Brochet

Esox lucius | Linnaeus, 1758

N° 366

Europe occidentale à Sibérie orientale, Amérique du Nord, Afrique du Nord

Clé d'identification

Corps fusiforme
Caudale homocerque fourchue
Nageoire dorsale projetée vers l'arrière
Tête en forme de bec de canard
Grande bouche couverte de dents (700 environ)

Noms

Autres noms communs français

Bec de canard, brouché, brouchetta, beked, lanceron, sifflet
Les juvéniles sont aussi appelés poignards en allusion à la forme de cette arme.

Noms communs internationaux

Pike, pickerel, northern pike (GB), Luccio (I), Lucio (E), Flußhecht, Hecht, Heichit (D), Snoek (NL)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Lucius lucius (Linnaeus, 1758)
Esox estor (Lesueur, 1818)
Esox lucioides (Agassiz & Girard, 1850)
Esox reichertii baicalensis (Dybowski, 1874)

Distribution géographique

Europe occidentale à Sibérie orientale, Amérique du Nord, Afrique du Nord

Zones DORIS : Eau douce, Atlantique Nord-Ouest

Sa distribution d'origine est circumpolaire (zones tempérées et froides) dans les eaux douces.
En Europe : de l'Atlantique à l'est de la Sibérie avec la limite sud au nord de l'Italie et la limite nord au sud de la Norvège et au nord de l'Irlande. Présent partout en France et en Belgique.
Au Québec : dans l'ensemble des lacs et des cours d'eau, ainsi que dans le Saint Laurent en amont de la rivière Nicolet.
Il a été introduit dans la péninsule ibérique et en Afrique du Nord ainsi que dans quelques pays africains (Ouganda, Éthiope). Certains pays signalent un impact défavorable suite à son introduction.

Biotope

Eaux douces transparentes où le couvert végétal est important. Il préfère les eaux peu profondes et tranquilles où le courant est faible : lacs, cours d'eau, méandres et bras morts. Peu exigeant au niveau thermique (10 - 23 °C), il est également présent dans les eaux saumâtres (jusqu'à 15 ‰).

Description

Cette espèce est identifiable du fait de sa forme en balle de fusil. Les nageoires impaires sont en arrière de l'animal (permettant une propulsion de 'sprinter'). La tête caractéristique ressemble à un bec de canard. La mandibule est plus longue que la mâchoire supérieure. La robe va du vert clair au noir suivant la couleur dominante des habitats colonisés. Les flancs sont plus clairs avec des bandes transversales plus foncées. Lors de la croissance, les rayures obliques des jeunes laissent place à des lignes horizontales.
Sa taille est en moyenne de 50 à 60 cm (maximum 150 cm pour un poids de 35 kg et un âge de 30 ans).

Espèces ressemblantes

Jusqu'à il y a peu, il était admis qu'il n'existait qu'une seule espèce de brochet (Esox lucius) en Europe. Des études récentes montrent qu'il n'en est rien.

Le brochet aquitain Esox aquitanicus Denys, Dettai, Persat, Hautecœur & Keith, 2014 : sa robe est marbrée, son museau plus court et il a un nombre moins élevé de vertèbres et d'écailles sur la ligne latérale ; son aire de répartition est limitée au Sud-Ouest de la France (bassins de la Charente à l'Adour) ; génétiquement différent, il peut néanmoins s'hybrider avec Esox lucius.

Le brochet cisalpin Esox cisalpinus Bianco & Delmastro, 2011 : sa livrée est caractérisée par des bandes/rayures claires sur fond sombre, il a un nombre inférieur d'écailles le long de la ligne latérale ; il est génétiquement différent du brochet présent dans le reste de l'Europe mais peut s'hybrider avec des Esox lucius introduits dans la péninsule.

Alimentation

Le brochet est un prédateur qui chasse à l'affût tapi dans les plantes aquatiques. Il chasse de jour et sa coloration verdâtre parcourue de lignes horizontales claires et foncées, le camoufle parfaitement. Il bondit sur sa proie et est capable d'engloutir une prise qui fait la moitié de son poids.
Les alevins se nourrissent de plancton* et d'insectes. Au-delà d'une taille de 30 mm, les jeunes deviennent piscivores.
Le cannibalisme est régulier chez cette espèce.
Un brochet adulte consomme entre 4 et 8 fois son propre poids par année, ce qui est très peu pour une espèce réputée "vorace". On considère qu'un brochet âgé de 12 ans, mesurant un mètre pour un poids de 8 kg, a consommé 2500 poissons pesant au total 175 kg.

Reproduction - Multiplication

Le brochet se reproduit dans les prairies inondables des cours d’eau entre février et mars mais la période peut se prolonger jusqu’au mois d’avril dans les zones d’altitude. La température de l’eau est comprise entre 2 et 12 °C. On a constaté que les mêmes brochets revenaient sur les mêmes lieux de ponte. Les mâles arrivent les premiers suivis peu après par les femelles (cf. remarque infra). Pendant cette période, les adultes ne s’occupent que d’eux-mêmes. Ils ne chassent pratiquement plus et fuient rarement le danger. Une femelle est généralement suivie de plusieurs mâles plus petits qu’elle. Le frai est déposé dans des zones peu profondes (entre 0,3 et 1 m), généralement des prairies temporairement inondées. La ponte s’effectue sur plusieurs jours ce qui permet une plus grande variété de zones de pontes (dont certaines risquent de devenir asséchées). La fécondité est comprise entre 15 000 et 45 000 œufs/kg de femelle. Les œufs, d’un diamètre de 2,5 à 3 mm, sont visqueux et collent aux plantes. Ils éclosent au bout de 10 à 15 jours (110 à 130 °C x jours). La larve longue d’environ 9 mm, possède une réserve vitelline. Au début, elle n’a pas de bouche et se fixe passivement aux plantes. Au bout d’une dizaine de jours (130 °C x jours), une fois la réserve épuisée, la bouche s’ouvre et la larve, longue de 12 mm, monte à la surface pour remplir d’air sa vessie natatoire. Elle est désormais en mesure de nager librement et de se nourrir d’animaux planctoniques. A une longueur de 25 mm, elle a le même aspect que les adultes. En mai-juin, devenue un juvénile de 4 à 5 cm de longueur, elle chasse les alevins des autres espèces (rotengle, vandoise, brème, gardon, etc.).
La croissance est assez rapide et, à un an, la taille va de 9 à 20 cm. Les femelles grandissent plus vite que les mâles.
La maturité sexuelle est atteinte vers deux ans pour le mâle, trois ans pour la femelle.



(*) On observe fréquemment des migrations de reproduction : les brochets quittent leur lac pour remonter le cours de ses affluents et accéder à des zones inondées.

Vie associée

Bucephalus polymorphus : l'adulte de ce ver parasite le brochet (mais dans une mesure bien moindre que le sandre). Il boucle son cycle de vie sur deux autres hôtes : la moule zébrée et un cyprinidé (brème, gardon, vandoise, …).

Informations complémentaires

C'est une espèce en régression suite à la diminution des zones inondables dans lesquelles elle se reproduit, à la pollution de l'eau et à la surpêche. En de nombreux endroits, elle a été supplantée par le sandre.
Le brochet fait l'objet d'un élevage important pour le repeuplement des cours d'eau : plus de 10 millions de juvéniles et 300 000 jeunes âgés d'environ deux mois sont relâchés chaque année.
Il a été introduit en Corse après 1970 dans plusieurs plans d'eau artificiels de la plaine orientale de l'île. Son impact sur les écosystèmes de la Corse n'est pas encore connu.
Il est important de faire attention à l'origine des brochets issus des piscicultures pour les opérations de repeuplement. Sinon elles auront certainement un impact sur les populations de brochet aquitain.

Réglementation

Le brochet est sur la liste rouge de l'UICN et considéré comme "quasi menacé" (NT). Au niveau européen, il est considéré comme "vulnérable" (VU, risque élevé à moyen terme).

De portée nationale :
Poissons protégés : Article 1

Origine des noms

Origine du nom français

Brochet : du français « broche » en allusion, semble-t-il, au Moyen-âge où on le cuisinait de préférence à la broche.

Origine du nom scientifique

Esox : du latin [esox] = un brochet ou un saumon du Rhin
lucius : du latin [lucius] = brochet.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Chordata Chordés Animaux à l’organisation complexe définie par 3 caractères originaux : tube nerveux dorsal, chorde dorsale, et tube digestif ventral. Il existe 3 grands groupes de Chordés : les Tuniciers, les Céphalocordés et les Vertébrés.
Sous-embranchement Vertebrata Vertébrés Chordés possédant une colonne vertébrale et un crâne qui contient la partie antérieure du système nerveux.
Super classe Osteichthyes Ostéichthyens Vertébrés à squelette osseux.
Classe Actinopterygii Actinoptérygiens Ossification du crâne ou du squelette tout entier. Poissons épineux ou à nageoires rayonnées.
Sous-classe Neopterygii Teleostei Néoptérygiens Téléostéens Poissons à arêtes osseuses, présence d’un opercule, écailles minces et imbriquées.
Super ordre Protacanthopterygii Protacanthoptérygiens
Ordre Esociformes Esociformes
Famille Esocidae Esocidés Brochets
Genre Esox
Espèce lucius

Nos partenaires