Patate de mer

Boltenia ovifera | (Linnaeus, 1767)

N° 4291

Atlantique Nord-Ouest

Clé d'identification

Forme de petit ballon ovoïde
Brune à jaune orange
Long pédoncule
Deux siphons cylindriques

Noms

Autres noms communs français

Bolténie ovifère, ascidie jaune

Noms communs internationaux

Sea potato, stalked sea squirt (GB)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Vorticella ovifera Linnaeus, 1767

Distribution géographique

Atlantique Nord-Ouest

Zones DORIS : Atlantique Nord-Ouest

On la retrouve de l'Arctique à cap Cod, et de l'estuaire maritime du Saint-Laurent (du Saguenay à Pointe des Monts) au golfe du Saint-Laurent.
Elle est présente dans l'archipel de Saint-Pierre et Miquelon.

Biotope

Elle est présente à partir de 20 m et peut être rencontrée à des profondeurs pouvant atteindre 500 m au Canada. On la retrouve ancrée sur des substrats* durs : roches, épaves, quais ...

Description

Cette ascidie solitaire est en forme de petit ballon ovoïde de couleur orange plus ou moins foncé, rose ou jaune à l'extérieur, et nacré à l'intérieur. Le corps entièrement garni de poils courts peut mesurer jusqu'à 80 mm. Il est placé à l'extrémité d'un pédoncule* qui lui permet de se fixer sur le fond. Le pédoncule peut atteindre 2 à 4 fois la taille du corps. La patate de mer possède deux siphons* cylindriques : un siphon axial supérieur (inhalant) et un siphon latéral inférieur (exhalant).

Espèces ressemblantes

Une confusion est parfois possible dans sa zone de distribution avec la pêche de mer Halocynthia pyriformis, cette dernière ne possède pas de pédoncule.

Alimentation

La patate de mer est microphage*, elle se nourrit de plancton* en filtrant le courant d'eau servant à la respiration. Il y a création d'un courant d'eau passant du siphon oral (inhalant) à la bouche, puis dans le pharynx cilié. Ce dernier permet la capture des particules nutritives (plancton) grâce à un mucus se déplaçant sur des cils. Ce mucus est sécrété par l'animal. Le siphon exhalant est utilisé pour expulser les déchets.

Reproduction - Multiplication

La reproduction est sexuée. Elle débute au mois de janvier. Les cellules mâles et femelles sont éjectées dans l'eau par le siphon exhalant. Une fois fécondés par les spermatozoïdes*, les ovules se transforment en larves* planctoniques*. Les larves possèdent une tige rigide dans le dos, c'est la notocorde qui rappelle une colonne vertébrale. Ces larves évoluent librement avant de se fixer définitivement sur le substrat.

Vie associée

La tige et le corps peuvent être recouverts de bryozoaires ou d'hydroïdes. Les endroits où les densités de population locales sont élevées offrent un habitat supplémentaire et un couvert de protection à la morue juvénile Gadus morhua.

Informations complémentaires

La tunique* qui recouvre le corps des ascidies est composée de substances organiques et inorganiques, notamment la tunicine appelée "cellulose animale". Ces ascidies tout comme les animaux composant le sous-embranchement des tuniciers sont les seuls à posséder cette substance caractérisant le règne végétal.

L'espèce Boltenia ovifera est fragile sur le plan fonctionnel, puisque ses capacités de régénération sont faibles (plus de 20 ans). La pêche de fond entraîne des dommages graves ou irréversibles. L'espèce a considérablement diminué dans la baie de Fundy.

Origine des noms

Origine du nom français

Sa forme de patate est l'origine de son nom.

Origine du nom scientifique

Boltenia : Johannes Bolten, naturaliste allemand mort en 1796 est à l'origine du nom du genre,
ovifera : du latin [oviformis] = qui a la forme d'un œuf, [ovi-] = œuf et [-fero] = je porte : qui porte un œuf (au bout du pédoncule)

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Chordata Chordés Animaux à l’organisation complexe définie par 3 caractères originaux : tube nerveux dorsal, chorde dorsale, et tube digestif ventral. Il existe 3 grands groupes de Chordés : les Tuniciers, les Céphalocordés et les Vertébrés.
Sous-embranchement Urochordata / Tunicata Urochordés / Tuniciers Chordés marins fixés (ascidies) ou pélagiques (thaliacés), solitaires ou coloniaux. Epaisse tunique cellulosique. Deux siphons, pharynx bien développé, la chorde larvaire régresse chez l'adulte (sauf chez les Appendiculaires).
Classe Ascidiacea Ascidies / Ascidiacés Tuniciers fixés. Solitaires ou coloniaux (seuls capables de bourgeonnement). Chorde uniquement au stade larvaire. Siphon inhalant au sommet, proche du siphon exhalant latéral. Souvent en eau peu profonde.
Ordre Stolidobranchia Stolidobranches Ascidies pleurogones sans division du corps en thorax et abdomen.
Famille Pyuridae Pyuridés Ascidies solitaires. Tunique* coriace, branchies avec 6 à 10 plis de chaque côté, tentacules ramifiés, une gonade de chaque côté. Manteau opaque, gonade gauche dans la boucle intestinale.
Genre Boltenia
Espèce ovifera

Nos partenaires