Amande de mer commune

Glycymeris glycymeris | (Linnaeus, 1758)

N° 1802

Manche, Atlantique, Méditerranée

Clé d'identification

Coquille ronde et épaisse
Épais périostracum velouté
Lignes brunes et flammes en zigzag
Une douzaine de petites dents près de la charnière

Noms

Autres noms communs français

Amande marbrée, amande commune d'Europe, coque rouge (Manche), amande du large (Arcachon), vovan (Marseille)

Noms communs internationaux

Dog cockle, european bittersweet (GB), Pie d’asino comune (I), Almendra de mar (E), Sammtmuschel (D), Marmerschelp, kamschelp (NL), Castanhola-do-mar (P)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Arca glycymeris Linnaeus, 1758
Pectunculus glycymeris Linnaeus, 1758
Axinaea glycymeris Linnaeus, 1758

Distribution géographique

Manche, Atlantique, Méditerranée

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord

Ce bivalve est présent de la Norvège au nord jusqu’aux côtes africaines occidentales au sud (Maroc, îles du Cap-Vert). On le rencontre également en Méditerranée.

Biotope

Elle vit en colonie, enfouie peu profondément sur les fonds de sable vaseux, de sable grossier et de graviers, de l’étage médiolittoral inférieur jusqu’à 100 m de profondeur.

Description

La coquille est presque circulaire, solide, équivalve*, équilatérale*, de couleur blanche avec des lignes (flammes) brunes à ocre rouge ondulées ou en zigzags. On note la présence sur les bords des valves d’une cuticule (ou périostracum) brun velouté. Les stries de croissance concentriques sont bien visibles. L’intérieur de la coquille est le plus souvent de couleur blanche à l’aspect de porcelaine, mais peut comporter des taches brun foncé plus ou moins grandes ; la trace de la limite du manteau sur la face interne (ligne palléale*) est dépourvue de sinus* (marque en forme d'encoche).
La masse viscérale aplatie et molle est enveloppée par le manteau. Il est formé de deux grands lobes, attachés sur une face, qui sécrètent la coquille. Comme tous les filibranches*, cette espèce possède des branchies dont les filaments allongés et repliés sur eux-mêmes sont réunis entre eux par des brosses ciliaires. On trouve deux muscles adducteurs (un antérieur et un postérieur) qui traversent de part en part l’animal et s’insèrent sur la face interne des deux valves. Leur rôle est de fermer ou de rapprocher rapidement les deux valves. Leur impression, visible à l’intérieur de la coquille, est égale (de même taille). Le pied, qui sert à l’enfouissement, est allongé et aplati. Ce bivalve est dépourvu de siphons et de byssus*.
L’amande de mer possède une charnière (dite taxodonte*) munie de nombreuses petites dents (une vingtaine) en arc de cercle autour de l‘attache du ligament, caractéristique des bivalves avec des caractères primitifs. Son bord externe est crénelé.
Son diamètre est en moyenne de 5 à 6 cm mais peut atteindre 8 cm pour les individus les plus âgés (10 ans).

Espèces ressemblantes

Glycymeris bimaculata : la principale différence réside dans la forme du crochet qui est droit alors qu’il est oblique chez G. glycymeris.
Glycymeris pilosa : chez cette espèce, on note la présence intérieurement de côtes rayonnantes espacées bien visibles ainsi qu’un périostracum velu.

Alimentation

Filtreur microphage suspensivore*, l’amande de mer se nourrit de bactéries, diatomées, œufs et larves d’invertébrés.

Reproduction - Multiplication

La reproduction est sexuée. Les sexes sont séparés. La ponte a lieu toute l’année mais en fonction de la température du milieu il peut y avoir un pic au printemps et à la fin de l’été. La fécondation a lieu dans l’eau de mer et la larve véligère* a une durée de vie pélagique de 3 à 4 semaines.

Vie associée

Dans un bon nombre d'individus on peut trouver Pinnotheres pectunculi Hesse, 1872. La prévalence (= taux d'infestation) est habituellement très élevée chez cette espèce (en moyenne un pinnothère pour 4 ou 5 Glycymeris glycymeris).
(Communication Pierre NOËL)

Informations complémentaires

L’amande de mer, espèce comestible à la chair peu estimée, est pêchée à la drague ainsi qu’au râteau ou à la main aux plus basses mers de vive eau sur les plages de sable grossier du golfe Normano-Breton et de Bretagne Sud. Elle peut être consommée crue ou farcie.
La coquille est parfois utilisée pour faire des camées.
Comme de nombreux bivalves, l’amande de mer peut produire accidentellement des perles ; elles sont non nacrées et sans aucune valeur marchande.

Origine des noms

Origine du nom français

Amande : par analogie de forme avec le fruit de l’amandier.

Origine du nom scientifique

Glycymeris : d'origine grecque c'était le nom d’une coquille, apparentée aux huîtres, dans Aristote.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Mollusca Mollusques Organismes non segmentés à symétrie bilatérale possédant un pied musculeux, une radula, un manteau sécrétant des formations calcaires (spicules, plaques, coquille) et délimitant une cavité ouverte sur l’extérieur contenant les branchies.
Classe Bivalvia / Lamellibranchia / Pelecypoda Bivalves / Lamellibranches / Pélécypodes Mollusques aquatiques, filtreurs, au corps comprimé latéralement. Coquille composée de 2 valves articulées disposées de part et d’autre du plan de symétrie. Absence de tête, de pharynx, de radula et de glande salivaire.
Sous-classe Pteriomorphia Ptériomorphes Muscle adducteur postérieur développé, antérieur réduit.
Ordre Arcida Arcides

Charnière taxodonte (aux dents nombreuses). Pas de sinus palléal et pas de nacre.

Sous-ordre Arcoida Arcoïdes

Coquille circulaire ou ovale oblique avec, le plus souvent, un périostracum pileux.

Famille Glycymerididae Glycymérididés
Genre Glycymeris
Espèce glycymeris

Nos partenaires