Néréis verte

Alitta virens | (M. Sars, 1835)

N° 2906

Amérique du Nord, Manche Orientale

Clé d'identification

Organisme vermiforme
Jusqu'à 30 cm de long, et 15 mm de large
Iridescent, rouge, ocre et vert, mâle bleu en période de reproduction
Palpes sensoriels sur la tête
Paire de petites antennes
Quatre paires de cirres tentaculaires longs et effilés
Quatre taches oculaires
Proboscis dévaginable

Noms

Autres noms communs français

Grande gravette, ver hollandais, carpleux, carplue, mille-pattes géant, dure d'Europe, néréide de Hollande

Noms communs internationaux

Clamworm, ragworm, king ragworm (GB), Irisierende Seeringelwurm (D)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Nereis (Alitta) virens M Sars, 1835
Nereis (Neanthes) virens Sars, 1835
Nereis virens Sars, 1835
Neanthes virens (M. Sars, 1835)
Nereis grandis Stimpson, 1854
Nereis yankiana Quatrefages, 1866
Nereis dyamushi Izuka, 1912
Nereis (Neanthes) paucidentata Treadwell, 1939
Nereis southerni Abdel-Moez & Humphries, 1955

Distribution géographique

Amérique du Nord, Manche Orientale

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord, Atlantique Nord-Ouest

Cette espèce est présente au nord et au sud de l'estuaire moyen et de l'estuaire maritime du Saint-Laurent. On la trouve également en Gaspésie, sur la côte du Labrador et sur l'Ile-du-Prince Edouard.

En Europe, on la retrouve principalement sur le littoral français du Pas-de-Calais et celui de la Manche orientale.

Biotope

C'est une espèce qui creuse des galeries. On retrouve le ver de mer sur différents types de substrats : sables vaseux, fins ou grossiers, argiles, sables graveleux. On le trouve également sous les pierres et les roches ou il s'établit un terrier possédant plusieurs ouvertures et formant un système de ramifications complexes. Le terrier s'étend sur trois fois la longueur du ver.

Description

Alitta virens est un organisme vermiforme qui peut atteindre jusqu'à 30 cm de long et 15 mm de large. Il peut compter plus de 200 segments. Son tégument* est ridé. C'est un ver iridescent, coloré de rouge, d'ocre, et de vert. Le vert est plus pâle chez les femelles. En période de reproduction le mâle devient bleuâtre parfois avec des taches blanches le long du prostomium*. Le long de la ligne médiodorsale est brun verdâtre tacheté de zones blanchâtres ou d'un brun foncé cuivreux : il s'agit d'un vaisseau sanguin visible par transparence. Le corps est bordé de soies portées par des parapodes* biramés frangés de jaune. Il y a une paire de parapodes par métamère*. La tête porte une paire de palpes* sensoriels, une paire de petites antennes, quatre paires de cirres tentaculaires longs et effilés et quatre taches oculaires. Il peut dévaginer une grosse trompe, le proboscis*, terminé par une paire de mâchoires noires ou brun foncé portant chacune de 5 à 10 dents. Le dernier segment ou pygidium* porte une paire de cirres anaux.

Espèces ressemblantes

Alitta virens est l'espèce de néréis la plus commune avec la néréis multicolore Hediste diversicolor dont le corps est aplati, peu rigide et annelé (une centaine de segments identiques). Ce ver est plus petit ; il mesure en effet entre 50 et 120 mm de long. Sa couleur est fort variable (d'où son nom), souvent jaune, verte, brune voire orangée.

Alimentation

L'alimentation est variée, les néréis sont essentiellement prédatrices et nécrophages. Les juvéniles se nourrissent de débris organiques, les adultes de détritus animaux (autres organismes vermiformes, petits crustacés, mollusques) et végétaux. Les proies sont attrapées à l'aide de leur proboscis dévaginable et terminé par une paire de mâchoires cornées. La chasse ne se fait qu'à marée haute. A marée basse, les conditions hors de l'eau ne lui permettent pas d'être efficace et seraient dangereuses à cause de la dessication.
Les néréis se nourrissent principalement la nuit, à proximité de leurs terriers.

Reproduction - Multiplication

La période de reproduction se situe d'avril à juin sur les côtes européennes et nord-américaines de l'océan Atlantique, et la fécondité est forte. Durant cette période, les mâles quittent leur terrier pour rejoindre l'orifice d'une galerie occupée par une femelle où ils effectuent une danse nuptiale avant de relâcher leurs spermatozoïdes. La femelle demeure dans son terrier durant l'émission de ses ovocytes qui se collent à la surface des sédiments où ils seront fécondés. Tous les individus adultes meurent après la période de reproduction. Les larves passent par plusieurs stades de développement durant leurs phases épibenthique*, pélagique* et benthique*. Le recrutement larvaire s'observe dans la zone intertidale et dépend essentiellement des processus hydrodynamiques liés à la marée. Après le recrutement, deux phases de croissance sont identifiées. Durant leurs deux premières années, les juvéniles atteignent de 40 à 100 segments sétigères*. Le nombre maximal de segments est atteint (120-150) durant les 3e et 4e années où l'on observe alors une croissance dite pondérale. Les individus âgés de plus de trois ans migrent du haut vers le bas de plage pour rejoindre les adultes.

Divers biologie

Les néréis sont des vers relativement fragiles, qu'il faut manipuler avec précaution.
Alitta virens et les autres espèces de néréis sont très recherchées pour la pêche en mer.

Origine des noms

Origine du nom français

Néréis verte : traduction de l'ancien nom scientifique Nereis virens.
Ver de mer : c'est le nom courant donné aux vers que l'on retrouve sur l'estran.

Origine du nom scientifique

Alitta est le nom donné par les arabes à la divinité romaine Vénus, déesse de l'amour. Ce nom n'a aucun rapport avec les caractéristiques anatomiques ou physiologiques de l'animal. Plusieurs vers de la famille des Aphroditidae portent également le nom d'un personnage de la mythologie grecque : Aphrodite, Hermione, Harmothoe, Polynoe...
virens du latin [virens] = vert.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Annelida Annélides Vers segmentés (annelés) à section cylindrique, à symétrie bilatérale constitués d’anneaux identiques. Le premier segment porte la bouche et le dernier l’anus. Nombreuses formes marines, dulcicoles ou terrestres, libres ou parasites.
Classe Polychaeta Polychètes

Annélides marines. Chez les espèces non tubicoles, chaque anneau, hormis la tête et la queue, porte des excroissances locomotrices (les parapodes) munies de touffes de soies chitineuses rigides. Chez la plupart des espèces, la tête porte plusieurs organes sensoriels, des mâchoires, et souvent un panache branchial coloré. Animaux libres, galéricoles ou tubicoles.

Sous-classe Errantia Annélides Polychètes Errantes

La tête porte plusieurs organes sensoriels et des mâchoires. Animaux très mobiles et prédateurs. Parapodes biramés avec un notopode et un neuropode, chaque lobe du parapode a des baguettes squelettiques (acicule) liant le muscle parapodial aux lobes et aux soies ; cirres parapodiaux dorsaux et ventraux ; deux ou trois palpes sur le prostomium.

Ordre Phyllodocida Phyllodocides

Tous les segments sont identiques, les parapodes sont saillants, bien développés, les soies longues (souvent composées). La région céphalique et les organes sensoriels sont bien développés, la trompe est souvent armée de mâchoires.

Sous-ordre Nereidiformia Néreidiformes
Famille Nereididae Néréididés

Corps long et mince avec souvent plus d'une centaine de segments identiques, parapodes bien développés. deux antennes et deux palpes articulés, quatre paires de cirres tentaculaires, pygidium avec une paire de cirres. Sur le pharynx dévaginable, des paragnathes à la disposition caractéristique des différentes espèces.

Genre Alitta
Espèce virens

Nos partenaires