Crabe vert de Méditerranée

Carcinus aestuarii | Nardo, 1847

N° 1348

Méditerranée, mer Noire

Clé d'identification

Crabe présent en Méditerranée (C. maenas en Atlantique Est)
Carapace plus large que longue avec cinq dents antérolatérales
Couleur souvent verte (mais variable, surtout chez les jeunes)
Dernière patte légèrement plus aplatie que les précédentes
Stylets copulateurs du mâle rectilignes dans la moitié terminale
Principalement dans les lagunes littorales, en zones à salinité variable

Noms

Autres noms communs français

Can (Languedoc), chanvre (Provence), ciarlatan (Nice), courentillo (provençal = petit crabe rouge), crabe enragé (Languedoc ), cran (Languedoc, Provence), cranc verd, cranca (Catalogne), crancan (Languedoc) , crang (Languedoc), cranque (français), favo ou favou ou favouillo (nom du mâle en Provence), favouille (nom de la femelle en Provence), grancio (français)

Noms communs internationaux

Mediterranean green crab, mediterranean shore crab (GB), Granchio comune, granchio carcino, granchio verde (I), Cangrejo verde, cangrejo de mar, cambaro (E), Aranguejo-verde-do-Mediterrâneo (P), Mittelmeer-Strandkrabbe (D), Mediterrane Strandkrabbe (N), Kàvouras (Gr), Kriv rak (Bulg.), Crabul de iarba (Rom), Travyanoy krab (Russ), Çalpara, cingene pavuryasi, yengeç (Turc), Trav'yany krab (Ukr), Aghreb bahr [= “scorpion de mer"] (Syr, Tun)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Carcinus maenas Linnaeus, 1758 (pro-parte : spécimens méditerranéens seulement)
Carcinides maenas Linnaeus, 1758 (pro-parte : spécimens méditerranéens seulement)
Carcinus mediterraneus Czerniavsky, 1884

Distribution géographique

Méditerranée, mer Noire

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord

Le crabe vert de Méditerranée est présent dans tout le Bassin méditerranéen, y compris la mer Noire et dans le proche Atlantique (Canaries). Il a été introduit accidentellement en quelques endroits, en particulier en mer Rouge (espèce anti-lessepsienne*) et dans l'indo-pacifique. Au Japon, il est difficile de dire si l'espèce invasive est Carcinus aestuarii ou un hybride de Carcinus aestuarii et Carcinus maenas.

Biotope

Le crabe vert de Méditerranée vit principalement dans les lagunes littorales, dans les zones à zostères, les sables vaseux, et là où la salinité peut varier, parfois dans des proportions importantes. Il est plus rare de le trouver en mer ; dans ce cas, il ne s'écarte que peu de la ligne côtière. En hiver il peut cependant descendre à des profondeurs d'une vingtaine de mètres, exceptionnellement davantage. Contrairement au crabe vert de l'Atlantique, il est quasiment absent des zones rocheuses.

Description

La carapace*, plutôt bombée, est plus large que longue et presque trapézoïdale, lisse ou seulement faiblement granuleuse, et mesure au maximum 6,3 cm de long et 8 cm de large. Les mâles sont plus gros que les femelles.
Le front (entre les yeux) forme trois petits lobes arrondis (sauf chez les jeunes où il est presque droit), le lobe du milieu étant un peu plus gros que les latéraux. Le côté antéro-latéral de la carapace porte cinq dents dirigées vers l'avant. Toutes les pattes sont longues et effilées. Les premières pattes à l'avant, les pinces, sont légèrement asymétriques ; elles sont légèrement plus grosses chez les mâles que chez les femelles, et le droit est généralement plus fort que le gauche. La dernière à l'arrière, la cinquième, est légèrement aplatie.

Il est possible de distinguer les mâles des femelles en regardant l'abdomen replié sous le thorax. Celui du mâle est étroit et triangulaire, avec deux stylets copulateurs blancs ; celui de la femelle est large et arrondi, avec des pléopodes* souvent poilus où les œufs s'accrochent.

La coloration des jeunes est très variable, avec des taches colorées. Chez les adultes, la face dorsale du crabe a une couleur générale verte, souvent marquée de dessins plus foncés ; les teintes un peu rouges ou orangées sont peu fréquentes. La face ventrale du crabe est plus claire que la face dorsale, souvent blanc-jaune ou orangée.

Espèces ressemblantes

Les deux espèces C. maenas et C. aestuari sont très proches. Des œufs viables ont été obtenus par croisement entre C. maenas et C. aestuari. Divers auteurs ont discuté de l'opportunité de distinguer les deux espèces, mais il est admis aujourd'hui qu'elles sont distinctes.
Chez les mâles de Carcinus maenas les stylets copulateurs sont courbes dans leur moitié terminale alors qu'ils sont rectilignes chez Carcinus aestuarii.

Par ailleurs, les juvéniles de Carcinus spp. sont souvent confondus avec d'autres crabes portunides, en particulier du genre Liocarcinus.

Alimentation

L'alimentation du crabe vert de Méditerranée est variée : algues (vertes...), mais aussi petits mollusques, annélides, crustacés, faune fixée. Il peut ouvrir différents petits bivalves comme les palourdes, les moules. Il est aussi détritivore* voire nécrophage et dépèce avec adresse les animaux morts. Il se nourrit principalement la nuit, mais peut malgré tout être actif à tout moment.

Reproduction - Multiplication

La reproduction est sexuée.
Le mâle promène une femelle plus ou moins prête à pondre entre ses pattes en attendant qu'elle mue ("gardiennage pré-copulatoire"). En effet, la copulation n'a lieu qu'entre la mue de la femelle et le durcissement de sa carapace, au printemps, en été ou à l'automne (de mai à décembre). La fécondation est interne.
Comme la plupart des crustacés, la femelle garde les œufs (jusqu'à 185 000) sous son abdomen, fixés aux pléopodes* (pattes nageuses). Elle les protège ainsi pendant toute la durée de l'incubation (quelques semaines, selon la température).
En fin d'incubation, la femelle libère des larves* planctoniques (larve appelée "zoé", 1 mm de long, avec une longue épine sur la tête), ces larves sont planctonophages*.
Il y a cinq stades larvaires de type zoé* et un de type mégalope*. Après la métamorphose, les minuscules crabes tombent sur le fond et poursuivent leur développement jusqu'au stade adulte.

Vie associée

D'une façon générale, le crabe vert est l'une des espèces de décapodes dont on connaisse le mieux les parasites : au moins seize espèces sont répertoriées dont les plus connues sont la sacculine (cf. infra) et le portunion Portunion maenadis (Isopode Epicaride). D'autres parasites appartiennent aux Parvo-virus, Microsporidies, Myxosporidies, Ciliés, Trématodes, Turbellariés, Némertes. Le crabe vert présente au moins une affection mortelle due à un Micrococcus.

En Méditerranée, le parasite le plus classique du crabe vert est un crustacé Rhizocéphale : le cirripède Sacculina carcini, la sacculine du crabe vert, proche parent des balanes. Sa partie externe (appelée aussi “externa") forme un sac jaune-brunâtre bourgeonnant sur l'abdomen du crabe. La prévalence* ou taux d'infestation peut être très élevée ; elle atteint 70% dans certains étangs du Languedoc à certaines époques de l'année. La larve de la sacculine pénètre dans le crabe à un endroit où le tégument est très fin, au niveau d'une articulation par exemple, et s'y développe en absorbant les nutriments et en altérant le fonctionnement des glandes endocrines comme la glande de mue ou la glande androgène de son hôte. Cela empêche alors le crabe de muer et de se reproduire. Le crabe mâle est ainsi souvent plus ou moins féminisé : il semble changer de sexe.

Des balanes ou d'autres épibiontes* s'installent parfois sur la carapace du crabe, surtout chez les gros individus (qui muent moins souvent que les jeunes).

Divers biologie

Le crabe vert de Méditerranée a de nombreux prédateurs : des céphalopodes (seiche, poulpe), des poissons, d'autres crustacés, des oiseaux de rivage (limicoles, mouettes, goélands).
Il est capable d'autotomie* (mutilation réflexe d'une partie du corps) en cas de capture par un prédateur, sans que cela lui soit fatal. La blessure se referme immédiatement et une nouvelle patte réapparaît à la mue suivante.

Informations complémentaires

Carcinus aestuarii est une espèce eurytherme* et euryhaline*, assez résistante à la pollution, et donc susceptible d'accumuler des métaux lourds et des molécules toxiques.
Cette espèce est comestible, mais elle n'est pêchée qu'à petite échelle sur les côtes méditerranéennes.

Les crabes verts sont très surveillés dans les installations conchylicoles car ils peuvent faire des dégâts sur les naissains de bivalves : les gros individus seraient capables de dévorer jusqu'à cinquante petites huîtres par jour !

Origine des noms

Origine du nom français

Crabe vert : évidemment du fait de sa couleur dominante.
Crabe enragé : car les mâles ont un comportement batailleur, les femelles étant plus paisibles. Son attitude préférée, pinces levées, est à l'origine de ce nom. Mais c'est aussi une attitude de défense : il se dresse verticalement, mettant en avant ses pinces.
De Méditerranée : à cause de sa localisation géographique.

Origine du nom scientifique

Carcinus : du latin [carcinus] = cancer, crabe.
aestuarii : du latin [aestuarii] = des estuaires, en référence à sa préférence pour les eaux saumâtres.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Arthropoda Arthropodes Animaux invertébrés au corps segmenté, articulé, pourvu d’appendices articulés, et couvert d’une cuticule rigide constituant leur exosquelette.
Sous-embranchement Crustacea Crustacés Arthropodes à exosquelette chitineux, souvent imprégné de carbonate de calcium, ayant deux paires d'antennes.
Classe Malacostraca Malacostracés 8 segments thoraciques, 6 segments abdominaux. Appendices présents sur le thorax et l’abdomen.
Sous-classe Eumalacostraca Eumalacostracés Présence d’une carapace recouvrant la tête et tout ou partie du thorax.
Super ordre Eucarida Eucarides Présence d'un rostre.
Ordre Decapoda Décapodes La plupart marins et benthiques. Yeux composés pédonculés. Les segments thoraciques sont fusionnés avec la tête pour former le céphalothorax. La première paire de péréiopodes est transformée en pinces.  Cinq paires d'appendices locomoteurs (pinces comprises).
Famille Carcinidae Carcinidés

Bord antéro-latéral de la carapace avec 5 dents souvent émoussées (dent orbitaire externe comprise) ; front avec 3 lobes ; carapace hexagonale à peine plus large que longue ; dernière paire de pattes peu aplatie et peu adaptée à la nage et à l'enfouissement.

Genre Carcinus
Espèce aestuarii

Nos partenaires