P'tit gluant

Collozoum inerme | (J. Müller, 1856)

N° 2746

Cosmopolite des eaux tempérées et subtropicales

Clé d'identification

Organisme planctonique de quelques centimètres, voire mètres
Forme des chapelets dans une gelée transparente
Nombreux points blancs
Flotte et dérive en surface

Noms

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Sphaerozoum inerme, J. Müller, 1856

Distribution géographique

Cosmopolite des eaux tempérées et subtropicales

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord, Caraïbes, Indo-Pacifique

C'est une espèce cosmopolite retrouvée dans tous les océans. Elle est notamment présente en Atlantique Nord, dans les Caraïbes, en Méditerranée et dans l'Indo-Pacifique.

Biotope

Collozoum inerme est une espèce planctonique* que l'on observe près de la surface, principalement au printemps et en automne sur les côtes métropolitaines. Elle affectionne les eaux plutôt chaudes et pauvres en nutriments (oligotrophes*).

Description

Collozoum inerme est un organisme unicellulaire colonial dépourvu de squelette, contrairement à la plupart des radiolaires. Chaque organisme d'une colonie est englobé dans une matrice gélatineuse transparente pouvant atteindre jusqu'à 3 m de longueur, mais le plus souvent les colonies observées ne mesurent que quelques centimètres. La colonie est formée de sphères accolées.
Les cellules mesurent environ 30 x 60 µm, comportent plusieurs noyaux et parfois une grosse vacuole* digestive. Elles sont visibles à l'œil nu et apparaissent sous la forme d'un point blanc. Les colonies comportent de quelques dizaines à quelques centaines de cellules. Des extensions du cytoplasme de 0,3 à 4,04 µm, les rhizopodia, se prolongent dans la matrice gélatineuse et atteignent la surface de la colonie.

Espèces ressemblantes

Il existe plusieurs espèces dans le genre Collozoum et seule une observation des cellules au microscope permet de les différencier. L'identification sur les photos de cette fiche est sous réserve.

Chez les Collodaires, les radiolaires sans squelette sont répartis dans 2 familles. Les Sphaerozoïdés, avec les genres Collozoum (et Sphaerozoum et Rhaphidozoum, mais ceux-ci sécrètent une ébauche de squelette avec des spicules* siliceuses) se caractérisent par des colonies en forme de chapelet de boules, alors que chez les Collophiidés, qui ne comportent qu'un seul genre : Collophidium, les colonies forment des manchons.

Alimentation

Collozoum inerme est un prédateur actif qui se nourrit de dinoflagellés, de ciliés, de bactéries et même de petits copépodes, qui sont capturés par les rhizopodia et digérés dans des vacuoles internes.
Des milliers de zooxanthelles*, algues unicellulaires comme notamment les dinoflagellés Brandtodinium nutricula, sont présentes dans la matrice gélatineuse des colonies de Collozoum inerme. Elles peuvent servir de réserve de nourriture mais certaines zooxanthelles ne sont pas digérées et fournissent au collodaire les produits de leur photosynthèse (sucres, lipides).

Reproduction - Multiplication

La reproduction est asexuée, par divisions des cellules. Il y a aussi une reproduction sexuée par l´intermédiaire de "swarmers" flagellés, qui sont des cellules subissant une différenciation et correspondant probablement à des gamètes*, libérés dans l'environnement. Mais le cycle de vie des Collodaires reste largement méconnu.

Vie associée

Collozoum inerme peut contenir des milliers de zooxanthelles* (algues symbiotiques*) dans sa matrice gélatineuse. Celle-ci étant translucide, c'est un terrain favorable pour la photosynthèse. Ces zooxanthelles sont maintenues par les rhizopodia du radiolaire.

Divers biologie

Chaque cellule d'une colonie est en contact avec ses voisines par ses rhizopodia, cependant il existe parfois des individus isolés constitués d'une seule cellule de plusieurs millimètres.
Les zooxanthelles produiraient des composés secondaires de leur métabolisme qui diffuseraient dans la matrice gélatineuse et repousseraient les prédateurs potentiels comme les crustacés et les poissons.

Informations complémentaires

La matrice gélatineuse est une protection pour les cellules de la colonie et permet de conserver les zooxanthelles.
Les Collodaires sont très abondants dans le plancton* et jouent un rôle important dans la chaîne alimentaire et le cycle du carbone, cependant ils sont très mal connus car peu étudiés.

Origine des noms

Origine du nom français

P'tit gluant est une proposition du site DORIS.

Origine du nom scientifique

Collozoum : du grec [kolla] = colle, gelée et [zoôn] = animal.

inerme : du latin [inerme] = sans arme, dans ce cas sans squelette.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Radiozoa ou Radiolaria Radiolaires

Organismes unicellulaires possédant généralement un seul noyau, pourvus de pseudopodes et d'un squelette de nature siliceuse formant une capsule interne.

Classe Polycystina Polycystines

Petits radiolaires marins généralement au squelette siliceux. Nombreux fossiles.

Ordre Collodaria Collodaires

Coloniaux ou solitaires, prédateurs de plancton et hôtes de microalgues photosynthétiques intracellulaires.

Famille Sphaerozoidae Sphaerozoidés

Colonies de radiolaires sans spicules, dominant dans le plancton côtier.

Genre Collozoum
Espèce inerme

Nos partenaires