Cladostéphus spongieux

Cladostephus spongiosum | (Hudson) C. Agardh

N° 3549

Atlantique Nord-Est et Nord-Ouest, Atlantique Sud (Patagonie), Méditerranée, Pacifique (Australie, Nouvelle Zélande)

Clé d'identification

Algue érigée et souple de couleur marron foncé
Axes cylindriques, ramifications presque dichotomes
Verticilles denses de courts ramules lui donnant un aspect d'écouvillon
Axes nus et noirâtres en hiver
Petits fonds rocheux éclairés en mode calme, très souvent à proximité immédiate de fonds de sable

Noms

Autres noms communs français

Ecouvillon brun

Noms communs internationaux

Marine bottle brush, sponge-like cladostephus, bushy brown alga, hairy sand weed (GB), Pfeifenreiniger (D), Limpiatubos de mar (E), Moswier, bruin wolfsklauwwier (NL)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Conferva spongiosa Hudson 1762
Fucus bryum Strøm 1788
Cladostephus myriophyllum Bory 1823
Cladostephus laxus C.Agardh 1824
Ceramium spongiosum (Hudson) Wahlenberg 1826
Dasytrichia spongiosa (Hudson) Bonnemaison 1828
Cladostephus spongiosum var. laxum (C.Agardh) C.Agardh 1828
Cladostephus spongiosum f. laxum (C.Agardh) Areschoug 1850
Cladostephus densum Kützing 1856

Distribution géographique

Atlantique Nord-Est et Nord-Ouest, Atlantique Sud (Patagonie), Méditerranée, Pacifique (Australie, Nouvelle Zélande)

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord, Atlantique Nord-Ouest

Cette algue est donnée présente en Atlantique Nord (Est et Ouest), Atlantique Sud (Patagonie), Méditerranée, mer Noire et dans l'océan Pacifique (Chili, Australie et Nouvelle-Zélande).

Biotope

C'est une espèce caractéristique des petits fonds photophiles* en mode calme. Elle se développe sur substrat* rocheux de la zone intertidale* ou dans des cuvettes sableuses jusqu'à 6 à 10 m de profondeur, très souvent à proximité immédiate de fonds de sable. Elle se rencontre parfois dans des communautés d'algues semi-sciaphiles* et sur du gravier peu profond.

Description

Le cladostéphus spongieux est une algue brune érigée et souple, pouvant atteindre 25 cm de longueur, de couleur marron foncé. Le thalle* est cylindrique, ramifié de manière presque dichotome*, et recouvert de verticilles* très rapprochés. Les verticilles sont constitués de ramules* recourbés vers le sommet du thalle, ne dépassant pas 1 mm de longueur. Les ramules portent de nombreux poils (qui sont caractéristiques des Phéophycées). Le thalle ressemble à un écouvillon quand les verticilles sont denses. Les parties âgées perdent souvent leurs verticilles. Les axes sans verticilles mesurent 1 mm de diamètre environ et sont sinueux, fermes et noirâtres.

L'algue est fixée sur le substrat* par une base discoïde formée par des rhizoïdes* accolés.

Cette espèce est visible toute l'année (pérennante*) mais perd ses ramules à l'automne.

Espèces ressemblantes

Cladostephus spongiosum f. verticillatum (Lightfoot) Prud'homme van Reine est un taxon accepté actuellement selon AlgaeBase. Des études en cours (2015) semblent indiquer que ce taxon pourrait être l'espèce jumelle vicariante* en Méditerranée de C. spongiosum (si c'était confirmé le nom correct de ce taxon serait Cladostephus hirsutum (Linnaeus) C.-F.Boudouresque & M.Perret-Boudouresque). Les deux algues sont très difficiles à distinguer si ce n'est par leur lieu de vie : Atlantique ou Méditerranée et par la génétique. Autant dire que nous n'essayerons pas de décrire des différences visibles entre les 2 taxons dans cette fiche.

Halurus equisetifolius (Lightfoot) Kützing : Cette algue rouge de l'ordre des Céramiales ressemble aussi à un écouvillon mais de couleur rouge sombre. Le thalle, de consistance cartilagineuse et spongieuse, peut atteindre 22 cm de longueur. Les axes sont recouverts de ramules radiaux, courts et incurvés, tridichotomes. Les ramifications sont irrégulièrement réparties sur l'axe principal.
Cette algue se rencontre à faible profondeur sur les rochers sciaphiles en mode battu. Elle est présente en Atlantique Nord-Est des îles Britanniques (localité du type) à la Mauritanie, et en Méditerranée dans le détroit de Messine.

Alimentation

Les algues fabriquent les sucres de leur biomasse par photosynthèse*. Ce processus de transformation de l'énergie lumineuse en énergie chimique grâce à des pigments de type chlorophylle, n'est possible que dans une situation d'éclairement. Cependant la quantité de lumière nécessaire est très variable selon l'espèce.

Reproduction - Multiplication

Le cycle biologique est digénétique* isomorphe* (alternance de 2 phases de même aspect). Les gamétanges* cylindriques et les spores* ovoïdes sont situés sur les ramules verticillés. Les gamétophytes* (à n chromosomes) sont monoïques* mais auto-incompatibles (les gamètes* mâles et femelles d'un même individu ne peuvent pas fusionner). Les gamètes mâles et femelles produits par des individus différents donnent naissance à des œufs qui sont à l'origine des sporophytes* (à 2n chromosomes). Ces sporophytes vont produire, après réduction chromatique (méiose*), des spores* (à n chromosomes) qui vont donner de nouveaux gamétophytes. Toutefois le cycle est plus compliqué car des gamètes femelles non-fécondés peuvent, par parthénogénèse*, redonner des gamétophytes et des spores non réduites (apoméïotiques) peuvent redonner des sporophytes.

Vie associée

En Atlantique, cette algue partage les substrats rocheux de faible profondeur avec d'autres algues telles que des dictyopteris, des dictyotes, des padines, ...

En Méditerranée, elle est souvent associée au balai de mer, Halopteris scoparia, dans un des faciès* de la biocénose* RIPC (Roche Infralittorale* des Algues Photophiles de Mode Calme).

Divers biologie

Chez la plupart des Sphacélariales, les parois des cellules noircissent temporairement quand elles sont trempées dans une solution d'eau de javel.

Le thalle grandit à partir d'une cellule apicale* (sphacèle*), caractéristique des Sphacélariales. En section transversale, les cellules de la médulla* sont ovoïdes ou presque carrées avec des parois épaisses et le cortex est constitué d'un agrégat dense de cellules plus petites.

Informations complémentaires

Les analyses génétiques pourraient séparer l'espèce de l'Atlantique de celle qui est présente en Méditerranée.

Origine des noms

Origine du nom français

Il est d'usage pour les végétaux de franciser le nom scientifique de l'espèce. Cladostéphus spongieux est la francisation du nom scientifique.

Ecouvillon brun se réfère à son aspect.

Origine du nom scientifique

Cladostephus : du grec [clados] = le rameau et [stephanos] = couronne, soit rameaux en couronne.

spongiosum : du latin [spongiosus] = spongieux.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Ochrophyta Ochrophytes ou Hétérokontes, ou Straménopiles: présence d'un stade unicellulaire à 2 flagelles, un lisse et un à poils tubulaires.
Classe Phaeophyceae Phéophycées Algues brunes.
Ordre Sphacelariales Sphacélariales
Famille Cladostephaceae Cladostéphacées
Genre Cladostephus
Espèce spongiosum

Nos partenaires