Faceline de Quatrefages

Facelina quatrefagesi | (Vayssière, 1888)

N° 3991

Méditerrannée et Atlantique proche

Clé d'identification

Eolidien de 30 à 40 mm au long corps blanc semi-transparent
Tentacules oraux longs et translucides avec bord antérieur blanc iridescent
Rhinophores plus courts que les tentacules oraux, translucides au premier tiers
Rhinophores lamellés sur les deux tiers supérieurs, sauf sur une zone blanc iridescent en face antérieure
Cérates rouge orangé, avec point noir près du sommet et apex semi-transparent

Noms

Noms communs internationaux

Facelina di Quatrefages (I)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Acanthopsole quatrefagesi Vayssière, 1888

Cette espèce a été synonymisée à tort avec Caloria elegans (sous le nom Acanthopsole quatrefagesi) en 1979 par B. Picton.

Distribution géographique

Méditerrannée et Atlantique proche

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord

On rencontre cette espèce sur les côtes méditerranéennes occidentales, en Espagne, en France et en Italie, ainsi que dans l'Atlantique proche puisqu'elle a été signalée sur les côtes du Portugal, de Galice espagnole, à Madères, aux îles Canaries...

Biotope

L'espèce s'observe dans la zone infra-littorale*, sur des parois rocheuses riches en hydraires dont elle se nourrit. Elle a aussi parfois été rencontrée en zone sablo-vaseuse sur la Côte d'Azur.

Description

C'est un éolidien d'environ 30 à 40 mm, au corps blanc semi-transparent, présentant deux petits tentacules propodiaux* translucides à l'avant.
Les tentacules* oraux sont longs, translucides, avec un bord antérieur blanc iridescent sur les deux tiers terminaux.
Les rhinophores* sont plus courts que les tentacules oraux. Ils sont lamellés sur leurs deux-tiers supérieurs, sauf sur la face antérieure au niveau d'une zone blanc iridescent. Le premier tiers inférieur des rhinophores est translucide et les taches oculaires sont clairement visibles au niveau de leur base.
Les cérates* sont organisés en 7 à 8 groupes juxtaposés. Les cérates les plus longs occupent une position centrale et viennent généralement, en se courbant, toucher les cérates du côté opposé. La glande digestive est généralement rouge orangé, avec un point noir près du sommet et un apex* semi transparent. On peut souvent distinguer un discret point blanc subterminal au niveau des cnidosacs*.

La queue est étroite avec une ligne médiane blanche.

Espèces ressemblantes

Facelina quatrefagesi a longtemps été confondue avec Caloria elegans, dont elle ne diffère physiologiquement que par les rhinophores et de subtils détails de l'appareil reproducteur.
Chez Caloria elegans, les rhinophores apparaissent lisses lorsqu'ils sont étirés et ridés lorsqu'ils sont contractés, tandis qu'ils sont clairement lamellés sur les deux tiers supérieurs chez la faceline de Quatrefages.
Sinon, la formule radulaire* et la mâchoire sont identiques ; la coloration des deux espèces peut être assez similaire, C. elegans, au patron de couleur plus instable que Facelina quatrefagesi, pouvant montrer une glande digestive jaune à orangée en fonction de son alimentation. Il a fallu une analyse moléculaire basée sur trois marqueurs génétiques pour formellement différencier les deux taxons*.

Alimentation

Cette espèce se nourrit de polypes* d'hydraires.
Elle a été vue sur Halecium sp. sur les côtes italiennes, et sur Eudendrium sp. sur la Côte d'Azur.

Reproduction - Multiplication

Les nudibranches sont des animaux hermaphrodites* synchrones. L'orifice de l'appareil génital s'ouvre à droite sous la première rangée de cérates, au niveau du pied. Il est donc nécessaire, aux fins de reproduction, que deux individus s'apparient tête-bêche, de façon à ce que les organes copulatoires s'interconnectent. Les partenaires vont ainsi s'échanger leurs gamètes* mâles. Chacun pourra ensuite féconder ses œufs et aller pondre de son côté.
Le pénis de la faceline de Quatrefages est lamelleux et présente sur son bord supérieur une quinzaine de crochets chitineux courts et massifs. La ponte est probablement spiralée et étroite mais peu de choses sont connues de la biologie de cette espèce.

Divers biologie

La radula* présente 20 à 30 rangées de dents de forme lancéolée, présentant chacune une unique cuspide* centrale bien marquée et flanquée de 5 à 7 longs denticules. La formule radulaire est donc 20 à 30 x (0 - 1 - 0).

Informations complémentaires

L'animal original qui a servi en 1888 à la description de Vayssière (1854-1942) sous le nom de Acanthopsole quatrefagesi provient de la rade de Villefranche-sur-mer (06).

Origine des noms

Origine du nom français

Faceline de Quatrefages : francisation du nom scientifique de l'espèce.

Origine du nom scientifique

Facelina : vient du latin et désigne un aspect avec des lignes.
Ce terme a autrefois désigné les fagots dans lesquels Oreste aurait amené la statue de Diane de Scythie en Italie. Mythologiquement, Facelina est d'ailleurs le surnom de Diane (déesse de la chasse) en Sicile.
Du latin, cela traduit donc un aspect ligné, comme le seraient des fagots de bois.
Le genre Facelina a été décrit par Joshua Alder & Albany Hancock, en 1855 et comprend à ce jour plus d'une vingtaine d'espèces. Le type* du genre est Facelina auriculata (Müller, 1776), ex-Eolidia coronata Forbes & Goodsir, 1839.

quatrefagesi : c'est le descripteur, Vayssière qui nous donne l'explication dans la description initiale de 1888 : "nous dédions cette espèce intéressante d'Acanthopsole au savant professeur du Muséum, M. de Quatrefages, membre de l'Institut" (Acanthopsole étant le genre initial de cette espèce).
Jean Louis Armand de Quatrefages de Bréau (1810-1892) est un biologiste, zoologiste et anthropologue français, ayant enseigné et travaillé sur de nombreux sujets de zoologie, notamment les invertébrés marins. Il publiera également des réflexions et théories autour de l'espèce humaine et l'ethnologie, sans que ces écrits n'aient la même pertinence et la même portée que ses travaux de zoologie. Armand de Quatrefages est également, nous dit Alice Pruvot-Fol, l'auteur de remarquables dessins de nudibranches, non publiés pour la plupart et dormant dans les cartons du Muséum.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Mollusca Mollusques Organismes non segmentés à symétrie bilatérale possédant un pied musculeux, une radula, un manteau sécrétant des formations calcaires (spicules, plaques, coquille) et délimitant une cavité ouverte sur l’extérieur contenant les branchies.
Classe Gastropoda Gastéropodes Mollusques à tête bien distincte, le plus souvent pourvus d’une coquille dorsale d’une seule pièce, torsadée. La tête porte une ou deux paires de tentacules dorsaux et deux yeux situés à la base, ou à l’extrémité des tentacules.
Sous-classe Opisthobranchia Opisthobranches Coquille présente, réduite ou absente. Branchies à l’arrière du cœur. Principalement marins ou d’eau saumâtre, rare en eau douce (une dizaine d’espèces, Ordre des Acochlidea).
Ordre Nudibranchia Nudibranches Cavité palléale et coquille absentes chez l’adulte. Lobes pédieux souvent absents aussi. Respiration cutanée, à l’aide de branchies, de cérates ou d’autres appendices. Tête portant une ou deux paires de tentacules, les tentacules postérieurs ou rhinophores peuvent parfois être rétractés dans des gaines. Principalement marins ou d’eau saumâtre.
Sous-ordre Aeolidiina Eolidiens Corps long et effilé portant des cérates simples, alignés ou non sur plusieurs rangées ou en bouquets. Tête avec deux paires de tentacules, la postérieure (rhinophores) sans gaine. Coins antérieurs du pied parfois effilés en tentacule. La majorité consomme des cnidaires mais certains mangent d’autres opisthobranches ou des œufs de poissons.
Famille Facelinidae Facelinidés Eolidiens au corps grêle, aux cérates groupés en faisceaux, sans pédoncule. En général tentacules pédieux, rhinophores à lamelles ou annelés.
Genre Facelina
Espèce quatrefagesi

Nos partenaires