Cistude d'Europe

Emys orbicularis | (Linnaeus, 1758)

N° 2630

Bassin méditerranéen élargi

Clé d'identification

Carapace plate et lisse
Dossière brune ou noire, à lignes ou points jaunes
Plastron jaune pâle, parfois taché de sombre
Peau pointillée de jaune

Noms

Autres noms communs français

Tortue des marais, tortue de Brenne, tortue boueuse

Noms communs internationaux

European pond turtle, european pond terrapin (GB), Testuggine palustre (I), Galápago europeo, tortuga d'Estany (E), Europäische Sumpfschildkröte (D), Europese moerasschildpad (NL)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Testudo lutaria Linnaeus, 1758
Testudo orbicularis Linnaeus, 1758
Emys europaea Durinden, 1897

Distribution géographique

Bassin méditerranéen élargi

Zones DORIS : Eau douce

On trouve cette tortue en Europe centrale et méridionale, au Proche-Orient et en Afrique du Nord.
Elle occupe le sud de la France jusqu'au sud de la Bretagne et du bassin parisien.

Biotope

La cistude choisit les eaux calmes, à fonds vaseux (marais, étangs, rivières et petits torrents éphémères). Elle est plutôt craintive et préfère les rives où la végétation est abondante, ce qui lui procure un abri. On peut aussi la rencontrer au bord d'eaux saumâtres.
Elle reste souvent près de l'eau en plein soleil. Mais s'il fait trop chaud, elle ne sort que le soir, restant sous les végétaux pendant le jour.
Elle hiberne d'octobre à mars dans la vase de la rive ou du fond de l'eau.

Description

La cistude d'Europe mesure au maximum 20 cm.
Sa forme et sa couleur sont variables, sans toutefois que ces différences soient liées à une zone géographique.
La carapace est plate et lisse, bien qu'un peu plus bombée chez la femelle. La dossière* peut être brun clair à noire, avec plusieurs lignes, fines et rayonnantes, ou points, jaunes ou brunâtres. Le plastron* est jaune pâle, recouvert parfois de taches sombres et irrégulières. La dossière et le plastron sont articulés, et non soudés, ce qui permet au corps d'entrer complètement dans la carapace.
La peau de l'animal est recouverte de points jaunes. Il peut y avoir des dessins pointillés sur le cou, mais jamais de ligne. Sa queue est plutôt longue et effilée. Ses pattes palmées sont munies de fortes griffes (5 à l'avant et 4 à l'arrière). Les yeux des jeunes et des femelles sont jaunes ; ils sont rouges chez le mâle.

Espèces ressemblantes

Mauremys leprosa, l'émyde lépreuse (ainsi appelée car une algue ronge son écaille) ou cistude de Maurétanie, est installée en Afrique du Nord et dans la péninsule ibérique. Elle serait présente en France dans les Pyrénées orientales. C'est une tortue semi-aquatique, carnivore, de 30 cm de long, au nez pointu. Sa dossière est sans motif, son cou est orné de lignes blanc-jaunâtre.
De taille équivalente, la cistude dentelée, Cyclemis dentata, est globalement brune, striée de noir. Sa répartition géographique comprend l'ensemble des pays de l'Asie du sud-est.
Emys blandingi, la tortue mouchetée, est très semblable, mais elle ne vit que dans la région des grands lacs canadiens.

Alimentation

La cistude est carnivore. Elle se nourrit dans l'eau (crustacés, grenouilles, poissons et oisillons) et à terre (insectes, escargots et limaces). Elle peut aussi noyer certains petits rongeurs. Elle ne mange qu'exceptionnellement des plantes aquatiques.
Les jeunes préfèrent les vers, les alevins et les têtards.

Reproduction - Multiplication

Pendant la période de reproduction, les yeux des mâles deviennent vraiment très rouges et leur agressivité envers les femelles s'accroît. Pendant l'accouplement, le mâle maintient la femelle sous l'eau, en lui mordant le cou et les pattes. Il peut alors arriver qu'elle se noie.
Les accouplements ont lieu en mai et les pontes au début de l'été. Elles se font dans un site sec, meuble et loin de l'eau, dans un trou de 10 cm de profondeur environ, creusé avec les pattes postérieures et qui accueille 3 à 12 œufs blancs. Ils sont déposés un à un au fond du trou par une patte arrière. Quand elle a terminé, la femelle rebouche le trou et tasse la terre avec son plastron.
Les petits naissent après environ 3 mois d'incubation, même s'ils peuvent parfois hiberner dans l'œuf. Leur carapace est brune, avec quelques taches jaunes sur le bord des plaques marginales. Elle mesure alors 3 cm.
Le sexe est déterminé en partie génétiquement et en partie par la température pendant les phases d'incubation. Si celle-ci est supérieure à 29°C, il y aura des femelles ; si la température est inférieure à 28°C, il y aura des mâles.
La croissance des cistudes est lente, de l'ordre de 1 cm par an. Les mâles seront matures quand la dossière atteindra 12 cm de long ; cette taille sera de 15 cm pour la femelle.

Vie associée

Adulte, la cistude n'a pas de prédateur. En revanche, les petits sont mangés par les putois et les hérons.
La cistude d'Europe souffre en France d'une concurrence pour le territoire avec Trachemys scripta, la tortue de Floride, et Chelydra serpentina, la tortue hargneuse.

Divers biologie

Le poids moyen d'un adulte varie entre 400 et 800 g.
La cistude possède 2 vessies, à l'arrière du cloaque, qui se remplissent ou se vident d'eau par action musculaire. Elles jouent un rôle hydrostatique en plongée et elles sont aussi utilisées par la femelle pour inonder la terre afin de creuser plus facilement le nid.
Sa longévité est grande, sans doute entre 60 et 100 ans.
Son territoire est fluctuant (elle peut en changer) et il n'est pas défendu (elle supporte bien la vie en commun).

Informations complémentaires

Cette tortue est mangée dans certains pays. Sa chair a une odeur très forte.
Elle reste abondante en Afrique du Nord.
Son aire de répartition est disjointe : ce constat est un des arguments dans la théorie des fluctuations des zones immergées.

Réglementation

La cistude est protégée en France (Article 2 - Amphibiens et reptiles protégés).
En Belgique, c'est une espèce intégralement protégée par le décret du 06/12/2001 - Annexe 2a. Autrefois présente en Wallonie, on considère qu'elle est actuellement éteinte dans cette région.
Son statut de conservation UICN est NT soit "quasi menacé". Au niveau international, elle figure à l'annexe III de la CITES et à l'annexe II de la Convention de Berne. Au niveau européen, elle figure aux annexes II et IV de la directive "Habitats - Faune - Flore".
Sa raréfaction vient d'une forte consommation jusqu'au début du XIXème siècle, de la pollution et du bétonnage des points d'eau depuis.

Origine des noms

Origine du nom français

Cistude : du latin [testa] = coquille, carapace.

Origine du nom scientifique

Emys : du grec [emys] = tortue d'eau douce,
orbicularis : du latin [orbiculus], diminutif de [orbis] = rond, circulaire, en rappel de la forme de la carapace.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Chordata Chordés Animaux à l’organisation complexe définie par 3 caractères originaux : tube nerveux dorsal, chorde dorsale, et tube digestif ventral. Il existe 3 grands groupes de Chordés : les Tuniciers, les Céphalocordés et les Vertébrés.
Sous-embranchement Vertebrata Vertébrés Chordés possédant une colonne vertébrale et un crâne qui contient la partie antérieure du système nerveux.
Classe Reptilia Reptiles Groupe paraphylétique incluant les vertébrés tétrapodes "rampants" à la peau sèche et écailleuse : tortues, serpents, crocodiles et lézards.
Ordre Testudines Chéloniens Reptiles possédant une carapace dorsale, une carapace ventrale (plastron), et un bec corné. Ce sont les tortues.
Sous-ordre Cryptodira Cryptodires Le cou se rétracte à l’intérieur du corps, sous la carapace, dans un plan vertical, les vertèbres formant alors un S. Le bassin est libre.
Famille Emydidae Emydidés Tortues d'eau douce, de petite taille.
Genre Emys
Espèce orbicularis

Nos partenaires