Botrylle étoilé

Botryllus schlosseri | (Pallas, 1766)

N° 212

Mer du Nord, Manche, Océan Atlantique, Méditerranée

Clé d'identification

Ascidie coloniale
Groupes de 3 à environ 20 zoïdes disposés en étoile
Coloration très variable

Noms

Noms communs internationaux

Star tunicate, star ascidian, golden star sea-squirt (GB), Botrillo (I), Botryllus (E), Stern-Seescheide (D), Gesterde geleikorst, paarse geleikorst, puienmoer (NL)

Distribution géographique

Mer du Nord, Manche, Océan Atlantique, Méditerranée

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord, Atlantique Nord-Ouest

Espèce présente de la Norvège à la Méditerranée. Dans la zone Atlantique Nord-Ouest présence depuis la baie de Fundy jusqu'en Caroline du Nord.

Biotope

Espèce des eaux superficielles que l'on trouve sous les pierres ou en épiphyte sur les ascidies, les algues, les zostères* marines depuis le niveau des basses mers (le plus fréquent) jusqu'à la profondeur de plusieurs centaines de mètres (le plus rare). Peut abonder sur des côtes rocheuses modérément exposées. En Méditerranée où elle est largement distribuée et fréquente, cette espèce sera principalement vue sur les feuilles de posidonies et sur les parties plates de certaines algues.

Description

Ascidie coloniale ou synascidie dont tous les individus sont inclus dans une tunique commune. Les orifices inhalants* des zoïdes* sont groupés de façon régulière autour d'un cloaque commun qui occupe une position centrale. La colonie apparaît comme un ensemble de petites structures en étoiles caractéristiques. Chaque groupe de 3 jusqu'à une vingtaine de zoïdes* mesure 5 mm environ. L'ensemble des individus forme une croûte molle pouvant atteindre un diamètre de plusieurs centimètres. La couleur des colonies est extrêmement variable, jaune, verte, brune, bleue, mauve… et les zoïdes sont presque toujours de couleur différente, ce qui contraste avec la couleur de la tunique.

Espèces ressemblantes

Cette espèce peut être différenciée de Botrylloides sp. par l'arrangement caractéristique de ses zoïdes en des structures en forme d'étoile plutôt qu'en des structures longues et méandroïdes.

Alimentation

Le régime alimentaire du botrylle étoilé est de type microphage filtrant.

Reproduction - Multiplication

Cette espèce hermaphrodite est vivipare. Les œufs sont incubés jusqu'à l'éclosion de la larve dans un diverticule de la cavité cloacale qui fonctionne comme une poche incubatrice et où a lieu la fécondation. La larve libre, appelée têtard comprend une région antérieure élargie ou corps à laquelle fait suite une longue queue aplatie transversalement. Elle est entourée par une tunique dépourvue d'éléments cellulaires et constituée de cellulose. La queue est soutenue par une corde dorsale. Le tube nerveux caudal se prolonge dans le corps et s'y dilate en une vésicule cérébrale. La vie libre de la larve est de courte durée. Quelques heures après son éclosion, la larve tombe sur un support auquel elle se fixe par des papilles adhésives de son extrémité antérieure. Elle subit alors une métamorphose régressive au cours de laquelle la queue et la vésicule cérébrale disparaissent. Le pouvoir de bourgeonnement apparaît après la métamorphose et chaque colonie résulte de la reproduction asexuée par bourgeonnement d'un seul individu. Reproduction possible toute l'année.

Divers biologie

Espèce commune, très fréquente notamment en zone portuaire.

Origine des noms

Origine du nom français

Botrylle est la traduction directe du nom de genre scientifique Botryllus,
étoilé en référence à la disposition des zoïdes en étoiles.

Origine du nom scientifique

Botryllus : du latin [botry] = en forme de grappe,
schlosseri : en l'honneur de Johan(nes) Albert(us) Schlosser, 17??-1769, médecin allemand et naturaliste qui a décrit cette espèce sous le nom de Alcyonium carnosum en 1757.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Chordata Chordés Animaux à l’organisation complexe définie par 3 caractères originaux : tube nerveux dorsal, chorde dorsale, et tube digestif ventral. Il existe 3 grands groupes de Chordés : les Tuniciers, les Céphalocordés et les Vertébrés.
Sous-embranchement Urochordata / Tunicata Urochordés / Tuniciers Chordés marins fixés (ascidies) ou pélagiques (thaliacés), solitaires ou coloniaux. Epaisse tunique cellulosique. Deux siphons, pharynx bien développé, la chorde larvaire régresse chez l'adulte (sauf chez les Appendiculaires).
Classe Ascidiacea Ascidies / Ascidiacés Tuniciers fixés. Solitaires ou coloniaux (seuls capables de bourgeonnement). Chorde uniquement au stade larvaire. Siphon inhalant au sommet, proche du siphon exhalant latéral. Souvent en eau peu profonde.
Ordre Stolidobranchia Stolidobranches Ascidies pleurogones sans division du corps en thorax et abdomen.
Famille Styelidae Styélidés Stolidobranches avec un maximum de 4 fentes allongées de chaque côté du sac branchial. Pour les styélidés composés, zoïdes* en une seule partie.
Genre Botryllus
Espèce schlosseri

Nos partenaires