Doris grande fleur

Dendrodoris grandiflora | (Rapp, 1827)

N° 980

Méditerranée, Atlantique Est tempéré

Clé d'identification

Corps ovalaire de couleur blanc grisâtre parsemé de taches foncées irrégulières
Marge ondulée, large, présentant des stries radiales ramifiées
Grand panache branchial
Manteau recouvrant entièrement le pied

Noms

Noms communs internationaux

Dendrodoride fiorito (I), Grosse Marmornacktschnecke (D), Desconhecido (P)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Doris guttata Risso, 1818
Doris grandiflora Rapp, 1827
Dendrodoris longula Pruvot-Fol, 1951
Dendrodoris pseudorubra Pruvot-Fol, 1951
Dendrodoris temara Pruvot-Fol, 1952

Distribution géographique

Méditerranée, Atlantique Est tempéré

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord

On rencontre l'espèce en Méditerranée ainsi qu'en Atlantique, de l'Espagne et du Portugal jusqu'au sud de la Mauritanie, les îles du Cap Vert et les îles Canaries.

Biotope

Ce nudibranche se rencontre sur les fonds riches en éponges, sous les rochers, de la surface jusqu'à environ 25 mètres.

Description

La taille de ce nudibranche, de forme ovalaire, assez plat, peut atteindre 19 cm, mais les individus de moins de 10 cm sont plus généralement observés.
Le corps est habituellement de couleur gris blanc à jaunâtre, un peu translucide. Il présente des taches diffuses (jaunes, grises, brunes, olivâtres...) plus ou moins sombres, laissant quelquefois des espaces libres ou couvrant entièrement le manteau. Certains individus présentent une livrée verdâtre, brune ou sépia, parfois rosée.
La marge ondulée du manteau est large, semblable à une jupe. Elle porte de fines lignes radiales sombres ramifiées, rayonnant autour du corps. Ces lignes radiales apparaissent opaques chez les individus rosés et sont également visibles par le dessous du manteau.
Le pied, dont les bords antérieur et postérieur sont arrondis, est entièrement recouvert par le manteau.

A l'avant, les rhinophores* comportent des lamelles obliques de couleur sombre, l'extrémité est blanche. La gaine des rhinophores est basse.
Le diamètre du panache branchial est de grande taille, comportant 6 à 7 longues branchies trilobées.
En position ventrale, cette espèce ne montre pas de tentacules labiaux et on peut observer des plis au pourtour de la bouche.

Espèces ressemblantes

Dendrodoris limbata : endémique de la Méditerranée, le doris marbré se différencie notamment de D. grandiflora par le liseré jaune toujours présent le long de la marge du manteau. Sa taille est comparativement plus petite, 7 à 10 cm maximum.

Plusieurs autres espèces du genre Dendrodoris ont été décrites sur les côtes atlantiques, souvent africaines ou portugaises. Elle ne partagent la distribution de D. grandiflora que sur ces côtes-là. Parmi elles :

Dendrodoris herytra Valdés & Ortea, 1996 : espèce non observée en Méditerranée mais présente sur les côtes atlantiques françaises et au Portugal, Canaries, Madère, Açores. Cette espèce se caractérise par un panache branchial petit et court et par une robe rouge rosée.

Dendrodoris senegalensis Bouchet, 1975 : de morphologie et d'aspect identiques, plutôt rose-orange marbré de taches, l'espèce est présente sur les côtes d'Afrique de l'Ouest, y compris au Cap Vert où elle croise D. grandiflora. Les branchies et les rhinophores sont de même couleur que le manteau. Une variante brune aurait été rencontrée.

D'autres espèces de Dendrodoris sont décrites sur la même zone encore, chacune montrant de larges variations de couleurs. Il est parfois difficile de trancher sur photo. Principalement parce que les livrées peuvent prêter à confusion, notamment chez les juvéniles de toutes espèces (sauf D. limbata) qui sont généralement rouges. Cette discrimination peut également être délicate pour les scientifiques qui les étudient car la classification des doridiens se base notamment sur des éléments internes comme la radula* et le genre Dendrodoris ne possède pas tous ces éléments internes (voir § Divers biologie).

Alimentation

Ces doridiens n'ont pas de radula* (c'est une caractéristique des Dendrodorididés) et donc, pas de système masticatoire. Ils se nourrissent en sécrétant des enzymes digestives qui dégradent la structure histologique des spongiaires, puis aspirent ces résidus partiellement digérés. Ils sont observés sur Ircinia fasciculata, Microciona toxystila, Spongia officinalis, probablement Crambe crambe...

Reproduction - Multiplication

Les nudibranches se reproduisent par voie sexuée et sont ovipares*. Ils sont hermaphrodites simultanés (les organes génitaux mâles et femelles sont simultanément fonctionnels).
Le gonopore* étant situé sur le flanc droit de l'animal, l'accouplement tête-bêche est nécessaire pour l'échange des gamètes* et pour la fécondation*.
La ponte se présente sous la forme d'un ruban blanc spiralé. A l'éclosion, l'espèce ayant un développement planctotrophique*, les larves véligères* pélagiques* subiront plusieurs stades d'évolutions avant de se poser et de se transformer en juvéniles.
Les juvéniles du genre Dendrodoris sont généralement de couleur rouge (sauf ceux de l'espèce D. limbata).

Divers biologie

Un des critères principaux pour la discrimination et la taxonomie des doridiens est l'observation de la radula*. En effet, chaque espèce montre une conformation et une organisation de celle-ci qui lui est propre. Mais les représentants du genre Dendrodoris n'ont pas de radula ! Ce qui rend la tâche de description plus ardue, comme tous les groupes qui sont dépourvus de cet élément.
D'après le spécialiste Ángel Valdés, la différenciation entre espèces de Dendrodorididés peut néanmoins être réalisée en comparant les caractéristiques du système reproducteur et en particulier les crochets du pénis, qui sont différents entre D. grandiflora, D. limbata et D. senegalensis.

Cette espèce n'est pas souvent observée, d'autant plus qu'elle vit de préférence sous les rochers. On a remarqué, sous un même rocher, des individus de différentes livrées.

Informations complémentaires

Les fines lignes radiales de la marge du manteau ressemblent aux rayons de certaines soles (Soléidés). Il pourrait ainsi s'agir d'un mimétisme batésien* pour écarter les prédateurs. En effet, certains représentants des Soléidés possèdent des glandes toxiques.

Origine des noms

Origine du nom français

Doris grande fleur : francisation du nom scientifique de ce doridien.

Origine du nom scientifique

Dendrodoris : composé du grec [dendron] = arbre, et Doris = Océanide, divinité marine qui a donné son nom aux nudibranches doridiens. Doris était la fille des dieux grecs Océanos et Thétys et était mariée au dieu marin Nérée. Ensemble, ils eurent 50 filles, les Néréides (nymphes marines).

grandiflora : mot composé de l'adjectif latin [grandis] = grand, et de Flora, formé à partir de [flos, floris] = fleur. Flora (ou Flore) est le nom que porte la déesse romaine de la végétation, qui présidait à l'épanouissement des fleurs de printemps. Elle était l'épouse du dieu du vent d'ouest Zéphyre et l'on organisait en son honneur chaque année, à Rome, entre le 28 avril et le 3 mai, des fêtes appelées les Floralies.
L'appellation grandiflora (grande fleur) est relative à la forme du panache branchial épanoui de cette espèce.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Mollusca Mollusques Organismes non segmentés à symétrie bilatérale possédant un pied musculeux, une radula, un manteau sécrétant des formations calcaires (spicules, plaques, coquille) et délimitant une cavité ouverte sur l’extérieur contenant les branchies.
Classe Gastropoda Gastéropodes Mollusques à tête bien distincte, le plus souvent pourvus d’une coquille dorsale d’une seule pièce, torsadée. La tête porte une ou deux paires de tentacules dorsaux et deux yeux situés à la base, ou à l’extrémité des tentacules.
Sous-classe Opisthobranchia Opisthobranches Coquille présente, réduite ou absente. Branchies à l’arrière du cœur. Principalement marins ou d’eau saumâtre, rare en eau douce (une dizaine d’espèces, Ordre des Acochlidea).
Ordre Nudibranchia Nudibranches Cavité palléale et coquille absentes chez l’adulte. Lobes pédieux souvent absents aussi. Respiration cutanée, à l’aide de branchies, de cérates ou d’autres appendices. Tête portant une ou deux paires de tentacules, les tentacules postérieurs ou rhinophores peuvent parfois être rétractés dans des gaines. Principalement marins ou d’eau saumâtre.
Sous-ordre Doridina Doridiens Corps aplati. Anus dorsal entouré complètement ou partiellement par des branchies de remplacement ramifiées qui peuvent être rétractées (voire absentes). Mangeurs d’éponges, habituellement armés de spicules calcaires internes.
Famille Dendrodorididae Dendrodorididés Corps mou ovale à allongé, manteau large portant des tubercules. Rhinophores à extrémité lamellée. Branchies en arc autour de l’anus.
Genre Dendrodoris
Espèce grandiflora

Nos partenaires