Arnoglosse de Thor

Arnoglossus thori | Kyle, 1913

N° 554

Méditerranée, Atlantique Est

Clé d'identification

Second rayon de le nageoire dorsale, libre, hypertrophié en "étendard"
Premier et troisième rayons souvent modifiés et libres
Yeux rapprochés
Petite taille, moins de 20 cm
Taches sombres et claires bien contrastées
Petite bouche

Noms

Autres noms communs français

Arnoglosse tacheté, turbot de grotte, fausse limande

Noms communs internationaux

Thor's scaldfish, spotted scaldfish (GB), Suacia mora (I), Peludilla, tapaculos (E), Fahnenlammzunge (D), Carta-pontuada (P)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Arnoglossus thory, 1913
Arnoglossus moltoni(i), 1961

Distribution géographique

Méditerranée, Atlantique Est

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord

L'arnoglosse de Thor est principalement présent dans le bassin occidental de la Méditerranée jusqu'aux côtes libyennes. A l'est, il est présent en mer Egée et sur les côtes de l'Égypte à la Syrie. Sur la façade atlantique sa distribution va des côtes ouest de l'Irlande (Manche et mer du Nord exclus) au Sénégal (23° nord).

Biotope

C'est une espèce côtière qui vit sur les fonds sableux, plus rarement vaseux et particulièrement à côté des zones rocheuses. Parmi les arnoglosses qui fréquentent les eaux européennes, c'est le plus littoral, on peut l'observer dès quelques mètres de fond (Arcachon), et habituellement de 15 à 50 m (5-200 m).
L'arnoglosse de Thor est le seul de la famille des Bothidés a pouvoir pénétrer dans les eaux saumâtres.

Description

Arnoglossus thori est un poisson plat ovale de petite taille (taille commune : 8 à 15 cm, 25 cm maximum) caractérisé par une modification du second rayon de la nageoire dorsale qui, très allongé et doublé d'une membrane souple, prend la forme d'un étendard jaunâtre ou doré (souvent décrit de couleur foncée dans la littérature, mais il s'agit sans doute de descriptions faites sur des poissons pêchés, donc morts). Ce rayon libre a sans doute une fonction sensorielle et de leurre. Les premier et troisième (voir le quatrième) rayons de cette même nageoire sont souvent libres également, mais bien moins longs.
Les yeux très rapprochés sont sur la face gauche (poisson sénestre ou "gaucher"). L'espace concave étroit entre les deux yeux est inférieur au diamètre de l'oeil (crête osseuse chez les juvéniles). La position des yeux est semblable chez les deux sexes contrairement aux rombous (Bothus sp.). Sur cette face oculée*, la ligne latérale est nettement incurvée au dessus de la nageoire pectorale qu'elle contourne. La ligne latérale est absente de la face aveugle et la nageoire pectorale y est réduite. La bouche est relativement petite.
Très bigarrée, sa coloration est variable, avec des marbrures ou des taches sombres et claires bien contrastées.

Espèces ressemblantes

Parmi les nombreux petits poissons "gauchers" et plats rencontrés sur le sable, le genre Arnoglossus comporte des espèces très semblables, mais toutes plus profondes que Arnoglossus thori.



Arnoglossus laterna, l'arnoglosse-lanterne ou fausse limande, espèce commune en Atlantique, se distingue par une coloration sable aux dessins peu contrastés et par l'absence d'"étendard". Vit plutôt sur le plateau continental et le bord du talus.



Arnoglossus kessleri, l'arnoglosse de Kessler est un petit poisson semblable au précédent mais surtout présent en Méditerranée orientale. C'est principalement le nombre de rayons de ses nageoires (moins de 80 pour la dorsale et moins de 60 pour l'anale) qui permet de le distinguer de l'arnoglosse de Thor.



Arnoglossus imperialis présente pour sa part, 4 à 5 rayons libres et allongés en "étendard" chez le mâle (chez la femelle, ces rayons sont seulement un peu plus longs). Comme Arnoglossus laterna c'est une espèce qui vit plutôt profond (30-350 m).



La confusion est également possible avec Bothus podas, le rombou de Méditerranée, qui s'en distingue par des yeux plus écartés et un corps moins allongé. Il fréquente les mêmes biotopes que l'arnoglosse de Thor et c'est également un poisson "gaucher" de taille toute fois plus grande (23-28 cm, maximum 45 cm).

Alimentation

Il chasse surtout les petits crustacés (amphipodes, crevettes, pagures, et particulièrement des Mysidacées, Mysis sp., Leptomysis sp.) qu'il attire sans doute grâce à son leurre, le rayon allongé muni d'une membrane (voir photo).

Reproduction - Multiplication

D'avril à Juillet.

Divers biologie

La longévité de l'arnoglosse de Thor est estimée à 11 ans pour les femelles et 9 ans pour les mâles.
Comme beaucoup de poissons plats confiants dans leur camouflage, il se laisse approcher assez facilement. Il a la capacité de changer rapidement de couleur pour se confondre efficacement avec le fond.
Il utilise son rayon allongé, qui est un organe sensoriel, pour tâter le fond.
Comme les autres membres de la famille des Bothidae (arnoglosses, rombous, fausses limandes), ce poisson plat s'enterre dans la vase ou le sable, ne laissant apparaître que le contour de son corps et ses yeux mobiles.
Ce poisson est pêché de manière semi-industrielle (en Espagne, Sicile et sur les côtes adriatiques de l'Italie) et artisanale. On le trouve sur les marchés de la mer Thyrrhénienne. Il est occasionnellement commercialisé frais en Espagne, France, Maroc et Grèce, plus rarement en Sicile et Tunisie.

Origine des noms

Origine du nom français

Arnoglosse de Thor : francisation du nom scientifique.

Origine du nom scientifique

Arnoglossus : du grec [arno] = agneau et [glossus] = langue. En référence à la forme du poisson, en "langue d'agneau".
thori : cette espèce a été décrite par Kyle en 1913 suite aux campagnes océanographiques d'un navire danois : Le Thor, et qui est le nom de la divinité scandinave du tonnerre armé d'un marteau.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Chordata Chordés Animaux à l’organisation complexe définie par 3 caractères originaux : tube nerveux dorsal, chorde dorsale, et tube digestif ventral. Il existe 3 grands groupes de Chordés : les Tuniciers, les Céphalocordés et les Vertébrés.
Sous-embranchement Vertebrata Vertébrés Chordés possédant une colonne vertébrale et un crâne qui contient la partie antérieure du système nerveux.
Super classe Osteichthyes Ostéichthyens Vertébrés à squelette osseux.
Classe Actinopterygii Actinoptérygiens Ossification du crâne ou du squelette tout entier. Poissons épineux ou à nageoires rayonnées.
Sous-classe Neopterygii Teleostei Néoptérygiens Téléostéens Poissons à arêtes osseuses, présence d’un opercule, écailles minces et imbriquées.
Super ordre Acanthopterygii Acanthoptérygiens Rayons épineux aux nageoires, écailles cycloïdes ou cténoïdes, présence d'une vessie gazeuse et pelviennes thoraciques ou jugulaires, sans être systématiquement présents, sont des caractères que l'on ne rencontre que chez les Acanthoptérygiens.
Ordre Pleuronectiformes Pleuronectiformes Poissons plats, aux deux yeux sur une seule face. Corps comprimé et couché sur un flanc dépigmenté et aveugle.
Sous-ordre Pleuronectoidei Pleuronectoïdes Nageoire dorsale s'étendant au dessus des yeux.
Famille Bothidae Bothidés Poissons gauchers, nageoire pelvienne droite avancée vers l’avant.
Genre Arnoglossus
Espèce thori

Nos partenaires