Gorgone blanche

Eunicella singularis | (Esper, 1791)

N° 239

Méditerranée occidentale à l’Adriatique

Clé d'identification

Couleur blanche
Rameaux relativement longs, souvent parallèles, peu divisés
Souvent verticale

Noms

Noms communs internationaux

White gorgonian (GB), Gorgonia bianca (I), Gorgonia blanca (E), Weisse Fächerkoralle (D)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Eunicella stricta

Distribution géographique

Méditerranée occidentale à l’Adriatique

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord

On la rencontre de la Méditerranée occidentale à l'Adriatique.

Biotope

La gorgone Eunicella singularis se rencontre sur des fonds de 10 à 60 mètres.
Cette espèce colonise essentiellement les fonds rocheux peu pentus et souvent plutôt sédimentaires.
Elle est fréquemment fixée sur le moindre support dur de ces fonds sablo-vaseux : cailloux, coquillage...
C'est une espèce qui supporte la lumière (elle est donc plutôt photophile*).

Description

La hauteur de cette gorgone varie de 30 à 70 cm et sa largeur de 10 à 30 cm. Le coenenchyme*, c'est à dire la partie charnue qui recouvre l'axe squelettique, est de couleur blanche. L'arborescence est caractérisée par des rameaux relativement longs, souvent parallèles, se développant dans l'espace, et non pas dans un seul plan comme c'est le cas pour d'autres gorgones. Elle est assez peu ramifiée. Elle peut se trouver souvent sur le fond, présentant alors de longs rameaux verticaux.
Les calices*, c'est à dire les ouvertures des polypes dans la partie charnue du tégument, sont peu apparents. Les polypes mesurent 3 à 5 mm. Ils sont plutôt translucides, d'un brun teinté de jaune ou de vert. Leur couleur est due à des algues symbiotiques.
La gorgone est fixée au substrat par un élargissement de la base.

Observations au microscope.
Les sclérites* sont blancs et de deux types : en forme de massues à surface lisse, et en aiguilles longues avec de grosses verrues. Leur longueur moyenne est de 200 à 300 µm.
(La microscopie des sclérites se fait avec un grossissement de 50.)

Espèces ressemblantes

Elle peut être confondue avec la gorgone verruqueuse Eunicella verrucosa possédant une variété de couleur blanche mais celle-ci possède des "verrues" (les calices*) plus proéminentes.

Alimentation

L'organisation coloniale de plusieurs milliers d'individus ou polypes permet à la nourriture capturée par quelques-uns de nourrir toute la communauté. La digestion des particules se fait uniquement en contact direct avec les mésentères* dans l'espace creux du polype et dans les canaux les reliant. Dans ceux-ci, les nutriments flottent sous forme de molécules. De manière à optimiser les chances de capture des particules organiques en suspension (vivantes ou mortes), les arborescences sont bien développées dans la colonne d'eau. Chez cette gorgone, les zooxanthelles* symbiotiques présentes dans les tissus contribuent à apporter un complément nutritionnel par leur activité photosynthétique*.

Reproduction - Multiplication

Chez les gorgones, les sexes sont séparés. La fécondation a lieu dans la cavité gastrique des femelles pour donner les œufs. Au stade planula, la larve a la forme d'un disque aplati de 2 à 3 mm, elle sort alors de la cavité gastrique pour aller se fixer sur un fond favorable. Ces larves planulas, roses, sont libérées entre fin juin et fin juillet. Les larves sont portées par le courant, mais elle peuvent aussi se déplacer, localement. Après 1 à 4 semaines d'errance, elles se fixent en un lieu favorable pour créer une nouvelle colonie. Après fixation d'un l'individu, des tentacules poussent et une invagination se produit pour former la cavité gastrique. A partir du polype initial ou oozoïde* se développent des stolons creux sur lesquels bourgeonnent les autres polypes ou blastozoïdes*.
On estime qu'une larve sur 60 000 seulement donne un individu qui passera la première année !
La croissance est de 1 à 5 centimètres par an (par bourgeonnement) pour atteindre l'âge adulte vers 15 ans, soit pour les plus grandes une taille proche de 1 mètre. La longévité est mal connue mais probablement supérieure à 25 ans.

Vie associée

Un bon nombre d'épibiontes* ou d'opportunistes profitent des rameaux des gorgones blanches pour s'accrocher et bénéficier de meilleures possibilités de capter, sur ce poste bien situé, les particules nutritives. On verra ainsi se développer sur leurs rameaux des clavelines, des salmacines...
Des algues, souvent filamenteuses, peuvent aussi se développer sur ces gorgones, à leur détriment.

Divers biologie

Contrairement à la plupart des autres gorgones, elle ne craint pas les sédiments ni la lumière, ce qui explique certains de ses biotopes.

Cette espèce, comme c'est le cas pour d'autres gorgones, peut être la proie de nudibranches comme Marionia blainvillea et aussi, mais très rarement, de Tritonia nilsodhneri.

La simnie blanche ou Simnia spelta, gastéropode remarquablement mimétique, fixe sa ponte sur les gorgones blanches dont elle se nourrit. Généralement les parties libres de l'axe de la gorgone qu'elle aura dénudé sont rapidement colonisées par des algues, des serpules (salmacines), des bryozoaires ou des tuniciers coloniaux. Un peu plus tard, dans certains cas, la partie charnue de la gorgone peut régénérer en partie ce qui a été perdu et recouvrir des parties nécrosées, étouffant ainsi les épibiontes*, et formant alors des excroissances dont les cavités sont peuplées par nombre d'animaux qui y trouvent un milieu favorable (foraminifères, copépodes, polychètes, nématodes, balanes) ou par d'autres organismes (diatomées, algues, cyanophycées). Les poches ainsi formées sont de véritables biotopes où de nombreux êtres vivants se développent et se reproduisent.

Origine des noms

Origine du nom français

Cette gorgone a une couleur blanche caractéristique.

Origine du nom scientifique

Eunicella : du latin [Eunicella] = est le diminutif de Eunice nom mythologique d'une Néréide.
singularis : du latin [singularis] = seul, isolé.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Cnidaria Cnidaires

Organismes aquatiques (marins pour la plupart) libres ou fixés, carnivores, principalement à symétrie radiaire, caractérisés par des cellules urticantes : les cnidocytes. Deux morphologies principales : le polype et la méduse. La larve est une planula.

Classe Anthozoa Anthozoaires Cnidaires exclusivement marins, solitaires ou coloniaux, uniquement sous la forme polype (jamais de phase méduse dans le cycle de vie).
Sous-classe Octocorallia / Alcyonaria Octocoralliaires / Alcyonaires Anthozoaires coloniaux, parfois solitaires. Polypes de petite taille à symétrie radiaire d’ordre 8 (8 tentacules portant 2 rangées de pinnules). Exosquelette calcaire ou spicules calcaires ou fibres organiques.
Ordre Alcyonacea Alcyonacés Octocoralliaires dont les polypes sont enfouis dans un coenosarc épais plus ou moins calcifié. Polypes allongés qui restent accolés les uns aux autres en bouquets. Spicules fusiformes et épineux. Ce groupe renferme les alcyons (ou coraux mous), les gorgones, et les coraux vrais.
Sous-ordre Holaxonia Holaxonides / Gorgonides Axe squelettique organique souple plus ou moins calcifié portant les polypes. Colonies en forme de fouet, d'éventail, de candélabre. Ce sont les gorgones.
Famille Gorgoniidae Gorgoniidés
Genre Eunicella
Espèce singularis

Nos partenaires