Aurélie

Aurelia aurita | (Linnaeus, 1758)

N° 129

Cosmopolite

Clé d'identification

4 gonades en fer à cheval
Diamètre compris entre 5 et 40 cm
Grand nombre de fins tentacules marginaux
4 bras buccaux

Noms

Noms communs internationaux

Moon jelly, common jellyfish (GB), Medusa quadrifoglio, pota marina (I), Medusa aurelia, aurelia (E), Ohrenqualle (D), Oorkwal (NL), Medusa aurelia (P), Glassmanet (N)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Aurelia dubia
Aurelia flavidula
Medusa aurita
(Linnaeus, 1758)

Distribution géographique

Cosmopolite

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord, Indo-Pacifique, Caraïbes, Atlantique Nord-Ouest

Espèce cosmopolite, elle se rencontre a priori dans toutes les mers du globe !

Biotope

Espèce pélagique* que l'on rencontre quasiment toujours à très faible profondeur. La phase polype se rencontre le plus souvent en milieu saumâtre, estuaire ou zone portuaire, le plus souvent sous de petits surplombs.

Description

Cette méduse présente une allure générale de soucoupe laissant voir par transparence quatre gonades* en forme de fer à cheval (ou en forme « d'oreilles », d'où le nom aurita). L'ombrelle, qui peut mesurer jusqu'à 40 cm de diamètre, très convexe, est bordée d'un grand nombre de fins tentacules marginaux (jusqu'à 1200 !). La bouche ventrale quadrangulaire est entourée par quatre bras buccaux (ou oraux) plus ou moins développés et visibles. Ils proviennent de la transformation des « lèvres » de la méduse. Ces bras sont très festonnés* et leur face interne est creusée d'une gouttière alimentaire. On remarque, partant de l'estomac, des canaux radiaires. Certains sont rectilignes, ils transportent de manière centrifuge les produits de la digestion. D'autres sont divisés, dans ceux-là ces produits sont transportés de manière centripète, c'est à dire vers le centre. Les gonades sont le plus souvent de teinte blanche ou jaune chez les mâles et de teinte rose ou violacée chez les femelles. En dessous de ces gonades se trouve une poche radiale. Un canal marginal circulaire parcourt la périphérie de l'ombrelle.

Espèces ressemblantes

Pas de confusion possible sous nos latitudes, ni ailleurs semble-t-il.

Alimentation

Jeune (diamètre 5 cm), l'aurélie peut consommer jusqu'à 60 larves de harengs par jour ! Lorsque sa taille devient plus importante, elle devient microphage*. Comme chez les autres cnidaires, la bouche, unique orifice digestif, sert aussi d'anus.

Reproduction - Multiplication

Ces méduses possèdent des sexes séparés. Elles émettent dans le milieu ambiant leurs spermatozoïdes. La rencontre des spermatozoïdes et des ovules a lieu en automne dans les gonades de la femelle et donne à chaque fois un œuf qui migrera vers des poches situées sur ses bras buccaux. Il y a eu auparavant production d'une hormone par les gonades qui transforme la partie interne des bras en poches. C'est la première hormone connue dans le règne animal puisque les méduses sont très primitives.
Dans ces poches a lieu une incubation de quelques jours. Une larve planula* s'en échappera pour mener une très brève existence pélagique avant de se fixer sur un support rigide, souvent vertical ou en surplomb, à moins de 20 m de profondeur. Elle se transforme alors en polype. µ
Sur les polypes peuvent apparaître divers types de bourgeonnement qui leur permettront une reproduction asexuée. Chaque petit polype, à longs tentacules, passera l'hiver sous cette forme, puis subira vers le mois de mars une série d'étranglements qui le feront ressembler à une pile d'assiettes, il porte alors le nom de scyphopolype*.
A partir du mois de mai a lieu la strobilation* (ou strobilisation) : chacune des petites « assiettes » se sépare du polype et donne une très jeune méduse nommée éphyrule*.
La face inférieure de ces jeunes méduses porte une colonne formée par les bras buccaux soudés. Elles se transformeront ensuite en scyphoméduses adultes.

Vie associée

Le crustacé amphipode Hyperia galba peut être observé dans les cavités sous-ombrellaires des aurélies.

Divers biologie

Dans certains milieux particuliers : milieux portuaires, mer Baltique (où des secteurs voient leur température modifiée par les rejets d'eaux chaudes des centrales nucléaires…) il peut y avoir modification du calendrier de reproduction : on peut voir alors la libération des éphyrules se dérouler en continu ! Conséquences : pullulation de l'espèce, colmatage des crépines d'aspiration des centrales et baisse des captures de poissons par les pêcheurs du fait des jeunes alevins dévorés par les petites méduses !

Les piqûres d'Aurelia aurita sont très diversement ressenties selon les individus. Certaines personnes ne ressentent absolument rien, alors que d'autres ressentiront une petite inflammation superficielle qui ne dure pas beaucoup plus de deux heures.

C'est dans des milieux bien particuliers : estuaires (Escaut…), zones portuaires (Boulogne-sur-mer, le Havre….) que les probabilités d'observation de scyphistomes par les plongeurs sont les plus importantes.

Il n'est pas rare, en aquarium ou en milieu naturel de voir des individus avec un nombre de gonades aberrant : 3, 5, 6 ou même 7 gonades !

Des individus à l'ombrelle « retournée » comme un parapluie qui aurait subit une rafale de vent ont déjà été observés. Cause de l'anomalie ?

Informations complémentaires

Depuis que le cycle de reproduction de l'espèce est maîtrisée par l'homme, cette espèce est fréquemment rencontrée dans les aquariums publics. En aquarium, on prend garde d'élever seulement des individus mâles pour éviter la reproduction donnant des larves qui se fixeraient dans les bassins et pour éviter les pollutions que les femelles pourraient induire avec le vitellus de leurs gamètes.

Au 19ème siècle, aux Pays-Bas, des personnes souffrant de rhumatisme se baignaient dans des baignoires remplies d'aurélies pour soigner leurs douleurs...

Origine des noms

Origine du nom français

Aurélie : francisation du nom latin de genre : Aurelia.

Origine du nom scientifique

Aurelia : du latin [aurum] = or, en latin, à cause de la couleur éclatante de l'ombrelle ;

aurita : du latin [auris] = oreille, évoque la forme des gonades : forme d'oreilles.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Cnidaria Cnidaires

Organismes aquatiques (marins pour la plupart) libres ou fixés, carnivores, principalement à symétrie radiaire, caractérisés par des cellules urticantes : les cnidocytes. Deux morphologies principales : le polype et la méduse. La larve est une planula.

Sous-embranchement Medusozoa Médusozoaires Cnidaires présentant une phase méduse acraspède (le plus souvent libre et pélagique) dans leur cycle de reproduction. Scyphoméduses, cuboméduses et stauroméduses.
Classe Scyphozoa Scyphozoaires Méduses vraies (ou acraspèdes). Phase polype réduite à absente. Le plus souvent strobilisation du polype (de petite taille) pour produire des méduses pouvant atteindre une grande taille. Cavité gastrale cloisonnée en quatre.
Sous-classe Discomedusae Discoméduses Scyphoméduses à ombrelle discoïde, non sillonée.
Ordre Semaeostomeae Séméostomes Grandes méduses au manubrium allongé et divisé en quatre bras oraux. L'ombrelle porte des tentacules marginaux et huit rhopalies.
Famille Ulmaridae Ulmaridés
Genre Aurelia
Espèce aurita

Nos partenaires