent être rétractées (voire absentes). Mangeurs d’éponges, habituellement armés de spicules calcaires internes.
Famille Chromodorididae Chromodorididés Doridiens au corps mou allongé et étroit, à coloration vive. Dos en général lisse, bord du manteau développé à l’avant. Pied effilé à l’arrière, dépassant du manteau. Rhinophores lamellés, tentacules buccaux courts et coniques, branchies pennées.
Genre Goniobranchus
Espèce coi

Nos partenaires