Anémone asiatique lignée

Diadumene lineata | (Verrill, 1869)

N° 2543

Cosmopolite des eaux tempérées à subtropicales

Clé d'identification

Petite anémone allongée (2 cm environ)
Colonne souvent kaki marquée de lignes orangées
Base élargie
50 à 100 tentacules translucides disposés irrégulièrement

Noms

Noms communs internationaux

Orange-striped green anemone, green anemone (GB), Anémona verde (E), Groene golfbrekeranemoon (NL)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Sagartia luciae Verrill, 1898
Haliplanella lineata (Verrill, 1869)
Diadumene luciae (Verrill, 1869)

Distribution géographique

Cosmopolite des eaux tempérées à subtropicales

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord, Indo-Pacifique, Caraïbes, Atlantique Nord-Ouest

Cette anémone est présente dans le Pacifique Nord, mais aussi dans l'océan Pacifique à Hawaii, en Indonésie et en Nouvelle-Zélande.
Elle est présente également dans le golfe du Mexique, l'océan Atlantique Nord, et la Méditerranée.

Biotope

Cette anémone se rencontre sur l'estran*, dans les flaques à marée basse, et, de manière générale, dans des secteurs peu profonds et très proches du littoral : baies et ports. Elle supporte des eaux saumâtres : on peut donc l'observer dans des lagunes littorales et des estuaires.
Elle se fixe généralement sur des substrats durs*, avec une préférence pour les bivalves moules et huîtres, mais aussi sur les roches ou les substrats artificiels.
Elle peut aussi, dans des zones abritées, se fixer sur des végétaux.

Description

Cette petite anémone ne dépasse pas 4 cm de hauteur en général, sa taille moyenne est d'ailleurs plus proche de 2 cm. Sa base, élargie par rapport au reste de la colonne dont le diamètre moyen est de 1 cm, peut avoir au maximum un diamètre de 2,5 cm. Elle possède une couronne composée de 50 à 100 tentacules translucides, légèrement teintés de gris-vert et pouvant présenter de petites taches claires. Les tentacules sont de taille variable et disposés irrégulièrement. Certains, orientés vers le haut, peuvent atteindre une longueur de 4 à 5 cm tandis que d'autres, en périphérie et tournés vers le bas, présentent une longueur de 1 à 2 cm. Le disque central est d'une teinte plus sombre.

La colonne est composée de deux parties : la partie basale, le scapus*, est de teinte kaki le plus souvent, mais il peut aussi être marron, grisâtre ou rose. Il est orné de lignes verticales, simples ou doubles, généralement orangées, mais elles peuvent aussi être jaunes ou blanches. Ce scapus possède des petits pores (les cinclides*) peu visibles.

La partie supérieure, le capitulum*, est de la même teinte que les tentacules, mais peut porter des taches rougeâtres, brunes ou pourpres.

Espèces ressemblantes

Les risques de confusion sont très limités pour cette anémone.

Diadumene cincta, l'anémone flammée, est également de petite taille, avec des tentacules de même allure, mais si certains individus de cette espèce peuvent présenter une teinte claire, jamais la colonne ne présentera de lignes orangées sur un fond kaki.

Metridium senile, l'œillet de mer, peut présenter des jeunes individus qui pourraient être éventuellement source de confusion. Toutefois cette anémone possède un très grand nombre de tentacules de même taille, courts, et jamais la colonne ne présentera de lignes orangées sur un fond kaki.

Bunodeopsis strumosa, l'anémone naine verruqueuse de Méditerranée, montre une couronne tentaculaire proche d'aspect et de taille, mais sa colonne est plus courte, verruqueuse, et n'a pas les mêmes motifs que Diadumene lineata.

Aiptasia diaphana, l'aiptasie diaphane, se présente parfois sous une forme atypique allongée proche d'aspect, mais sa taille est plus importante et elle forme des colonies plus denses.

Alimentation

Les cellules urticantes de ses tentacules lui permettent de capturer le plancton* animal et végétal dont elle se nourrit.

Reproduction - Multiplication

Son mode de reproduction principal est asexué, ce qui explique le fait que l'on trouve souvent des populations de plusieurs individus en un même secteur. Par scission longitudinale un nouvel individu se forme à partir d'un autre. Lorsque la colonne de celui-ci régénère la partie perdue, cette partie régénérée prend souvent une teinte rosée.

La reproduction peut aussi être sexuée. La fécondation entraine l'apparition d'une une larve* planctonique* qui permettra la dissémination de l'espèce. Après fixation, cette larve donnera un nouveau polype* qui pourra être à l'origine d'une nouvelle population.

Certaines populations sont issues d'un seul individu par reproduction asexuée ; de ce fait tous les individus, formant un clone* sont du même sexe ! Aucune reproduction sexuée n'est alors possible pour cette population.

Vie associée

Cuthona perca (Marcus, 1958) est un nudibranche prédateur de Diadumene lineata.

Divers biologie

Des aconties* (filaments défensifs urticants) peuvent être émises depuis la colonne si l'anémone est dérangée.

La partie basale de l'anémone asiatique lignée n'adhère que modérément au substrat, ce qui lui permet de se déplacer si nécessaire.

Cette anémone supporte d'assez importantes variations de température et de salinité.

Informations complémentaires

Dans les régions Nord-Pas de Calais et Bretagne, cette espèce est considérée comme "introduite" et non "invasive".

Diadumene lineata
est originaire du Pacifique Nord-Ouest : des côtes du Japon et de Chine.
Elle a été observée pour la première fois en Europe à la fin du XIXème siècle dans le golfe de Gascogne.
En 1896 elle est observée en mer du Nord, et en 1971 elle est vue en Méditerranée.
A la fin du XIXème siècle elle a également été observée sur les côtes américaines, où elle est considérée actuellement comme "invasive".
En 1924 Diadumene lineata a été observée dans le canal de Suez, et en 1977 en Nouvelle-Zélande.

Son extension géographique lui a probablement été permise par deux modes de transports différents :

  • fixation sur les coques de navires,
  • fixation sur les coquilles d'huîtres et de moules déplacées d'un secteur géographique à un autre.

Son assez grande résistance aux conditions de température et de salinité a facilité cette extension géographique.

Sur certaines côtes où elle est abondante et invasive (golfe du Maine) cette anémone est source de nuisances en mytiliculture et ostréiculture car sa présence sur les coquilles des bivalves gêne la nutrition de ceux-ci.

Origine des noms

Origine du nom français

Son nom d'anémone asiatique lignée s'explique par le fait qu'il s'agit d'une espèce introduite, originaire d'Asie, et par le fait qu'elle possède une colonne très caractéristique, marquée par des lignes orangées.

Origine du nom scientifique

En l'absence d'indications de l'auteur nous ne pouvons que faire des hypothèses pour le nom de genre.
Le nom de genre Diadumene évoque un terme du latin peu usité et signifiant : orné d'un diadème, mais cela ne s'explique pas aisément.
Diadumene peut également signifier : infiltrée, insinuée, ce qui ne s'explique pas davantage...

lineata vient directement du latin et signifie : marqué de lignes, en raison des lignes de sa colonne.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Cnidaria Cnidaires

Organismes aquatiques (marins pour la plupart) libres ou fixés, carnivores, principalement à symétrie radiaire, caractérisés par des cellules urticantes : les cnidocytes. Deux morphologies principales : le polype et la méduse. La larve est une planula.

Classe Anthozoa Anthozoaires Cnidaires exclusivement marins, solitaires ou coloniaux, uniquement sous la forme polype (jamais de phase méduse dans le cycle de vie).
Sous-classe Hexacorallia / Zoantharia Hexacoralliaires / Zoanthaires Anthozoaires coloniaux ou solitaires, tentacules lisses, polypes à symétrie d’ordre 6.
Ordre Actiniaria Actiniaires Polypes solitaires souvent colorés, en général fixés à un substrat dur par un large disque pédieux. Organismes parfois mobiles.
Sous-ordre Nynantheae Thenaria Nynanthées Thenaria
Famille Diadumenidae Diaduménidés
Genre Diadumene
Espèce lineata

Nos partenaires