Eponge de Neptune

Geodia neptuni | (Sollas, 1886)

N° 544

Golfe du Mexique, Caraïbes, Atlantique tropical

Clé d'identification

Eponge en forme de tonnelet
Parois épaisses, fermes
Surface bosselée et piquetée
Ouvertures intérieures rondes, nettes, intérieur clair

Noms

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Synops vosmaeri Sollas, 1886
Sidonops neptuni Sollas, 1889

Distribution géographique

Golfe du Mexique, Caraïbes, Atlantique tropical

Zones DORIS : Caraïbes

Bahamas, Caraïbes, Floride.

Biotope

Elle vit dans les récifs coralliens, en eau claire, jusqu'à 50 m environ.

Description

Cette éponge solitaire, massive, mesure jusqu'à 60-70 cm de hauteur pour 50 cm de diamètre. Elle est grossièrement en forme de tonnelet aux parois épaisses, avec une cuvette plus ou moins profonde au sommet. Les jeunes individus ont leurs oscules qui s'ouvrent à l'intérieur de cette cuvette, les vieux individus finissent par être perforés de part en part.
Les oscules sont petits (3 à 4 mm), réguliers et pourvus d'une bordure claire.
Les pores sont cachés dans les replis de la surface interne et externe, peu ou pas visibles.
La surface est irrégulière, bosselée ou cannelée et même piquetée. Sa couleur peut être beige, marron à violacée, mais elle peut être couverte de poussières et d'algues. La consistance est très ferme mais pas cassante, un peu comme du liège.

Alimentation

Comme (presque) toutes les éponges, se nourrit en filtrant les particules microscopiques contenues dans l'eau de mer.

Reproduction - Multiplication

Eponge ovipare*. Produit des nuages de « fumée » qui sont en fait l'émission des gamètes* mâles.

Informations complémentaires

Spicules : on peut trouver de grands triaenes avec long rhabde (tridents à long manche). Quelques oxes, styles ou strongyloxes.
Les microsclères* sont de type sterraster, très abondants, formant une écorce extrêmement dense et dure, et également strongylasters, spherasters, oxyasters… localisés dans le choanosome. (Pour ces termes, une image vaut mieux qu'une description : voir photos).

Origine des noms

Origine du nom français

Simple traduction du nom d'espèce. Neptune était la principale divinité marine du panthéon romain.

Origine du nom scientifique

Le nom de genre Geodia (géode) correspond bien à l'aspect de boule rugueuse, cachant à l'intérieur des structures géométriques d'une beauté cristalline (les asters).

Pour le synonyme Sidonops = peut-être « qui ressemble à une grenade ».

neptuni : de Neptune, dieu grec de l'océan.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Porifera Spongiaires / Eponges Organismes exclusivement aquatiques, filtreurs, fixés au substrat, de formes variables, et percés d'orifices inhalants (ostioles ou pores) et exhalants (oscules).
Classe Demospongiae Démosponges

Eponges dont la charpente est constituée de spicules siliceux (différenciés en méga- et microsclères) et de collagène dispersé ou structuré en fibres de spongine. Ovipares ou vivipares, larve typique = parenchymula.

Ordre Astrophorida Astrophorides « Eponges porteuses d’asters ». Squelette radiaire, avec des grands spicules tétractines (à 4 branches) et des microsclères de type asters.
Famille Geodiidae Géodiidés
Genre Geodia
Espèce neptuni

Nos partenaires