Grondin volant

Dactylopterus volitans | (Linnaeus, 1758)

N° 1202

Atlantique, Méditerranée

Clé d'identification

Nageoires pectorales développées en éventail, mouchetées de blanc, bordées de bleu
Nageoires dorsales en deux parties très séparées
Longues épines derrière la tête
Épines préoperculaires
Tête massive et osseuse

Noms

Autres noms communs français

Poule de mer, rouget volant, dactyloptère, hirondelle

Noms communs internationaux

Flying gurnard, helmet gurnard (GB), Pesce civetta (I), Alón volador, pez murciélago (E)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Trigla volitans Linnaeus, 1758
Cephalacanthus volitans (Linnaeus, 1758)
Callionymus volitans Rafinesque, 1818

Distribution géographique

Atlantique, Méditerranée

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord, Caraïbes

Le grondin volant est présent sur les côtes ouest de l'Atlantique, du Canada jusqu'en Argentine, y compris dans la mer des Caraïbes, et sur les côtes est de la Manche à l'Angola, aussi bien qu'à Madère et aux Açores. On le rencontre également en Méditerranée.

Biotope

Le grondin volant affectionne les fonds meubles (sable ou vase), parfois même les eaux saumâtres, généralement à des profondeurs variant de 15 à 70 m. Il est toutefois visible depuis la surface jusqu'à 80-100 m de profondeur, mais il est toujours sous la couche d'eau froide de la thermocline*, quand elle existe.
Les individus adultes sont particulièrement visibles proches de côtes tandis que les individus plus jeunes se rencontrent plus facilement au large.

Description

Le corps du grondin volant est allongé et se rétrécit progressivement vers l'arrière. Il peut atteindre une taille de 50 cm, bien que sa longueur moyenne soit plutôt de 20 cm, et un poids de 1,8 kg. La couleur de son corps varie selon l'environnement mais le plus souvent, il est brun-jaunâtre à rougeâtre, parfois tacheté de blanc ou de bleu.
Les nageoires pectorales sont très développées : les 26 à 30 rayons souples postérieurs peuvent, une fois repliés, atteindre la base de la caudale. Les nageoires pectorales comportent aussi à l'avant une partie détachée composée de 6 rayons souples, libres, qui permettent au grondin de « marcher » et de gratter le substrat. Ces rayons servent aussi d'organes sensoriels tactiles. Comme le corps de ce poisson, les pectorales sont brunes mouchetées de clair et de plus, bordées de bleu très intense. Elles se déploient en éventail et ce poisson les étale lorsqu'il est inquiet ou pour effrayer un ennemi. Les nageoires pelviennes sont insérées un peu en arrière des nageoires pectorales.
La nageoire dorsale est en deux parties très séparées : la première partie est épineuse, comprenant deux rayons isolés, la seconde partie est souple, constituée de cinq ou six rayons. Enfin, la nageoire anale est composée de six rayons souples.
Le grondin volant est remarquable par le fait qu'il possède une longue épine, carénée vers l'arrière, qui s'étend depuis la nuque jusqu'à la première dorsale, et une autre épine préoperculaire.
La tête est massive, carrée et composée de plaques osseuses en cuirasse. Les yeux y sont placés très haut. La bouche est orangée et le museau est court. La mâchoire supérieure est plus avancée que la nageoire inférieure. Elles sont munies l'une et l'autre de dents granuleuses. La bouche et la chambre branchiale sont tapissées d'une membrane rouge.

Espèces ressemblantes

Les membres de la famille des Triglidés ou rougets-grondins sont assez semblables. Cependant, Dactylopterus volitans possède des nageoires pectorales très développées dépassant l'extrémité postérieure de la nageoire anale. Sa nageoire dorsale est bipartite.

Chelidonichthys lucerna, le grondin-perlon, présente une ligne centrale lisse, de petites écailles et des pectorales à liseré bleu.

Aspitrigla cuculus, le grondin rouge, a des écailles bien visibles. Son museau est court et ses pectorales ne sont pas bordées de bleu.

Trigla lyra, le grondin-lyre, est plus petit. Il possède un museau très échancré.

Eutrigla lucerna, le grondin gris, est plus petit aussi. Il possède une tache noire sur la première dorsale.

Chelidonichthys lastoviza, le grondin strié, possède un museau très avancé.
Dactylopterus macracantha est une espèce proche de la zone indo-pacifique.

Alimentation

Les rayons libres des nageoires pectorales et le museau fouillent le sédiment pour y chercher sa nourriture. Ses proies favorites sont les crustacés benthiques, les crabes en particulier, les bivalves, les vers et parfois de petits poissons. C'est une espèce démersale* le jour et elle remonte en pleine eau la nuit, où elle se nourrit alors de plancton.

Reproduction - Multiplication

Les sexes sont distincts.
Le grondin volant vit sur le plateau continental et se rapproche des côtes en été pour se reproduire. Plusieurs plongeurs rapportent alors des attitudes particulières du grondin, se tenant immobile, verticalement et non loin de la surface. Le poisson serait alors très sombre, avec des traces rouges autour des yeux.

Vie associée

Le grondin volant est très souvent retrouvé en association avec la carangue grasse Carangoides bartholomaei et le coné ouatabili Cephalopholis fulva. En effet, ces deux opportunistes adoptent un comportement de poursuite vis-à-vis du grondin lorsqu'il fouille le substrat à la recherche de nourriture. Les proies ainsi débusquées, mais délaissées, peuvent être alors avalées par la carangue grasse et le coné ouatabili.

Divers biologie

Les écailles du grondin volant sont grandes, cténoïdes* et très adhérentes.

Tous les grondins émettent des grognements produits par contraction des muscles intercostaux agissant sur leur vessie gazeuse qui se met alors à vibrer. Selon la profondeur, ces sons varient en tonalité et intensité.

Informations complémentaires

Cette espèce n'est actuellement pratiquement pas exploitée pour la pêche commerciale, sauf au Sénégal où elle est vendue sous le nom de « poulet ».

Origine des noms

Origine du nom français

Grondin : ce nom vient de la capacité qu'ont ces poissons à émettre des grognements via une vessie gazeuse.
volant : francisation de son nom scientifique d'espèce.

Origine du nom scientifique

Dactylopterus : du grec [dactulos] = doigt et [pteron] = aile, nageoire ; qui a les ailes ou les nageoires garnies de rayons libres en forme de doigt.

volitans : du latin [volitare] = voleter, voler ça et là, du fait de son mode de déplacement sur le sable.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Chordata Chordés Animaux à l’organisation complexe définie par 3 caractères originaux : tube nerveux dorsal, chorde dorsale, et tube digestif ventral. Il existe 3 grands groupes de Chordés : les Tuniciers, les Céphalocordés et les Vertébrés.
Sous-embranchement Vertebrata Vertébrés Chordés possédant une colonne vertébrale et un crâne qui contient la partie antérieure du système nerveux.
Super classe Osteichthyes Ostéichthyens Vertébrés à squelette osseux.
Classe Actinopterygii Actinoptérygiens Ossification du crâne ou du squelette tout entier. Poissons épineux ou à nageoires rayonnées.
Sous-classe Neopterygii Teleostei Néoptérygiens Téléostéens Poissons à arêtes osseuses, présence d’un opercule, écailles minces et imbriquées.
Super ordre Acanthopterygii Acanthoptérygiens Rayons épineux aux nageoires, écailles cycloïdes ou cténoïdes, présence d'une vessie gazeuse et pelviennes thoraciques ou jugulaires, sans être systématiquement présents, sont des caractères que l'on ne rencontre que chez les Acanthoptérygiens.
Ordre Scorpaeniformes Scorpéniformes Poissons scorpions.
Sous-ordre Dactylopteroidei Dactyloptéroïdes
Famille Dactylopteridae Dactyloptéridés
Genre Dactylopterus
Espèce volitans

Nos partenaires