Fissurelle

Diodora graeca | (Linnaeus, 1758)

N° 2694

Atlantique-Est, Manche, mer du Nord, Méditerranée

Clé d'identification

Coquille en forme de cône décentré
A l'apex, orifice incliné vers l'avant, en forme de trou de serrure
Surface de la coquille finement quadrillée, bord crénelé
Couleur assez vive (blanc, jaune, orangé ou rouge)
Pied de forme ovale

Noms

Autres noms communs français

Patelle percée

Noms communs internationaux

Common keyhole limpet, greek keyhole limpet (GB), (Gewone) Sleutelgathoren (NL)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Patella graeca Linnaeus, 1758
Fissurella graeca (Linnaeus, 1758)
Fissurella reticulata (Da Costa, 1778)
Patella apertura Montagu, 1803
Diodora apertura (Montagu, 1803)
Fissurella mamillata Risso, 1826

Distribution géographique

Atlantique-Est, Manche, mer du Nord, Méditerranée

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord

Atlantique de l'Est jusqu'à l'Afrique de l'Ouest aux îles Canaries et aux îles du Cap Vert. En Manche, sur les côtes d'Irlande et sur les côtes ouest de l'Angleterre, et uniquement sur les côtes ouest de la mer du Nord, ainsi qu'en Méditerranée occidentale jusqu'en Grèce.

Biotope

Cette espèce se rencontre sous les pierres et sur les faces cachées des rochers et des coquilles, depuis la zone de balancement des marées et jusqu'à des profondeurs dépassant les 200 mètres. Du fait de sa parfaite adhésion au rocher, elle peut supporter sans problème la dessiccation* entre deux marées hautes.

Description

La coquille de la fissurelle est en forme de cône décentré, à la base ovale qui peut mesurer jusqu'à 4 cm de longueur et 1 cm de hauteur. A l'apex*, on distingue un trou incliné vers l'avant, en forme de trou de serrure (rond à rectangulaire), caractéristique de cette espèce. Par ce trou sort un siphon* exhalant assurant la circulation de l'eau. La coquille est en général de couleur à dominante grise, mais peut aussi être blanchâtre, jaunâtre, brune, verte ou violette, et l'animal ne possède pas d'opercule*. La coquille est plus large à l'arrière. Sa surface est finement quadrillée avec des stries concentriques très fines, croisées avec 20 à 30 crêtes rayonnantes à partir de l'apex de couleur brune ou verte, une crête sur deux étant plus importante que l'autre. De ce fait, le bord de la coquille est crénelé. L'animal est de couleur assez vive, blanc, jaune, orangé ou rouge, avec des taches plus foncées. Le corps se termine par une tête relativement grosse avec à sa base 2 gros tentacules* et 2 yeux pédonculés*. Le pied est de forme ovale, et est entouré par un anneau de 30 à 35 petits tentacules dont la longueur alterne, un court, un long. En position de vie, autour de la base de la coquille, le manteau* forme une jupe plus ou moins transparente et faiblement striée.

Espèces ressemblantes

- Diodora gibberula (Lamarck, 1822) est plus petite, les stries sont aussi plus fines et le profil est plus symétrique, couleur de la coquille blanc cassé ou jaune, les rayons sont grisâtres. L'espèce est présente seulement en Méditerranée.



- Diodora italica (Defrance, 1820) est très semblable, mais les côtes sont bien plus fines. Méditerranée.



- Emarginula fissura (Linnaeus, 1758) mesure jusqu'à 10 mm de longueur et sans orifice au sommet, mais avec une échancrure marginale allongée du sommet au bord de la coquille. Couleur blanc cassé, grise ou jaunâtre.



- Puncturella noachina (Linnaeus, 1771) ne mesure pas plus de 7 mm de longueur. Cône pentu en forme de bonnet phrygien, l'apex étant recourbé vers l'arrière et le trou supérieur est décalé sur la partie avant du sommet. Blanc avec des dessins jaunâtres ou bruns.

Alimentation

Les fissurelles se nourrissent principalement d'éponges, en particulier l'éponge mie de pain (Halichondria panicea) qu'elle racle avec sa radula*, et avec laquelle elle se confond : l'espèce est parfois difficile à voir. Elles peuvent aussi, accessoirement, se nourrir d'algues.

Reproduction - Multiplication

Diodora graeca est une espèce gonochorique* : les sexes sont séparés. Elle se reproduit de décembre à mai. Après expulsion des œufs par la femelle qui les colle aux rochers, le mâle emet ses gamètes* et il y a fécondation externe. Le développement des jeunes se fait à l'intérieur des œufs et il n'y a pas de phase larvaire pélagique*. A l'éclosion, les juvéniles sont des adultes en miniature.

Vie associée

La coquille des fissurelles est parfois colonisée par des algues calcaires, des spirorbes, des balanes, des pomatocères et des bryozoaires encroûtants.

Divers biologie

L'orifice apical permet la respiration du mollusque grâce au siphon, mais aussi l'évacuation des déchets vers l'extérieur.



La couleur de l'animal (blanchâtre, jaune, orangé ou rouge) dépend du régime alimentaire et de la quantité de caroténoïdes* ingérée.

Origine des noms

Origine du nom français

Fissurelle est la francisation de Fissurella, qui vient du nom latin [fissura] qui signifie fente, crevasse, fissure. En 1789, Bruguière s'est servi de ce nom latin pour nommer un nouveau genre qui a servi par la suite pour créer la super famille des Fissurelloidea ou fissurelles par extension. Toutes les espèces de cette super famille possèdent effectivement, soit une encoche, soit une perforation de la coquille assimilée à une fissure.

Origine du nom scientifique

Le genre Diodora a été créé en 1821 par J.E. Gray. Deux hypothèses sont possibles :
1) en hommage à Diodore, disciple du philosophe péripatéticien grec Critolaüs qui enseignait en marchant,
2) en hommage à Diodore de Sicile, historien grec.



Linné en 1758 a décrit et nommé cet animal Patella graeca c'est-à-dire : de Grèce ou grecque, probablement parce que les spécimens étudiés venaient de ce pays.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Mollusca Mollusques Organismes non segmentés à symétrie bilatérale possédant un pied musculeux, une radula, un manteau sécrétant des formations calcaires (spicules, plaques, coquille) et délimitant une cavité ouverte sur l’extérieur contenant les branchies.
Classe Gastropoda Gastéropodes Mollusques à tête bien distincte, le plus souvent pourvus d’une coquille dorsale d’une seule pièce, torsadée. La tête porte une ou deux paires de tentacules dorsaux et deux yeux situés à la base, ou à l’extrémité des tentacules.
Sous-classe Vetigastropoda Vétigastropodes Coquille de forme très variable, la plupart des espèces possèdent un opercule. La tête possède une seule paire de tentacules céphaliques et le mufle porte la bouche. Des tentacules épipodiaux (à rôle sensoriel) sont présents sur les côtés du corps.
Famille Fissurellidae Fissurellidés

Coquille en capuchon ou patelliforme; encoche en avant ou sur l'apex, ovale, en trou de serrure ou divisée par une cloison. Surface treillissée. Intérieur porcelané, impression musculaire en fer à cheval, ouverte en avant. (d'après Lindner 2011:56)

Genre Diodora
Espèce graeca

Nos partenaires