Anomie pelure d'oignon

Anomia ephippium | Linnaeus, 1758

N° 1431

Mer du Nord, Manche, Atlantique Nord-Est, Méditerranée

Clé d'identification

Valve gauche (seule visible) arrondie, bombée, d'environ 60 mm de diamètre
Mince, translucide à opaque, blanchâtre à jaunâtre ou brunâtre à roussâtre
Bivalve fixé au substrat par un byssus calcifié et par la valve droite

Noms

Autres noms communs français

Pétale de rose, estafette

Noms communs internationaux

Onion peel, common saddle oyster, common jingle shell (GB), Ostra de perro (E), Weiße Wierbelschale, Zwiebelmuschel, Sattelmuschel (D), Ostrica cipollina (I), Paardezadel, venfter donblet (NL)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Anomia ephippium possède de nombreux synonymes. Citons :
Anomia radiata (Brocchi, 1814)
Anomia fornicata (Lamarck, 1819)
Anomia patellaris Lamarck, 1819
Anomia polymorpha Philippi, 1836
Anomia radians Costa, 1839
Anomia simplex d'Orbigny, 1842
Anomia adhaerens Clement, 1879
Anomia ephippia Locard, 1886

Distribution géographique

Mer du Nord, Manche, Atlantique Nord-Est, Méditerranée

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord

Anomia ephippium est distribuée sur les côtes de l'Atlantique Est, du sud de la Norvège jusqu'aux côtes occidentales de l'Afrique, en Manche, en mer du Nord et en Méditerranée. Elle pourrait aussi être présente localement dans quelques îles de l'Atlantique Nord et Sud.

Biotope

Les anomies sont fixées de préférence sur les pierres, les crampons de laminaires ou sur d'autres coquilles de mollusques (comme par exemple la coquille Saint-Jacques) du bas de l'infralittoral jusqu'à 200 m de profondeur. On peut les rencontrer également par petits fonds dans les eaux saumâtres comme dans l'étang de Thau. Elles affectionnent particulièrement les zones d'aquaculture.

Description

La coquille de l'anomie est nettement inéquivalve* (les valves ont un aspect différent), irrégulière et approximativement ronde. Elle est toujours fixée au substrat par la valve droite.
A l'âge adulte le diamètre de la coquille atteint 60 à 65 mm. Sa coloration va du blanchâtre, jaune, rose, au roux fauve avec parfois des reflets bleutés. L'intérieur est fortement nacré. La coquille est mince.
La valve gauche (celle du dessus) est bombée et recouvre complètement l'autre valve. Elle peut avoir divers aspects : lisse, boursouflée, ridée voire écailleuse. Elle montre des lignes de croissance irrégulières. Sur sa face interne trois empreintes musculaires sont distinctes (une pour le muscle adducteur qui relie les deux valves et deux pour le byssus*). La coquille est translucide chez les individus jeunes, plus opaque chez les individus âgés.
La valve droite (celle du dessous) plus petite est invisible car cachée par la valve gauche quand l'animal est vivant. Elle épouse parfaitement la forme du substrat auquel elle est fixée, et prend ainsi un aspect très variable. Elle montre une échancrure, le plus souvent en forme de goutte (pouvant secondairement se refermer), par laquelle passe le byssus calcifié qui permet à l'animal de rester fixé. Sa face interne ne présente qu'une seule empreinte musculaire (muscle adducteur). Il n'y a pas de dent à la charnière et le ligament plutôt réduit est très puissant.

Espèces ressemblantes

Pododesmus patelliformis (Linnaeus, 1761) est plus régulièrement ronde, l'umbo* (partie saillante de la coquille) est pointu, les côtes sont plus saillantes. Environ 40 mm de diamètre, espèce circalittorale, de la Norvège jusqu'en Méditerranée. La coquille vide présente deux empreintes musculaires bien séparées.

Pododesmus squama (Gmelin, 1791) est approximativement circulaire et présente des stries concentriques. Environ 40 mm de diamètre, espèce infralittorale, sur les côtes de Norvège et autour des îles Britanniques. La coquille vide présente deux empreintes musculaires fusionnées.

Heteranomia squamula
(Linnaeus, 1758) est plus petite (environ 10 mm), et présente des stries concentriques apparentes. La coquille vide présente deux empreintes musculaires séparées par une ligne fine.



Le plongeur novice pourra éventuellement confondre l'anomie adulte avec l'huître plate (Ostrea edulis), et la jeune anomie avec une patelle.

Alimentation

L'anomie est un bivalve filtreur suspensivore*. L'eau est aspirée par le siphon inhalant puis est rejetée par le siphon exhalant. Au passage, la respiration s'effectue et les particules nutritives en suspension sont prélevées, avec une nette préférence pour le phytoplancton.

Reproduction - Multiplication

Anomia ephippium est une espèce gonochorique* c'est-à-dire que les sexes sont séparés. L'émission des gamètes* et la fécondation se font dans l'eau. Cette dernière donne une larve véligère* pélagique qui mène une courte vie en pleine eau avant de tomber sur le fond. L'anomie vit et périt là où la larve s'est fixée.

Vie associée

Comme la crépidule (Crepidula fornicata), l'anomie est souvent trouvée fixée sur les coquilles d'autres mollusques, comme la coquille Saint-Jacques (Pecten maximus), le triton, et même l'ormeau (voir photos), notamment au sein des élevages conchylicoles.

La coquille de l'anomie peut être colonisée par des algues encroûtantes, des spirorbes, des pomatocères, des balanes, etc...

Divers biologie

Le byssus calcifié d'Anomia ephippium est une exception dans le monde des bivalves. A presque 98% composé d'aragonite il est dur et sert d'opercule au passage dans la valve droite fixée. Il est terminé par une forme d'osselet s'incrustant dans le substrat. Cela a pour conséquence de fixer l'animal durant toute sa vie.

La structure des valves est différente : la valve gauche est souvent très nacrée (abondance d'aragonite) par rapport à la valve droite qui est composée majoritairement de cristaux de calcite. Il s'agit d'une organisation différente du calcaire : en pyramides pour la calcite et en couches pour l'aragonite. Cela explique que la lumière qui se réfléchit sur ces différentes couches de la nacre produise de superbes couleurs.

Informations complémentaires

La valve droite des anomies a la faculté de prendre et de conserver la forme des roches, objets et animaux sur lesquels le mollusque se fixe, comme un moule externe. De ce fait les anomies ont par le passé causé bien des soucis aux zoologistes au moment des descriptions et du choix des classifications, avant que l'on comprenne qu'il ne s'agissait en fait que d'une seule et même espèce.



Les anomies causent un réel travail supplémentaire aux ostréiculteurs, car les larves se fixent sur les systèmes de captage, ainsi qu'aux pêcheurs car elles sont ramassées par les chaluts de fond et les dragues.



Il arrive localement que cette espèce soit consommée, mais sa chair est peu appréciée.



Les anomies se rencontrent souvent échouées sur les plages ou dans les mares de l'estran mais rarement entières.



A cause de leurs couleurs irisées dans le jaune et le rose, les coquilles d'anomies sont utilisées au cours d'activités manuelles de représentations de fleurs artificielles et d'autres objets.

Origine des noms

Origine du nom français

Anomie est la francisation du nom de genre scientifique Anomia.
La valve visible (celle de dessus) évoque par sa forme bien ronde une pelure d'oignon ou un pétale de rose.

Origine du nom scientifique

Anomia : de "a", privatif, et du grec [nomos] = loi, donc [anomos] = sans loi, irrégulier, anormal, inégal. Le nom de genre Anomia met en évidence la croissance sans règle stricte de cet animal, qui dépend directement de son support et de son environnement.
ephippium : du latin [ephipp] = sur un cheval, ephippium exprimant l'image d'une selle sur un cheval, de la même manière que l'anomie se fixe sur divers supports.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Mollusca Mollusques Organismes non segmentés à symétrie bilatérale possédant un pied musculeux, une radula, un manteau sécrétant des formations calcaires (spicules, plaques, coquille) et délimitant une cavité ouverte sur l’extérieur contenant les branchies.
Classe Bivalvia / Lamellibranchia / Pelecypoda Bivalves / Lamellibranches / Pélécypodes Mollusques aquatiques, filtreurs, au corps comprimé latéralement. Coquille composée de 2 valves articulées disposées de part et d’autre du plan de symétrie. Absence de tête, de pharynx, de radula et de glande salivaire.
Sous-classe Pteriomorphia Ptériomorphes Muscle adducteur postérieur développé, antérieur réduit.
Ordre Ostreoida Ostréoïdes Adultes sans pied. Pas de byssus chez les adultes (il se résorbe à l'âge de un an et demi à deux ans). Souvent fixés au substrat par la valve gauche par un ciment calcaire. Charnière sans dent. Cartilage ligamentaire dans une fossette triangulaire.
Famille Anomiidae Anomiidés
Genre Anomia
Espèce ephippium

Nos partenaires