Requin pointes blanches de récif

Carcharhinus albimarginatus | (Rüppel, 1837)

N° 1661

Indo-Pacifique tropical, mer Rouge

Clé d'identification

Dos gris sombre, ventre blanc
Bordures blanches sur la pointe et/ou l'arrière de toutes les nageoires
Première dorsale triangulaire et courte, seconde aplatie
Caudale asymétrique, avec une encoche sous le lobe supérieur très développé
Pectorales pointues, relativement longues et en forme de faucille

Noms

Autres noms communs français

Aileron blanc, requin houareau, mao tapete à Tahiti

Noms communs internationaux

Silvertip shark, whitefin shark (GB), Tiburón puntas blancas, cazón (E), Squalo dalle punte argentee (I), Silverspitzenhai (D), Marracho de pontas (P), Zilverpunthaai (NL)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Carcharias albimarginatus Rüppel, 1837
Eulamia albimarginata (Rüppel, 1837)
Eulamia platyrhynchus Gilbert, 1892
Carcharhinus platyrhynchus (Gilbert, 1892)

Distribution géographique

Indo-Pacifique tropical, mer Rouge

Zones DORIS : Indo-Pacifique

Sa répartition est très large dans l'Indo-Pacifique tropical : depuis la mer Rouge jusqu'à l'Amérique Centrale, avec le sud du Japon comme limite nord et l'Afrique du Sud comme limite sud. Dans les zones DORIS, il est présent à Mayotte, la Réunion, en Nouvelle Calédonie et en Polynésie française.
Sa présence dans les Caraïbes et le golfe du Mexique est suspectée mais reste à confirmer.
Il est nettement plus fréquent autour des îles océaniques, ce qui entraîne une répartition fragmentée.

Biotope

Requin semi-pélagique*, il apprécie les eaux claires des tombants et des récifs externes des îles océaniques, ainsi que les hauts fonds, de 10 à 400 m (jusqu'à 800 m) de profondeur mais en général en dessous de 30 m. Les jeunes vivent moins profondément, parfois dans les lagons profonds ou les passes, ce qui peut les protéger des prédateurs.
Il vit en solitaire ou en petit groupe. Il peut être territorial.

Description

Le requin pointes blanches de récif, à la silhouette gracieuse mais massive, est un requin de grande taille, pouvant atteindre 3 m de longueur chez les femelles et 2,5 m chez les mâles (taille moyenne : 1,5 à 2 m).
Le dos est gris sombre, à reflets bronze et le ventre est blanc. Des bordures blanches caractéristiques marquent la pointe et/ou l'arrière des nageoires dorsales, anale, pelviennes et caudale. Sous l'eau, ces taches blanches sont particulièrement visibles car elles deviennent brillantes (ce qui lui vaut son nom anglais : requin à aileron argenté). Les flancs portent une discrète bande blanche.
La première dorsale est triangulaire et courte, la seconde est plus petite, située au-dessus de la nageoire anale ; elle peut être plus foncée que le reste du corps. Elles sont reliées par une ride sur le dos. La nageoire caudale, asymétrique, est très particulière, avec une encoche sous le lobe supérieur très développé et une découpe rectiligne entre les lobes. La nageoire anale est très concave, comme entaillée. Les nageoires pectorales sont pointues, relativement longues et en forme de faucille.
Le museau est modérément long, large et arrondi ; les yeux sont grands et ronds ; les cinq fentes branchiales indépendantes, de chaque côté de la tête, sont courtes.

Espèces ressemblantes

Il existe deux autres espèces dont le nom vernaculaire est "requin pointes blanches", ce qui peut porter à confusion :
Le requin corail ou requin pointes blanches du lagon, Triaenodon obesus, se retrouve dans la même aire de distribution mais il vit près des récifs côtiers, parfois posé sur le fond. Il porte lui aussi une marque sur le haut de la dorsale et de la caudale mais il est plus petit, de silhouette plus allongée.
De taille équivalente, avec une répartition plus étendue vers les eaux froides, le requin océanique ou requin pointes blanches du large, Carcharhinus longimanus, vit au large et porte des marques blanches aux extrémités de ses nageoires mais celles-ci se terminent en arrondi.
Enfin, le requin gris de récif, Carcharhinus amblyrhynchos, toujours dans la même aire de distribution, est plus petit et porte une large bande noire, continue, sur l'arrière de la caudale.

Alimentation

Il se nourrit de poissons benthiques* ou pélagiques*, y compris de raies et de petits requins (comme le requin babosse, Carcharhinus altimus) et de céphalopodes.

Reproduction - Multiplication

La maturité sexuelle est obtenue à 1,65 m pour les mâles et 1,70 m pour les femelles.
La période de reproduction est l'été. La fécondation est interne. Pendant la copulation, le mâle s'accroche à la femelle en mordant la dorsale ou une pectorale, ce qui peut laisser de profondes entailles. Les nageoires pelviennes du mâle portent deux appendices : les ptérygopodes*. Pendant l'accouplement, seul un ptérygopode pénètre dans le cloaque de la femelle. L'autre ptérygopode permet, par ses mouvements, la propulsion du sperme.
Cette espèce est vivipare* et la gestation dure environ un an. La portée peut aller jusqu'à 11 petits, mais en général, ils sont au nombre de 5 à 6. Ils naissent en été et mesurent alors environ soixante centimètres.
Le taux de reproduction est considéré comme faible. Les naissances n'ont lieu que tous les deux ans.

Vie associée

Ils sont souvent accompagnés par des poissons pilotes (Naucrates ductor) et des rémoras (Echeneis naucrates).
Les coureurs arc-en-ciel (Elagatis bipinnulata) se frottent parfois contre la peau rugueuse du requin pointes blanches pour déloger les parasites de leur peau.

Divers biologie

Comme tous les requins, le requin pointes blanches de récif évolue avec une nage sinueuse mais il peut aussi exécuter une nage contorsionnée, que quelques espèces seulement pratiquent, aux mouvements amplifiés, dans un but d'intimidation.
Il a un odorat bien développé et peut détecter de faibles quantités de sang. Sa vue est également très précise.
Les dents de la mâchoire supérieure sont dentelées, triangulaires et inclinées vers l'arrière ; celles de la mâchoire inférieure sont effilées et droites. Chacune des mâchoires porte 24 à 28 dents. Ces formes différentes permettent au requin de tailler des morceaux de chair, grâce à de fortes secousses.
C'est une espèce territoriale à croissance lente, dont l'espérance de vie est estimée à 22 ans.

Ce requin n'est pas capable de mouvement de ses ouïes pour créer un courant d'eau permettant son oxygénation. Il est donc condamné à nager en permanence pour assurer la circulation de l'eau à travers ses fentes branchiales.
Sa tête est constellée de pores : les ampoules de Lorenzini* qui sont des détecteurs de champs électriques émis par les autres êtres vivants.
Sa peau hydrodynamique, composée de denticules* placoïdes* et pointus, associée à une musculature résistante font de ce requin un excellent nageur, capable de fortes accélérations.
Ce poisson ne possède pas de vessie natatoire, les huiles contenues dans son foie lui permettent de gérer sa flottabilité.

Il est fréquent que le requin perde des dents lorsqu'il se nourrit ou durant un combat. Dans ce cas, elles sont remplacées par les dents de la rangée suivante qui se redressent alors, un peu à la manière d'un tapis roulant. La production de dents est continue tout au long de la vie.

Informations complémentaires

Il est tenace et potentiellement dangereux pour l'homme. Cependant, il est prudent et n'approche que rarement les plongeurs. D'ailleurs, très peu d'attaques lui sont attribuées. Les jeunes sont plus curieux.
Il est pourtant agressif envers les pêcheurs auxquels il cherche à prendre le poisson ou les plongeurs pratiquant encore des stimulations alimentaires.

Des études ont montré que le cartilage du requin pointes blanches de récif était très riche en collagène* et en gélatine. Ces produits sont très utilisés en cosmétique, dans l'agro-alimentaire et le médical.

Réglementation

Cette espèce est classée "vulnérable" (VU) dans la liste rouge de l'UICN (Union Internationale pour la Conservation de la Nature) du fait de la pression de pêche comme prise accessoire au large, combinée à une croissance lente et un taux de reproduction faible de l'espèce. Pourtant, cette espèce, comme la plupart des requins, n'est ni protégée, ni réglementée.

Origine des noms

Origine du nom français

Le mot "requin" pourrait tirer son origine du latin [requiem] ou dériver d'un mot normand ou picard [quien] signifiant "chien" ;
"pointes blanches" du fait des marques caractéristiques de ses nageoires ;
"de récif" est ajouté pour éviter des confusions avec d'autres requins pointes blanches.

Origine du nom scientifique

Carcharhinus : du grec [karcharhos] = aux dents aiguës et [rhinus] = nez, museau ;
albimarginatus : du latin [alba] = blanc et [margino] = border, entourer d'une bordure. Ses nageoires sont en effet bordées de blanc.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Chordata Chordés Animaux à l’organisation complexe définie par 3 caractères originaux : tube nerveux dorsal, chorde dorsale, et tube digestif ventral. Il existe 3 grands groupes de Chordés : les Tuniciers, les Céphalocordés et les Vertébrés.
Sous-embranchement Vertebrata Vertébrés Chordés possédant une colonne vertébrale et un crâne qui contient la partie antérieure du système nerveux.
Classe Chondrichthyes Chondrichthyens Squelette cartilagineux, deux nageoires dorsales et une anale (primitivement), nageoire caudale hétérocerque*, deux paires de nageoires paires, bouche disposée sur la face ventrale.
Sous-classe Elasmobranchii Elasmobranches Squelette des nageoires pectorales tribasal. Deux nageoires dorsales. 5 ou 6 paires de fentes branchiales et des spiracles.
Super ordre Euselachii Sélaciens Raies et requins.
Ordre Carcharhiniformes Carcharhiniformes Requins de fond.
Famille Carcharhinidae Carcharhinidés
Genre Carcharhinus
Espèce albimarginatus

Nos partenaires