Actinie pélagienne

Bunodeopsis pelagica | (Quoy & Gaimard, 1833)

N° 2700

Atlantique tropical

Clé d'identification

Très petite anémone (1 centimètre)
Pied brun à jaune pâle avec épaississements plus clairs
Bouche entourée d'un cercle violet

Noms

Autres noms communs français

Petite anémone des sargasses

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Actinia pelagica Quoy & Gaimard, 1833

Distribution géographique

Atlantique tropical

Zones DORIS : Caraïbes

Signalée au milieu de l'Atlantique (Canaries), puis à la Jamaïque, elle est sans doute présente sporadiquement dans toutes les îles des Caraïbes, dont la Martinique où ont été prises toutes les photos de cette fiche.

Biotope

Selon la littérature, Bunodeopsis pelagica vit dans les sargasses flottantes, un lieu peu fréquenté par les plongeurs ! Cependant on a une chance de l'apercevoir car il arrive que des populations s'installent temporairement à faible profondeur près des côtes, dans les herbiers de Thalassia ou de Syringodium.

Description

C'est une très petite anémone, de 1 centimètre au maximum, en hauteur et en diamètre. La colonne est cylindrique, s'élargissant vers la base, et de couleur brun clair avec des taches jaune crème en léger relief disposées en séries longitudinales. La partie haute de la colonne est quasi transparente ou jaune très pâle, de même que les tentacules* et la région péri-buccale.
Les tentacules, rétractiles, sont peu nombreux et de longueur inégale.
La bouche est entourée d'un cercle violet.

Espèces ressemblantes

Bunodeopsis globulifera, ou antilliensis, fréquente le même biotope ainsi que les herbiers de phanérogames. La base du pied est couverte de vésicules irrégulières, plus ou moins gonflées, et il n'y a pas d'anneau violet autour de la bouche.

Anemonia sargassensis, la "grande" anémone des sargasses, également inféodée aux herbiers flottants, est un peu plus grande (de 1 à 3 cm) et de couleur brun-rouge avec des stries plus claires rayonnant autour de la bouche. Le pied ne porte pas de vésicules.

Alimentation

Très peu de données sont disponibles sur la biologie de cette espèce. Elle se nourrit probablement de zooplancton comme les autres petites anémones d'herbiers.
D'autre part, elle contient des zooxanthelles*, principalement sur les mésentères*, ce qui laisse supposer une forme de symbiose*.

Reproduction - Multiplication

Des individus porteurs d'œufs en cours de développement dans la cavité gastrique ont été décrits, ainsi qu'un spécimen avec gonade mâle.
La multiplication par lacération du pied, comme chez les autres espèces de Bunodeopsis, n'a pas été observée. Mais elle serait possible vu la forte capacité de régénération en cas de blessure.

Vie associée

Un Eolidien non identifié formellement, mais ressemblant à Phidiana lynceus, a été trouvé sur les sargasses flottantes et en train de se nourrir de ces anémones (Fischer, 1976).

Divers biologie

La base de la colonne est faiblement adhésive ; l'anémone se détache facilement et rampe à l'aide de ses tentacules. Elle ne nage pas.

Origine des noms

Origine du nom français

Actinie pélagienne : ce nom au parfum délicieusement suranné est celui donné par Quoy et Gaimard dans leur description originale (traduction directe du nom scientifique).



Petite anémone des sargasses : nom proposé par DORIS pour la distinguer de la "vraie" anémone des sargasses, Anemonia sargassensis Hargitt, 1908, qui partage le même habitat.

Origine du nom scientifique

Bunodeopsis : du grec [bunod-] = montueux (qui est coupé de montagnes, de collines), et [-opsis] = qui a l'aspect de.



pelagica : du latin [pelagicus] = de la haute mer. Selon la description originale : "cette très-petite Actinie, que nous avons trouvée sur des fucus au milieu de l'océan Atlantique..."

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Cnidaria Cnidaires

Organismes aquatiques (marins pour la plupart) libres ou fixés, carnivores, principalement à symétrie radiaire, caractérisés par des cellules urticantes : les cnidocytes. Deux morphologies principales : le polype et la méduse. La larve est une planula.

Classe Anthozoa Anthozoaires Cnidaires exclusivement marins, solitaires ou coloniaux, uniquement sous la forme polype (jamais de phase méduse dans le cycle de vie).
Sous-classe Hexacorallia / Zoantharia Hexacoralliaires / Zoanthaires Anthozoaires coloniaux ou solitaires, tentacules lisses, polypes à symétrie d’ordre 6.
Ordre Actiniaria Actiniaires Polypes solitaires souvent colorés, en général fixés à un substrat dur par un large disque pédieux. Organismes parfois mobiles.
Sous-ordre Nynantheae Boloceroidaria Nynanthées Bolocéroïdes
Famille Boloceroididae Boloceroidés Disque pédieux large. Tentacules longs, se détachant facilement.
Genre Bunodeopsis
Espèce pelagica

Nos partenaires