Callianira à deux ailes

Callianira bialata | Delle Chiaje, 1841

N° 4685

Méditerranée et Atlantique Nord

Clé d'identification

Taille comprise entre 2 et 3 cm
Corps gélatineux transparent parcouru de taches roses plus ou moins sombres
Allure de cerneau de noix avec des longs prolongements en forme de cornes ou d'ailes
Deux longs filaments pêcheurs rétractiles pourvus de nombreuses ramifications

Noms

Noms communs internationaux

Arctic comb jelly (GB) (ce qui est surprenant au vu de sa répartition...)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Eschscholtzia cordata Kölliker, 1853
Escholtziai
cordata Kölliker, 1853
Gegenbauria cordata
(Kölliker, 1853)
Sophia diploptera
Péron, 1810

Distribution géographique

Méditerranée et Atlantique Nord

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord

L'espèce est essentiellement rencontrée en Méditerranée, mais sa répartition s'étend également en Atlantique Nord (elle a été photographiée au large des côtes de Floride).

Biotope

Il s'agit d'une espèce planctonique* pour laquelle on ne dispose pas d'informations sur la répartition dans la colonne d'eau.

Description

La taille des individus est comprise entre 2 et 3 cm. Leur corps gélatineux transparent, de section rectangulaire, peut apparaître parfois rose pâle en raison de taches pigmentaires de cette teinte, disposées en lignes parallèles aux bandes méridiennes qui parcourent le corps. Ces taches pigmentaires peuvent aussi apparaître très sombres.
Ces organismes présentent une symétrie bilatérale et un corps comprimé, atténué du côté antérieur (ou pôle oral*), évoquant un cerneau de noix. La partie postérieure (pôle aboral*) est prolongée par deux "cornes". Ces prolongements aliformes* (en forme d'ailes) sont coniques et aplatis, et ils augmentent proportionnellement de taille avec la croissance de l'individu : chez les adultes, ils peuvent atteindre la moitié du corps.
Le corps de la callianira à deux ailes est parcouru de 8 bandes verticales méridiennes munies de palettes natatoires. Elles ne sont pas présentes sur le quart antérieur de l'organisme, du côté oral, mais elles sont présentes sur les prolongements aliformes. Le mouvement des palettes natatoires est à l'origine de réflexions lumineuses irisées caractéristiques des Cténophores.
Deux filaments pêcheurs (qui peuvent eux aussi apparaître roses) sont capables de s'étendre considérablement de manière latérale. Ils sont pourvus de nombreuses ramifications, les tentilles*, munies de cellules collantes : les colloblastes*. Ces deux filaments pêcheurs sont rétractiles pour rejoindre la gaine où ils sont insérés, dans la partie postérieure (pôle aboral) du corps.
Il faut noter que le vocabulaire descriptif de ces Cténophores présente une ambiguïté : la bouche est située du côté du pôle aboral, ce qui peut être un piège étymologique....

Espèces ressemblantes

Les prolongements aliformes doivent permettre de distinguer facilement cette espèce des autres Cténophores de nos côtes.

Alimentation

Les callianiras à deux ailes se nourrissent en déployant leurs deux filaments pêcheurs munis de colloblastes sur leurs tentilles. La pêche est "passive" : la capture du petit zooplancton*, notamment des Copépodes, est le résultat de la nage active des proies vers les colloblastes*.
Ces proies sont amenées à la bouche par rétractation des filaments pêcheurs.

Reproduction - Multiplication

Ces Cténophores sont hermaphrodites*, ils produisent les deux types de gamètes*. La fécondation a lieu en pleine eau et donne une larve* planctonique* caractéristique, la larve cydippide*. Elle se développe rapidement en un adulte miniature.

Les larves de la callianira à deux ailes ont une allure semblable à celle de l'adulte mais sont fortement pigmentées de violet. Leurs prolongements aliformes peuvent apparaitre très courts.

Divers biologie

L'animal nage toujours avec la bouche vers le haut et se déplace d'une manière efficace grâce à l'activité de ses peignes qui sont vivement irisés.

Informations complémentaires

L'ouvrage de référence sur le plancton de Méditerranée (Tregouboff & Rose, 1957) indique que cette espèce est commune en Méditerranée en automne et en hiver, cependant les observations (récentes) ne sont pas abondantes et la callianira à deux ailes a été vue également en avril à Port-Cros. Certains auteurs plus récents (Riedl, 1986) indiquent bien que cette espèce est rare en Méditerranée. Ceci semble confirmé par le peu de photos disponibles pour illustrer cette fiche.
Des prises de vues d'Atlantique seraient également les bienvenues !

Origine des noms

Origine du nom français

Callianira à deux ailes : proposition DORIS par francisation du nom scientifique.

Origine du nom scientifique

Callianira est le nom d'une des cinquante Néréides, nymphes marines filles du dieu marin Nérée et de l'Océanide Doris.
Ce nom de genre a été créé, sans explication du choix, par Péron & Lesueur entre 1808 et 1810. Pour information, leurs écrits montrent qu'ils hésitaient pour cette espèce entre Cténaire et Mollusque...

bialata : du latin [bi] = deux et [alata] = ailé, à deux ailes.

Et pour les synonymes :

Eschscholtzia : nom de genre dédié au médecin naturaliste Johann Friedrich Eschschlotz (1793-1831) par Albert Kölliker en 1853.

Gegenbauria : nom de genre dédié à Karl Gegenbaur (1826-1903), anatomiste et embryologiste par Louis Agassiz en 1860.

cordata : du latin [cordat] = cœur avec le suffixe latin [-ta] qui exprime une qualité : en forme de cœur.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Ctenophora Cténophores / Cténaires Organismes carnivores planctoniques (parfois benthiques) transparents à symétrie radiaire se déplaçant grâce à huit rangées de peignes ciliés et munis le plus souvent de tentacules armés de cellules adhésives particulières, les colloblastes.
Classe Tentaculata Tentaculés Cténophores possédant des tentacules, qui peuvent secondairement se résorber.
Ordre Cydippida Cydippides Cténophores sphériques ou ovoïdes, possédant deux tentacules adhésifs bien développés et ramifiés.
Famille Mertensiidae Mertensiidés

Bandes (de palettes natatoires) méridiennes paratransversales plus longues que les parasagittales (qui sont les plus proches du plan sagittal).

Genre Callianira
Espèce bialata

Nos partenaires