Anémone naine verruqueuse de Méditerranée

Bunodeopsis strumosa | Andrès, 1881

N° 2541

Méditerranée et Atlantique proche (Canaries)

Clé d'identification

Petite anémone hyaline, discrète
Tentacules longs, souples, translucides et chargés de capsules urticantes
Tentacules relativement peu nombreux
Colonne verruqueuse, courte et très aplatie

Noms

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Bunodeopsis strumosa Andres, 1880 : une incertitude sur la date, 1881 (1880), persiste sur de nombreux publications et sites.
Tetractis jonica Goette, 1897

Distribution géographique

Méditerranée et Atlantique proche (Canaries)

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord

Bunodeopsis strumosa est supposée présente dans toute la Méditerranée et en Atlantique Nord-Est (îles Canaries).

Biotope

Cette petite anémone fréquente essentiellement les petits fonds. Elle montre une mobilité relativement importante. Elle peut se déplacer sur son support et même le quitter en pleine eau pour chercher un habitat plus propice.
En été, on la rencontrera sur les phanérogames marines (Cymodocea nodosa, Zostera marina, Zostera noltii et Posidonia oceanica), les algues, les ascidies, les bryozoaires... Pendant les hivers froids, elle pourra disparaître en se cachant sous les sédiments vaseux.
Elle tolère de grande variation de salinité et de température (eaux saumâtres et étangs littoraux).
En été, elle peut être présente de façon massive dans certaines zones sablo-vaseuses et abritées (étangs littoraux, golfes calmes) et atteindre 2 000 individus au m².

Description

Bunodeopsis strumosa est une petite anémone discrète à la base large, habituellement ovale.
La colonne courte, écrasée, très extensible, mesure jusqu'à 6 mm de haut. Elle est couverte de verrues irrégulières et grossièrement striée de bandes longitudinales tachées de blanc sale.
Le disque pédieux mesure jusqu'à 15-20 mm et le disque oral jusqu'à 4 mm de diamètre.
Le péristome* et la bouche sont souvent translucides, peu visibles et forment une zone bien cylindrique, d'apparence vide, au centre de l'anémone lorsqu'on l'observe du dessus.
Il se détache du centre de la colonne 12 à 56 (très souvent 28) tentacules coniques, très effilés et dont la longueur, jusqu'à 20 mm, fait jusqu'à 4 fois le diamètre du disque oral. Les tentacules transparents sont ponctués de nombreuses et visibles batteries de cnidocytes* blanchâtres (capsules urticantes). Très flexibles et rétractiles, ils peuvent entièrement rentrer dans la colonne.
La couleur variable est liée à la présence de zooxanthelles* : la colonne prend une coloration brune grossièrement striée longitudinalement de taches blanches en été, alors qu'elle est blanc sale translucide en hiver ou en milieu ombragé.
Cette espèce est dépourvue d'aconties*.

Espèces ressemblantes

Alicia mirabilis est de taille bien supérieure et ne se déploie que la nuit.

Paranemonia cinerea, de taille similaire, fréquente les mêmes biotopes. Sans batterie urticante, elle montre des tentacules plus colorés, moins nombreux et de tailles irrégulières.

Paractinia striata, de taille similaire, se rencontre principalement sur les feuilles de posidonie ou de cymodocée. Sa colonne est nettement rayée de bandes claires et elle possède des aconties.

Aiptasia spp. les juvéniles de A. mutabilis ou A. diaphana peuvent faire penser aussi à B. strumosa. Contrairement à cette dernière, ces deux espèces présentent des aconties*.

Dans la zone Caraïbe, plusieurs petites anémones à verrues existent, dont Bunodeopsis pelagica, Viatrix (Bunodeopsis) globulifera (très urticante),...

Alimentation

Animal carnivore passif, elle déploie ses tentacules munis de cellules urticantes, les cnidoblastes, capables de dévaginer un filament creux relié à une glande à venin, qui va venir frapper la proie et y rester ancré par des crochets situés à sa base.
Une fois le venin inoculé, la proie est amenée vers la bouche par les tentacules et digérée à l'intérieur de la cavité gastrique, divisée par des cloisons. Chaque logette, entre les cloisons, correspond à un tentacule.
Les structures non assimilables (arêtes, fragments de carapaces…) sont rejetées à l'extérieur par la bouche qui sert d'anus.

Reproduction - Multiplication

Espèce ovipare* aux sexes séparés, les œufs sont présents en octobre. En été, il y a une reproduction asexuée massive par partition longitudinale.

Vie associée

La présence de zooxanthelles*, algues microscopiques symbiotiques, influence la coloration de la colonne de cette anémone.

Divers biologie

Elle a une grande capacité de régénération, le nombre de mésentères* varie de 4 à 20, cela sans doute en rapport avec la reproduction asexuée, par scissiparité, fréquente chez cette espèce en été.

Informations complémentaires

Contrairement à Alicia mirabilis, qui lui ressemble beaucoup mais en bien plus grand, la petite anémone à verrues Bunodeopsis strumosa n'est pas urticante pour l'être humain. Ses cnidocytes restent néanmoins efficaces pour la paralysie des proies qu'elle attrape.

Au sujet de l'ouvrage de référence cité et utilisé pour cette fiche, Hofrichter R., il semble que plusieurs erreurs se soient glissées sur la page traitant de B. strumosa : synonyme, mensuration du pied et photo présentés ne peuvent être considérés comme justes.

Origine des noms

Origine du nom français

Petite anémone à verrues de Méditerranée est une proposition du site DORIS.

Origine du nom scientifique

Bunodeopsis : bunod = montueux (qui est coupé de montagnes, de collines), et du suffixe grec [ops] = qui a l'aspect de,
strumosa : du latin [strumosus] = scrofuleux, écrouelleux, strumeux, donc à l'aspect pustuleux ou verruqueux.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Cnidaria Cnidaires

Organismes aquatiques (marins pour la plupart) libres ou fixés, carnivores, principalement à symétrie radiaire, caractérisés par des cellules urticantes : les cnidocytes. Deux morphologies principales : le polype et la méduse. La larve est une planula.

Classe Anthozoa Anthozoaires Cnidaires exclusivement marins, solitaires ou coloniaux, uniquement sous la forme polype (jamais de phase méduse dans le cycle de vie).
Sous-classe Hexacorallia / Zoantharia Hexacoralliaires / Zoanthaires Anthozoaires coloniaux ou solitaires, tentacules lisses, polypes à symétrie d’ordre 6.
Ordre Actiniaria Actiniaires Polypes solitaires souvent colorés, en général fixés à un substrat dur par un large disque pédieux. Organismes parfois mobiles.
Sous-ordre Nynantheae Boloceroidaria Nynanthées Bolocéroïdes
Famille Boloceroididae Boloceroidés Disque pédieux large. Tentacules longs, se détachant facilement.
Genre Bunodeopsis
Espèce strumosa

Nos partenaires