Clavagelle ouverte

Bryopa aperta | (G.B. Sowerby I, 1823)

N° 2524

Méditerranée

Clé d'identification

Bivalve perforant vivant dans un substrat calcaire
Tube calcaire en partie antérieure ouvert en calice et portant des manchettes externes
2 siphons visibles dans le tube, portant des papilles rouge écarlate

Noms

Autres noms communs français

Clavagelle, arrosoir (dans la littérature, nom commun donné à tous les Anomalodesmata)

Noms communs internationaux

Watering pot shell (GB, nom donné à tous les Anomalodesmata), Giesskannenmuscheln (D, idem), Tweekleppigen (NL, idem)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Clavagella aperta Sowerby, 1823
Clavagella sicula Delle Chiaje, 1830
Clavagella balanorum Philippi, 1840
Clavagella balanorum Scacchi, 1841
Clavagella philippiana G.B. Sowerby II, 1873
Tiria aperta De Gregorio, 1885

Distribution géographique

Méditerranée

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord

Toutes les descriptions à notre connaissance ne mentionnent que la Méditerranée.

Biotope

Bryopa aperta a besoin d'un substrat* calcaire dur pour pouvoir s'installer. Elle aime le coralligène* mais peut également se trouver dans des concrétions de balanes ou de coraux.

Description

Bryopa aperta est un mollusque bivalve endolithique* qui vit à l'intérieur de la roche (calcaire ou coralligène*) dans laquelle il s'introduit à l'état juvénile. La coquille est terminée par un tube calcaire de section elliptique mesurant une dizaine de millimètres de largeur et à l'extrémité évasée. L'animal allonge le tube au fur et à mesure de sa croissance, les anciens bords évasés forment comme des manchettes externes (jusqu'à 8).

Le manteau se prolonge vers la partie supérieure en une masse presque cylindrique qui se termine par les deux siphons réunis qui peuvent atteindre 8 cm de longueur. Les siphons portent des papilles de couleur rouge écarlate à rose pourpré plus ou moins intense. Les deux siphons sont pourvus chacun d’une rangée de tentacules courts et réguliers. Le siphon inhalant est le plus grand et se termine par une membrane bleuâtre avec un bord libre et dentelé. Le siphon exhalant se termine par une membrane en calotte percée d’une ouverture à son extrémité.

Espèces ressemblantes

Le tube visible en surface avec les deux siphons peut faire penser à la mye perce-pierre (Rocellaria dubia) mais les orifices de celle-ci forment un 8 caractéristique. De plus, il semble que Bryopa aperta soit plutôt solitaire.

Il existe une autre espèce de Bryopa en Méditerranée, Bryopa melitensis (Broderip, 1834) (clavagelle de Malte), plus petite, dont l'extrémité des siphons est de couleur violet foncé. Le tube calcaire n'est pas évasé à son extrémité. Elle diffère surtout de B. aperta par 8 à 16 nervures légères longitudinales proéminentes autour du tube. B. aperta a souvent des anneaux (manchettes) autour du tube.

Les deux espèces méditerranéennes de Bryopa ont une distribution similaire, la compréhension des différences écologiques nécessiterait des études approfondies.

Alimentation

Comme tous les bivalves, c'est un animal filtreur* microphage* suspensivore*. Il crée un courant d'eau par l'intermédiaire de ses deux siphons (inhalant et exhalant) qui affleurent à la surface lui permettant ainsi d'aspirer le plancton* qui est ensuite retenu par les branchies et conduit à la bouche. Les particules non désirées sont rejetées par le siphon exhalant.

Reproduction - Multiplication

La reproduction des espèces de cette famille est mal connue. Les sexes sont certainement séparés (espèce gonochorique*) et la fécondation externe conduit à des larves* pélagiques* (planctoniques*). Ce sont les jeunes individus qui, certainement après une phase libre planctonique*, se fixent sur une roche calcaire dans laquelle ils commencent leur installation à partir de petites cavités déjà présentes.

Vie associée

Le substrat peut présenter d’autres organismes perforants comme la mye perce-pierre , les pholades, des modioles, des dattes de mer, des saxicaves et autres perforants, des spirorbes, …

Divers biologie

Comme chez tous les membres de la famille des Clavagellidés, la valve gauche est soudée à la paroi du substrat dès le stade juvénile tandis que la valve droite est libre. Chez les jeunes individus, les valves sont triangulaires et très minces, leur bord est tranchant. A l'état adulte, les valves s'épaississent et deviennent presque ovales (dimensions relevées pour une valve droite : 17 mm x 22 mm). La valve droite est plus petite que la gauche. Ces valves sont nacrées.

Le manteau* entoure la valve droite. Il sécrète une substance acide qui attaque le substrat sur 5 à 6 mm. Puis les valves s'agrandissent pour remplir la cavité et le processus recommence. La croissance est continue. La loge élaborée dans le substrat est en forme de poire ou sub-quadrangulaire.

Informations complémentaires

Ces organismes appartiennent à un groupe de mollusques bivalves très particulier. Ils ont d’abord été connus et étudiés seulement à l’état fossile. Ils sont présents en Europe du Sud à partir de l’Aquitanien (début du Miocène, soit environ 23 millions d’années).

Les coquilles sont logées dans des roches calcaires dures et de ce fait difficiles à trouver (et à extraire).

Bryopa diffère de la grande majorité des bivalves (y compris tous les autres Clavagellidés) par le ligament qui n'est pas situé près de l'umbo*. En fait, l'adulte Bryopa n'a pas d'umbo. La partie apicale de la valve gauche (cimentée) est généralement érodée.

Origine des noms

Origine du nom français

Clavagelle : francisation du premier nom de genre Clavagella. Le nom de clavagelle ouverte est utilisé dans les publications anciennes (voir Cailliaud, 1852).

Origine du nom scientifique

Bryopa : On ignore l'origine de ce nom de genre, donné par Gray en 1847. Gray J.E. cite cette espèce en 1840 dans un tableau "Shells of molluscous animals." In: Synopsis of the contents of the British Museum, ed. 42, 105-152.

aperta : du latin [apertus] = ouvert. Probablement en référence à la forme évasée de l'extrémité du tube.

Clavagella : de clava = bâton , gero = porter , -ella = diminutif : qui porte un petit bâton, le tube des Clavagelles.

melitensis : du latin [melita] = l’île de Malte et le suffixe latin [-ensis] = pour l’origine. Donc de Malte.

Anomalodesmata (d’après Dall, 1889) : du grec [anomal] = anormal et du grec [desm-] = ligament : ce taxon de bivalves a un ligament très particulier.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Mollusca Mollusques Organismes non segmentés à symétrie bilatérale possédant un pied musculeux, une radula, un manteau sécrétant des formations calcaires (spicules, plaques, coquille) et délimitant une cavité ouverte sur l’extérieur contenant les branchies.
Classe Bivalvia / Lamellibranchia / Pelecypoda Bivalves / Lamellibranches / Pélécypodes Mollusques aquatiques, filtreurs, au corps comprimé latéralement. Coquille composée de 2 valves articulées disposées de part et d’autre du plan de symétrie. Absence de tête, de pharynx, de radula et de glande salivaire.
Sous-classe Heterodonta Hétérodontes Charnière à dents dissociées. Siphon bien développé permettant aux organismes de se nourrir et de respirer tout en restant enfouis.
Super ordre Anomalodesmata Anomalodesmates
Famille Clavagellidae Clavagellidés
Genre Bryopa
Espèce aperta

Nos partenaires