Porte-écuelle à deux taches

Diplecogaster bimaculata bimaculata | (Bonnaterre, 1788)

N° 3238

Océan Atlantique Nord-Est, Méditerranée

Clé d'identification

Tête triangulaire large et aplatie, bouche en bec de canard
Nageoire dorsale unique courte, espace net avec la caudale
Coloration générale rouge marbré à beige clair
Flancs présentant un ocelle sombre (mâle) ou des taches rectangulaires blanches (femelle)
Disque adhésif ventral

Noms

Autres noms communs français

Lepadogaster (ou lépadogastère) à deux taches, gluette rougeoleuse

Noms communs internationaux

Two-spotted clingfish, two-spotted sucker (GB), Succiascoglio maculato, sangazzuga, tacca scheuggio (I), Chafarrocas (E), Ansauger, zweipunkt Ansauger, zweifleck Schildfisch (D), Tweevlekken-zuignapvis (NL)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Cyclopterus bimaculatus Bonnaterre, 1788
Diplecogaster bimaculatus (Bonnaterre, 1788)
Lepadogaster bimaculatus (Bonnaterre, 1788)
Lepadogaster ocellatus Risso, 1810
Lepadogaster punctatus Guichenot, 1850
Lepadogaster maculatus Guichenot, 1850
Mirbelia maculata (Guichenot, 1850)

Distribution géographique

Océan Atlantique Nord-Est, Méditerranée

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord

La distribution de ce poisson s'étend dans l'océan Atlantique oriental, de la Norvège à Gibraltar jusqu'aux Açores, ainsi qu'en Méditerranée et en mer Noire. L'espèce est également commune en Manche et en mer du Nord.

La sous espèce D. bimaculata bimaculata est présente de la Norvège à la Méditerranée occidentale, la sous-espèce D. bimaculata euxinica au museau plus court est originaire de la mer Noire.

Biotope

Ce poisson colonise les fonds meubles grossiers où il se tient souvent à l'abri dans les coquilles vides de mollusques, mais aussi parmi les herbiers, le coralligène*, le maërl* et les fonds rocheux où il peut se cacher sous les pierres. Il est présent depuis le bas de la zone de marée jusqu'à 200 m de profondeur. Il est localement commun.

Description

Le porte-écuelle à deux taches mesure 4 cm de longueur (plus rarement 6). Il présente une tête large et aplatie de forme triangulaire terminée en “bec de canard", et une seule nageoire dorsale courte qui comporte 5 à 7 rayons. Le pédoncule* caudal est long, laissant un espace net entre la dorsale et la caudale.
La face ventrale montre un disque adhésif issu de la transformation des nageoires pelviennes. La nageoire anale comporte 4 à 6 rayons, son premier rayon est situé sous le troisième rayon de la nageoire dorsale.
La coloration de ce poisson est variable, adaptée à son habitat, rouge marbré, beige ou parfois violacée, le corps est moucheté de petits points bleu clair. Le mâle présente un ocelle* foncé sur chaque flanc en arrière des pectorales, la femelle présente souvent des taches blanches rectangulaires. Les individus de la Manche présentent parfois une barre brun-rouge allant du museau à l'arrière de l'œil.

Espèces ressemblantes

  • Apletodon dentatus (Facciolà, 1887) présenterait d'après Quero, Porché et Vayne un pédoncule* caudal court (dorsale presque jointive à la caudale), le premier rayon de la nageoire anale est situé en avant du troisième rayon de la nageoire dorsale.
  • Apletodon incognitus Hofrichter & Patzner, 1997, plus rare, présente une nageoire dorsale courte (4 à 7 rayons) avec un pédoncule caudal long, le premier rayon de la nageoire anale est situé sous le premier ou le deuxième rayon de la nageoire dorsale. La distribution de cette espèce était jusqu'à présent restreinte à la Méditérannée mais des observations de Patzner font état de sa présence en Bretagne Nord.
  • Lepadogaster candolii (Risso, 1810) est plus long (6 à 8 cm) et possède une nageoire dorsale longue (17 à 21 rayons) et un pédoncule caudal court laissant un court espace entre la dorsale et la caudale.
  • Lepadogaster lepadogaster (Bonnaterre, 1788) présente deux ocelles* bleus en arrière des yeux et un cirre* bien visible en avant de chaque œil, la dorsale et la caudale sont soudées.

Alimentation

D. bimaculata est un prédateur d'invertébrés benthiques*, principalement de petits crustacés amphipodes.

Reproduction - Multiplication

Les sexes sont séparés. La ponte a lieu de juin à juillet, elle est déposée dans une coquille vide. Les larves* sont planctoniques* et se nourrissent de zooplancton*. Longévité : au moins 3 ans.

Informations complémentaires

Cette espèce est peu farouche, elle est facile à approcher en plongée.

Origine des noms

Origine du nom français

Porte-écuelle : probablement dénommé ainsi à cause du disque ventral ayant usage de puissante ventouse et formé par les nageoires pelviennes. Louisy (1992) explique que cette ventouse ventrale supporte aisément le poids d'une assiette et que se trouve là l'origine de ce nom de porte-écuelle.
A moins que ça ne soit du simple fait de la forme de la ventouse, ressemblant à une écuelle.

A deux taches : fait référence aux ocelles* du mâle et reprends le nom scientifique de l'espèce (bimaculata).

Origine du nom scientifique

Diplecogaster : du grec [di] = deux, [pleko] = natte et [gastêr] = estomac. Ferait allusion à la forme de la ventouse ventrale qui est une caractéristique de ce genre.

bimaculata : du latin, signifiant "à deux taches".

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Chordata Chordés Animaux à l’organisation complexe définie par 3 caractères originaux : tube nerveux dorsal, chorde dorsale, et tube digestif ventral. Il existe 3 grands groupes de Chordés : les Tuniciers, les Céphalocordés et les Vertébrés.
Sous-embranchement Vertebrata Vertébrés Chordés possédant une colonne vertébrale et un crâne qui contient la partie antérieure du système nerveux.
Super classe Osteichthyes Ostéichthyens Vertébrés à squelette osseux.
Classe Actinopterygii Actinoptérygiens Ossification du crâne ou du squelette tout entier. Poissons épineux ou à nageoires rayonnées.
Sous-classe Neopterygii Teleostei Néoptérygiens Téléostéens Poissons à arêtes osseuses, présence d’un opercule, écailles minces et imbriquées.
Ordre Perciformes Perciformes Nageoires pelviennes très rapprochées des nageoires pectorales.
Sous-ordre Gobioidei Gobioïdes
Famille Gobiesocidae Gobiésocidés
Genre Diplecogaster
Espèce bimaculata bimaculata

Nos partenaires